compléments alimentaires

Des solutions naturelles contre les cystites

Mai - Juin 2015

Vos clientes enchainent les cystites et veulent trouver des solutions naturelles pour enrayer ces infections urinaires à répétition. Zoom sur les meilleures recommandations.

Les cystites résultent d’une multiplication bactérienne au niveau de la vessie, de l’urètre et peuvent même toucher les reins et les uretères. Elles provoquent des envies pressantes d’uriner et des douleurs à la miction ressenties comme des brûlures. Si elles surviennent parfois ponctuellement, elles peuvent devenir récurrentes et le recours systématique à des antibiotiques est bien souvent la solution allopathique, pouvant engendrer sur le long terme une antibio-résistance… Alors que faire pour éviter cela ?

Dans la plupart des cas, elles sont causées par des colibacilles présents dans l’intestin, et plus généralement par Escherichia coli. Du fait de l’extrême proximité de l’urètre féminin et de l’anus, ces bactéries intestinales migrent facilement vers l’orifice urinaire, s’installent dans la vessie et s’y multiplient en se fixant aux parois grâce à de petits filaments protéiques appelés adhésines.
 

Revoir les bases hygiéniques préventives

● Une toilette intime est nécessaire - mais ne doit pas être excessive - chaque jour pour éviter le développement de bactéries à cet endroit.

● L’essuyage toujours d’avant en arrière, et non d’arrière en avant, est un geste que les petites  lles doivent apprendre très tôt. ● Aller aux toilettes après chaque rapport sexuel.

● Ne pas se retenir trop longtemps et trop souvent d’uriner.

● Porter des sous-vêtements et vêtements en coton puisqu’en matières synthétiques et très près du corps, ils augmentent la transpiration, créant alors un environnement propice au développement bactérien.

● L’usage des tampons périodiques peut également être en cause.
 

Les recommandations alimentaires

● Tous les jours, ajouter l’équivalent d’1/2 gousse d’ail ou de l’ail des ours et du citron (jus et zeste) pour leurs propriétés antibactériennes.

● Augmenter les apports en fibres afin de lutter contre la constipation qui accroît les risques d’infections.

● Consommer du jus de canneberge chaud ou froid agrémenté de cannelle, riches en pigments anthocyanidines qui empêchent les bactéries de se fixer aux parois urinaires.

● Diminuer la consommation de sucres simples.

● Alcaliniser l’alimentation.

● Boire 2 litres par jour afin de faciliter l’élimination des bactéries : eau, tisanes-infusions, thés glacés.
 

Faire le plein de probiotiques

Même si les données scientifiques sont contradictoires, il semble qu’un apport préventif en probiotiques (lactobacilles) permettrait de rétablir l’équilibre au sein de la  ore vaginale et intestinale.

 

De la canneberge

Cette baie rouge (airelle, cranberry) renferme des polyphénols, et en particulier des Proanthocyanidines (PAC) qui ont la capacité de se fixer sur les adhésines et empêchent les bactéries d’adhérer aux muqueuses urinaires. Les bactéries sont donc éliminées naturellement par le flux urinaire.

Même si là encore tous les résultats des études1 n’offrent pas de preuves formelles sur l’utilisation du jus, des baies séchées ou surgelées ou des gélules de canneberge, il semble intéressant de conseiller leur prise de manière préventive si les infections urinaires sont récurrentes.
 

De l’extrait de pépins de pamplemousse

Pour ses propriétés antibactériennes à large spectre, l’EPP est à conseiller en préventif à raison de 15 gouttes par jour ou en curatif jusqu’à la disparition totale des désagréments.
 

De la busserole

Ses feuilles seront conseillées pour leurs actions antibactériennes au niveau des voies urinaires en parallèle d’un régime très alcalinisant pour optimiser son action.
 

Il est également intéressant :

● De renforcer le terrain immunitaire avec : vitamine C et D3, échinacée, astragale, zinc, spiruline, propolis.

● D’augmenter le flux urinaire avec : ortie (feuilles), prêle, bouleau (feuilles), verge d’or, queues de cerise.
 

Les huiles essentielles

● l’HE d’origan sous forme de capsules d’huile d’olive renfermant de l’HE d’origan, pendant 5 à 7 jours, à raison de 2 à 3 prises par jour.

● L’HE de santal et de sarriette à appliquer sur le bas ventre jusqu’à 5 fois par jour ou l’HE de thym à thujanol et de sarriette à avaler, diluées dans une cuillère d’huile, 3 fois par jour.
 

Attention : si les symptômes persistent, il est important de consulter et de pratiquer un examen cytobactériologique urinaire pour déterminer le ou les types de micro-organismes en cause et prendre une antibiothérapie a n d’éviter une pyélonéphrite.

 

Angélique Houlbert
Nutritionniste

1) Freire Gde C. Cranberries for preventing urinary tract infections. Sao Paulo Med J. 2013;131(5):363. doi: 10.1590/1516-3180.20131315T1.