Actualité

Actualité professionnelle

Mars-Avril 2014

 

Max Havelaar France : 20 ans pour construire un mouvement mondial

Le mouvement Fairtrade / Max Havelaar prend sa source dans l’appel des producteurs de café mexicains en 1988 qui demandent de recevoir un prix juste pour leur production. Cet appel fit écho auprès de deux personnalités néerlandaises : le père Francisco Van der Hoff et Niko Rozen de l’ONG Solidaridad. Tous deux ont pensé et posé les bases du commerce équitable labellisé. Pour nommer le label, ils ont choisi le nom du héros d’un roman néerlandais du 19e siècle qui dénonce l’exploitation des paysans javanais : Max Havelaar.

C’est ainsi qu’en 1988 naît l’association Max Havelaar aux Pays Bas. Le concept essaime dans de nombreux pays dont la France, en 1993. Sous différentes identités, naissent Transfair en Allemagne ou encore aux Etats-Unis, Fairtrade au Royaume-Uni ou Max Havelaar en France, en Belgique et en Suisse.

Initialement, chaque organisation avait mis en place des cahiers des charges définissant les relations entre producteurs et industriels ainsi que la labellisation des produits. Déjà, le prix minimum garanti, le versement d’une prime de développement, le préfinancement des récoltes ou encore la gestion transparente et démocratique des organisations de producteurs constituaient la base de ces critères. 20 ans après, les consommateurs peuvent choisir parmi plus de 3 600 produits labellisés Fairtrade /Max Havelaar, depuis leur café en passant par des bananes, des jus, des vêtements en coton équitable et toutes sortes de produits sucrés ou chocolatés...

Ce sont désormais plus de 200 PME françaises, fabriquant sur le territoire national, qui se sont engagées auprès des producteurs d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie en respectant les standards du commerce équitable Fairtrade / Max Havelaar.

Évolution du logo Max Havelaar dans le temps

 

 

Millésime bio 2014 : plus de 4200 visiteurs

Succès confirmé pour le vingt-et-unième Salon Millésime Bio. En effet, le rendez-vous international de la viticulture biologique qui s’est tenu à Montpellier du 27 au 29 janvier 2014 a atteint les 4246 visiteurs. Cette édition aura été marquée notamment par une belle fréquentation de visiteurs acheteurs (+13%) avec une représentation importante des cavistes. Selon l’Agence Bio, ce canal de distribution représente 17% de la distribution des vins bio contre 27% pour les magasins bio. Ces derniers ont semble-t-il été malheureusement peu présents. Rappelons que leur part de marché a chuté de 7% en 5 ans. Elle était de 34% en 2008. Le salon confirme aussi sa place de plateforme internationale d’échanges dans le secteur de la viticulture biologique regroupant cette année 787 exposants certifiés bio.

Les étrangers représentent 20 % des 4246 visiteurs accueillis. Les professionnels du Bénélux (19,6 %), scandinaves (15,6 %), allemands (14 %), nord-américains (Etats-Unis et Canada) (11%) et asiatiques (Chine, Hong-Kong, Taïwan, Japon, Singapour, Malaisie, Thaïlande, Viêt Nam) (6,8%), sont les principaux participants au salon. Au total, vingt nationalités représentées en majorité européennes.

Côté exposants, il faut souligner la diversité des nationalités (12 au total), la France, l’Espagne et l’Italie constituant le trio de tête. Rappelons que ce salon professionnel créé par Sudvinbio (Association Interprofessionnelle des Vins Biologiques du L.R.) en 1993 regroupe l’offre de vins biologiques la plus importante au monde provenant de tous les pays / régions de production. Son concept est unique : stands clés en main, tous identiques. Seul le vin fait la différence !

Enfin, c’est aussi un lieu d’échanges avec des conférences et des espaces de libre dégustation.

 

Concours Challenge Millésime Bio 2014

La vocation du concours est de faire connaître la qualité des vins biologiques auprès des professionnels et du grand public. Il encourage aussi les vignerons vers une recherche qualitative permanente. Les vins présentés sont obligatoirement certifiés bio. Les échantillons sont triés par couleurs (rouge, rosé, blanc, liquoreux, effervescent), par pays et grandes régions de production. Ils sont présentés de façon anonyme et la dégustation s’effectue à l’aveugle. Sur 1214 vins en compétition, 339 médailles ont été décernées : 73 médailles d’or, 142 médailles d’argent et 109 médailles de bronze.

Pour obtenir les résultats du concours :

http://www.challenge-millesime-bio.com/home/palmares

 

 

L' impression d'un grossiste-sélectionneur

«Millésime bio 2014. Cette année encore le salon a pris de l'ampleur avec un hall complet en plus. 3 jours, 3 halls, des dizaines de vignerons rencontrés et quelques centaines de vins goutés, un emploi du temps bien rempli... La qualité des vins dégustés, l'organisation et le professionnalisme général était encore au Rendez-vous. Parfait pour le sélectionneur-distributeur que je suis. De plus en plus de cavistes dans les allées, preuve que le vin bio ne se cantonne plus que dans le circuit bio spécialisé».

Frédéric Lemaire de la Cave Bio

Lire aussi :