compléments alimentaires

Le L-Glutathion, le plus important des antioxydants hépatique et oculaire

Juillet-Août 2015

Il pourrait être qualifié « roi des antioxydants » ! C’est en e et un des plus puissants antioxydants intracellulaires au niveau du foie, des reins, du coeur et du cerveau. Méconnu du grand public, il doit pourtant être mis en avant pour soutenir la détoxication hépatique et lutter contre certaines pathologies oculaires.

Le L-glutathion est un petit peptide hydrosoluble présent dans chaque cellule du corps, ou presque, et constitué de trois acides aminés : la L-glutamine, la L-glycine et la L-cystéine qui contient du soufre et confère au glutathion ses activités.

Tout comme le coenzyme Q10, il existe sous forme réduite (GSH) et sous forme oxydée (GSSG) qui sont en équilibre. Au sein de l’organisme il occupe une place prépondérante car sans lui, l’attaque par les radicaux libres ne pourrait être contrée et le foie ne pourrait e ectuer pleinement son travail de détoxication. C’est également lui qui aide à recycler les vitamines C et E et à maintenir leurs activités respectives au sein des tissus.

 

L’organisme le synthétise naturellement mais la pollution, l’environnement toxique, les infections à répétition et le stress oxydatif chronique réduisent drastiquement ses niveaux.

Afin d’augmenter le taux de L-glutathion, il est intéressant de remettre dans les assiettes tous les légumes qui contiennent du soufre (ail, oignons, crucifères…), de veiller à une activité physique su sante mais non intense et de miser sur des suppléments qui en fournissent sous forme directement disponible.

 

Pourquoi le conseiller ?

Pour soutenir la détoxication hépatique

La deuxième phase de détoxication hépatique, encore appelée phase de conjugaison, permet l’ajout de substances (acide glucuronique, sulfate et surtout L-glutathion) aux toxines a n de les rendre hydrosolubles et donc facilement éliminables par les voies urinaires et biliaires. Ces conjugaisons se font via des enzymes : les glutathion-S-transférases. Ainsi, le L-Glutathion est le principal détoxiquant de phase 2 puisqu’il permet cette conjugaison. Il recycle également la vitamine C utilisée lors de la première phase.

 

Il va donc améliorer l’élimination des toxiques (alcool), des polluants (tabac, pesticides), des métaux lourds (mercure, plomb, cadmium) et certains médicaments comme le paracétamol. Notez d’ailleurs que la prise de paracétamol au long cours diminue considérablement les taux de L-glutathion.

Il pourra donc être conseillé :
● À tous vos clients prenant des traitements médicaments.
● À ceux qui fument.
● Aux bons vivants qui abusent de l’alcool.
● Aux personnes atteintes d’hépatite ou de cirrhose.
● Après une chimiothérapie pour soutenir le foie.

Votre conseil : 100 à 300 mg par jour, seul ou en association avec la N-acétyl-cystéine, l’acide alpha-lipoïque, le chardon marie et le Desmodium.

 

En cas de cataracte

Le glutathion est indispensable au fonctionnement normal du cristallin. Sa prise vise à protéger les protéines du cristallin, les membranes et les enzymes des lésions oxydatives engendrées par les radicaux libres et donc à ralentir ou prévenir la formation de la cataracte.

Votre conseil : 50 mg de glutathion et 100 mg de N-acétyl-cystéine (NAC) par jour.
 

En cas de glaucome à angle ouvert

Au premier stade de la maladie, les chercheurs ont observé une baisse notable des défenses antioxydantes au niveau des tissus oculaires, et plus particulièrement des taux très bas de L-glutathion.

Votre conseil : 100 mg par jour seul ou couplé à la vitamine C, l’acide alpha-lipoïque et le Ginkgo biloba.

Un petit plus contre les maladies neurodégénératives

Le L-glutathion protège les neurones du stress oxydatif et est le principal antioxydant des mitochondries. Les recherches montrent que les parkinsoniens ont des taux très faibles de L-glutathion.

Votre conseil : Même si aucune étude n’a été réalisée sur l’homme, une supplémentation précoce serait donc indiquée à raison de 100 à 300 mg par jour.

 

Combien en conseiller ?

La dose généralement recommandée est de 100 à 300 mg par jour selon les cas.

Cette substance étant très fragile, il est préférable de la conseiller par voie sublinguale (à laisser fondre sous la langue) car son absorption intestinale n’est pas optimale et il est souvent oxydé avant d’arriver aux tissus cibles.

Il est à noter que d’autres nutriments et plantes augmentent également les taux de glutathion dans l’organisme : la N-acétyl-cystéine, l’acide alpha-lipoïque, le chardon marie (sylimarine), la SAMe, le sélénium.

 

Angélique Houlbert
Nutritionnist