compléments alimentaires

Collagène et élastine d'origine marine pour lutter contre les méfaits du temps

Juillet-Août 2015

Avec les années, la synthèse de certaines substances indispensables à la peau s’amenuise. Parmi elles, le collagène et l’élastine se raréfient entrainant l’apparition de rides et une perte d’élasticité. Toutefois, ce phénomène peut être retardé par une supplémentation adéquate et respectueuse de l’environnement : le collagène et l’élastine d’origine marine, issus de pêches durables.

La peau est une succession de couches dont la plus profonde, le derme, est constitué principalement d’eau et de fibres protéiques telles que l’élastine et le collagène qui assurent respectivement son extensibilité, son élasticité et sa résistance. Avec le temps, leur production baisse de façon progressive et les signes les plus visibles extérieurement sont l’apparition des ridules et des rides sur le visage, le cou et le buste.

Au  fil des années, ce relâchement cutané ne cesse de s’accélérer et de s’étendre sur l’ensemble du corps.

 

Y-a-t ‘il des solutions préventives ?

À côté des crèmes de jour et de nuit, vous pouvez mettre en avant dans vos rayons les nutricosmétiques, c’est à dire des compléments alimentaires qui « nourrissent » la peau de l’intérieur.

En effet, le derme est richement vascularisé, à la di érence de l’épiderme. Les nutriments ingérés par voie orale, une fois digérés, sont véhiculés par le sang et arrivent ainsi facilement au derme. Toutefois, pour être bien assimilés lors de la digestion ces substances doivent être de faibles poids moléculaires a n de passer aisément la barrière intestinale sinon ils restent intacts et sont évacués tels quels.

 

 

Le collagène marin, une solution pour le maintien de la structure cutanée

Le collagène est une protéine  breuse dite de structure. C’est lui qui assure le maintien, la résistance et la cohésion entre les tissus de soutien, et pas seulement le tissu cutané. Il est en e et présent dans les cartilages, les tendons et les ligaments.

Il représente environ un quart du total des protéines de l’organisme, soit environ 5% du poids du corps à 25 ans car les cellules des tissus conjonctifs produisent le collagène en quantité suffisante.

Seulement, cette synthèse diminue progressivement et s’accélère à partir de la quarantaine, à raison d’une perte d’1% par an. Les modes de vie actuels : stress, pollution, alcool, tabac et e orts physiques soutenus intensifient cette perte si bien qu’à 60 ans, l’organisme a perdu près d’un tiers de sa teneur en collagène.

La molécule de collagène est naturellement d’un haut poids moléculaire et constituée essentiellement de glycine, proline, hydroxyproline et hydroxylysine.

Afin de passer la barrière intestinale et arriver facilement au tissu cutané, il est impératif d’avoir recours à un collagène hautement biodisponible. C’est le cas du collagène hydrolysé d’origine marine. Issu de la peau de certains poissons, il est « découpé » par simple action d’enzymes. Les polypeptides de faibles poids moléculaires ainsi obtenus sont donc facilement absorbables et biodisponibles.

 

L’élastine marine, une clef pour retrouver la souplesse et l’élasticité cutanée

Cette grosse protéine  breuse est synthétisée par les  broblastes jusqu’à la fin de la puberté et décroît ensuite progressivement. Sa défficience entraîne au niveau du derme une perte d’élasticité et de tonicité. Tout comme le collagène, elle se trouve désormais en version hydrolysée dans les compléments alimentaires à visée beauté, extraite également de la peau de poissons rigoureusement sélectionnés.

L’élastine est composée d’acides aminés essentiels mais surtout de glycine, proline, acide glutamique, alanine, desmosine et d’isodesmosine (2 peptides constitués de 4 lysine) qui assurent la connexion entre les  bres.

Pris oralement, l’élastine améliore la souplesse de la peau et soutien l’activité antioxydante. Elle limite donc le vieillissement de la peau et apporte un effet « tenseur ». La prise conjointe de collagène et d’élastine, d’origine marine et issus de pêche durable, garantie donc une action synergique optimale de ces deux éléments pour améliorer l’élasticité de la peau et la régénération des tissus cutanés. Une étude a même démontré une amélioration de la cicatrisation et une diminution des escarres1 .

Ces deux suppléments beauté peuvent être pris en association avec de la silice, de l’acide hyaluronique ou un complexe beauté regroupant les principaux éléments constitutifs des phanères.

Angélique Houlbert
Nutritionniste