Actualité

Biofach et Vivaness : une fréquentation en légère hausse…

mars-avril 2013

L'édition 2013 de BioFach-Vivaness marque une progression dans sa fréquentation; les organisateurs dénombraient 41.500 visiteurs (2012 : 40315) pour 129 pays et 2396 exposants (2012 : 2420). Cette année, le Top 5 des visiteurs comportait l'Allemagne, l'Italie, l'Autriche, La France et les Pays-Bas.

Malia Lié Claude Chrétien et Vincent Vaast ont couvert BioFach 2013 pour Bio Linéaires, dans le cadre d'un projet de communication lié à leur formation en Licence Professionnelle " Conseil & Développement en Agriculture Biologique ". Cette licence est un diplôme unique en France, délivré par l'Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand) en co-habilitation avec VetAgro Sup et en partenariat avec 10 établissements d'enseignement agricole organisés en 6 sites, dont 1 en Martinique. Les étudiants suivent la formation dans l'un des sites (utilisation de la web-conférence), en lien direct avec les professionnels de l'agriculture biologique et un stage en entreprise de 16 semaines en alternance.

Ce qu’il fallait retenir du salon en quelques lignes !

La Roumanie, pays à l'honneur en 2013

Marian Cioceanu, le président de l'association Bio Romania (interprofession de l'agriculture biologique) nous a expliqué les raisons du développement important de l'agriculture biologique en Roumanie ces dernières années. Jusqu'en 2011, aucune subvention spécifique n'a été donnée aux agriculteurs biologiques. Depuis, sous la pression de Bio Romania, l'État avec l'union européenne subventionnent les exploitations qui se mettent au bio, durant leur période de conversion. Le nombre de producteurs bio est ainsi passé de 3000 en 2010 à plus de 26000 en 2012 : cela concerne essentiellement les petites structures. Sur le plan économique, le bio c’est d'abord les céréales; viennent ensuite le miel, les produits de cueillette issue des espaces naturels (fruits, champignons...), dans une moindre mesure les produits laitiers. Le pays dispose de terroirs variés et souvent indemnes de sources de pollution. Les petits paysans qui pratiquent l'agriculture de subsistance sont proches des pratiques de la bio et la conversion est assez facile d'un point de vue technique. Cependant, les coûts liés à la certification restent encore un frein.

Romania fruits : les fruits sauvages à l'honneur

Terre Précieuse et Crai Nou : la saga d'un vigneron bourguignon installé en Roumanie

Denis THOMAS, bourguignon spécialiste du pinot noir, était convaincu que le Dealu Mare ("grande colline" en roumain) était l’une des rares régions viticole capable de rivaliser avec les meilleurs pinots noirs du monde. Il s'y est installé en 1996 et, avec des associés roumains, exploite un vignoble en bio depuis 2002 (certification Ecocert). Pinot Noir, Feteasca Neagra (cépage traditionnel

Le président de Bio Romania : Marian Cioceanu (costume traditionnel) sur le pavillon de la Roumanie et devant le stand de Vladalex Impex SRL (ici des champignons sauvages certifiés bio)

qui s'apparente à un Pinot Noir épicé), Merlot, Riesling italien, Chardonnay, Feteasca Alba sont les principaux cépages de ce domaine appelé Domeniile Franco Române.

Capri-Sonne Bio Schorly : une nouveauté à boire "fruits jaunes".

Créée en 1969 en Allemagne par la société Wild, la marque Capri- Sonne (ou Capri-Sun) est détenue par Coca-Cola Entreprise depuis 2007. Capri-Sonne présentait le Bio Schorly " Gelbe Früchte " (fruits jaunes en français : pomme, poire pêche et banane). Bio Schorly est la gamme bio de Capri-Sonne et se présente en emballage souple et recyclable de 250 ml. A base de jus de fruits (60%) et d'eau de source (40%) cette boisson se veut pratique et ludique !