NUMERO : Janvier-Février 2015

A. VOGEL : de la plante au produit en respectant totalement la nature

La nature, les plantes, le savoir-faire humain : la force des produits A. Vogel.

La passion et la fascination d’un homme pour la nature

D’emblée, Olivier Maurer, Directeur commercial de Bioforce France, ne peut qu’évoquer la mémoire de l’homme qui est à l’origine de ce succès et dont les principes imprègnent encore aujourd’hui l’entreprise : « Notre marque est l’incarnation de l’homme dont elle porte le nom, Alfred Vogel.

Décédé en 1996, il était né en 1902 à Aesch, près de Bâle. Appartenant à une famille d’agriculteurs, il a été un véritable amoureux de la nature dans laquelle il a grandi et à laquelle il vouait un immense respect. Premier naturopathe suisse, réel précurseur de la phytothérapie, il compte également parmi les pionniers de la bio. Chercheur infatigable sur les plantes, insatisfait des produits qui existaient à son époque, il a vite constaté que les vertus des extraits de plantes fraîches étaient supérieures à celles des autres types d’extraits, avec comme leitmotiv le principe de ne pas altérer les bienfaits offerts par la nature ».

C’est ainsi qu’il ouvrit dès 1923 à Bâle un magasin de diététique et d’herboristerie, développant ses propres extraits de plantes fraîches issues de son jardin et dispensant, avec une approche très holistique, ses conseils pratiques pour une vie saine à ses clients venus de toute la Suisse voire d’Europe. Il ouvrit même une clinique privée en 1933, à Teufen (canton d’Appenzell). A partir de 1958, il commença une série de voyages scientifiques dans le monde, enrichissant sa connaissance des plantes et herbes médicinales de la planète. C’est dans ce contexte qu’il rencontra en Amérique le chef sioux Black Elk, qui lui confia les secrets des plantes indiennes traditionnelles, dont l’échinacée devenue depuis emblématique de la marque. Enfin, en 1963, il fonda à Roggwil la société Bioforce SA, devenue aujourd’hui un leader mondial dans la fabrication de produits naturels et d’aliments sains.

Qualité et fraîcheur des matières premières

« Notre entreprise continue bien sûr à entretenir au plus haut point les valeurs essentielles qui ont été celles d’Alfred Vogel, poursuit M. Maurer, à savoir la passion des plantes fraîches, la fascination pour la nature et le respect pour celle-ci. La respecter c’est ne pas l’altérer et aussi consommer de façon raisonnée, avec parcimonie même, ce qu’elle nous offre, sans exploitation intensive. Le sourcing est donc au cœur de tout notre process ».

Bioforce utilise seulement une vingtaine de plantes, soit sous forme de préparations simples, soit associées entre elles. La quasi-totalité de ces plantes provient de lieux de production autour de la société, le tout bien entendu avec des contrôles rigoureux et permanents. « C’est un luxe qui coûte cher, précise Olivier Maurer, mais qui a fait ses preuves, étant le seul garde-fou viable pour contrôler la qualité du sourcing. Cela nous offre en effet une constance et une standardisation réelles des matières premières, et une homogénéité des formulations d’une année sur l’autre. Par ailleurs, nous contrôlons ainsi également au plus près la rotation des cultures, les terres n’étant donc pas surexploitées ».

Un des principes de la marque est de reproduire au mieux de qui se fait dans la nature. Par exemple, en ce qui concerne l’échinacée, comme la plante contient à l’état natif 95 % de parties aériennes (aux propriétés antivirales) et 5 % de racines (aux propriétés anti-inflammatoires), le même ratio est respecté dans le produit fini. M. Maurer explique l’intérêt des plantes fraîches : « Produire sur place, cela signifie des durées de transport réduites, et un besoin moindre en énergie pour en extraire les principes actifs, car elles sont naturellement plus concentrées. Un extrait de plantes fraîches contient ainsi au moins 3 fois plus de principes actifs.

Et par plantes fraîches, nous entendons en fait que la plupart de ces ingrédients sont traités dans les 24 heures. Pour rester sur l’exemple de l’échinacée, produite directement sur place, elle est transformée en teinture-mère dans les 2 heures  ! ».

Préserver l’environnement naturel est, on l’a vu, une règle d’or. Ce qui amène Bioforce à utiliser en fait trois types de plantes : des plantes certifiées bio (échinacée, chardon-marie, sauge…), des plantes issues de cueillette sauvage certifiée (aubépine, ail des ours, prêle…) car tirant le meilleur d’elles-mêmes uniquement dans un environnement bien défini et enfin des « plantes naturelles ».

Concernant ces dernières, il s’agit de plantes qu’il n’est pas possible de cultiver en bio sur place, et pour lesquelles l’entreprise travaille avec des agriculteurs strictement sélectionnés et contrôlés, qui cultivent et récoltent ces plantes dans leur biotope naturel sans appauvrir les sols et dans le respect de l’environnement. On peut ainsi citer l’harpagophytum, récolté en plein désert du Kalahari, lieu privilégié où a été installée une ferme équitable appartenant à Bioforce.

Des garanties scientifiques et réglementaires

Une rigueur toute… helvétique est bien sûr de mise pour contrôler en permanence, sur la base de cahiers des charges rigoureux, les différentes productions et récoltes, pour tirer la quintessence de ces plantes poussant dans leur environnement naturel, toutes cueillies manuellement : « Plus d’une centaine de tests variés sont faits sur chacun des lots, explique Olivier Maurer. Ce sont ainsi des millions et des millions de contrôles qui ont été faits depuis 1955 ! Les semences destinées aux cultures font aussi l’objet de toute notre attention et c’est la même souche, soigneusement sélectionnée, qui est en général utilisée pour garantir la constance de la qualité. Par ailleurs, nous avons bien sûr de tout temps procédé à des études cliniques très poussées, par exemple celles sur les qualités antivirales et anti-inflammatoires de l’échinacée, que nous sommes quasiment les seuls à avoir entreprises ».

Rien d’étonnant donc que la marque A. Vogel ait connu le succès dès les années 50, distribuant aujourd’hui ses produits dans une trentaine de pays à travers le monde. Ce succès nécessite néanmoins d’être en phase parfaite avec les différentes réglementations locales. Si en Suisse les produits sont remboursés par la Sécurité Sociale, la situation est par contre toute autre en France, où ils ont le statut de compléments alimentaires. Mais avec une conformité à la réglementation dont M. Maurer se réjouit : « En France, nous travaillons très étroitement avec la DGCCRF – le service des Fraudes – pour tout ce qui concerne les allégations, notamment pour qu’elles soient conformes aux prescriptions de l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA). Cela signifie que nous offrons aux magasins une sérénité absolue en la matière, toutes nos allégations et donc notre matériel merchandising étant parfaitement conformes ».

Cette rigueur, voire prudence, est bienvenue par les temps actuels et se manifeste également dans l’élaboration des nouveaux produits : « Nous ne voulons pas emprunter des voies controversées, pour lesquelles on manque parfois d’informations. Nous voulons être sûrs de la qualité des produits, pouvoir faire les études nécessaires. Comme le nombre de plantes fraîches utilisables est… par nature limité, nous travaillons par contre bien sûr à développer régulièrement des nouvelles formes de présentation adaptées aux besoins des consommateurs, comme Echinaforce Junior, comprimés aromatisés à l’orange, Molkosan Fruit (lancement 2015) ou les préparations pour boissons chaudes Echinaforce® Hot Drink lancées en 2013. Au total, nous offrons ainsi une gamme claire et concentrée d’une quarantaine de références, sous différentes formes ».

Partager, transmettre et éduquer

« Partager avec nos collaborateurs, nos distributeurs et nos consommateurs la fascination originelle d’Alfred Vogel pour la nature et ses bienfaits est quelque chose d’essentiel, conclut Olivier Maurer. Cela se traduit par la transmission de la connaissance des plantes, de leur culture et de leur transformation entre nos jeunes collaborateurs et les plus anciens, dont certains ont encore connu M. Vogel. Un partage également avec les nombreuses personnes qui viennent visiter l’entreprise. Cela se traduit aussi, pour les consommateurs, par nos conseils de bien-être et de vie équilibrée, qui dépassent largement le cadre strict de nos produits. Nous les diffusons de nombreuses façons : site Internet, publications, lettre d’information… Pour que chacun puisse apprendre à écouter son corps de manière naturelle ».

Les détaillants, considérés comme des véritables « ambassadeurs » de la marque, ne sont bien évidemment pas oubliés : « Aujourd’hui, le salut du magasin indépendant est dans le conseil. C’est pour cela que nous sommes heureux d’offrir aux points de vente les résultats des études cliniques que nous réalisons, réponses factuelles et quantifiées aux attentes des consommateurs, ainsi que ces allégations validées issues de notre collaboration intense avec l’administration, et tout le matériel promotionnel et merchandising qui en découle. Sans parler des échantillons ou des guides sur les plantes qui leur permettent de partager et de diffuser le potentiel de fascination des plantes découvert par Alfred Vogel. Les magasins bio sont le relais de cet héritage, et nous sommes ravis que le succès vienne toujours couronner ce partenariat étroit qui s’est développé entre eux et nous ».