compléments alimentaires

Diversification alimentaire de 6 mois à 1 an (suite)

Jan-Fev 2012

des mêmes capteurs sensitifs que celui des adultes. Si vos clients ajoutent à cet âge du sel ou du sucre, l’enfant risquera plus tard de trouver la nourriture trop fade et aura tendance à rechercher les aliments les plus sucrés et les plus salés pour satisfaire ses envies. Dans son dernier rapport « glucides et santé », l’agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) recommande d’ailleurs de « réduire les glucides simples ajoutés, dont la consommation est en augmentation constante ».

 

Quid de la pomme de terre ?

 

Bon nombre de recettes pour bébé sont basées sur l’utilisation des pommes de terre. En effet, dans l’inconscient collectif, c’est un aliment qui se digère lentement et qui permet ainsi de « caler » bébé plus longtemps. Tout d’abord, il faut rappeler à vos clients que la pomme de terre n’est pas un légume, mais bel et bien un tubercule qui n’a pas du tout la même qualité nutritionnelle que les légumes dits « verts ». D’autre part, malgré ce que l’on vous a toujours dit et que l’on continue à vous rabâcher, la pomme de terre se digère vite ! Et plus elle est consommée sous forme de purée, plus elle élève la glycémie rapidement et provoque par la suite une hypoglycémie. L’index glycémique de la « patate » de nos contrées est donc élevé, voire très élevé si elle est consommée mixée comme c’est le cas pour bébé. Pour autant, il ne faut pas la bannir totalement des premières soupes ou purées de bébé mais lui préférer plutôt la patate douce qui, même si elle se cuisine de la même façon, n’appartient pas à la même famille que la pomme de terre et surtout possède un IG beaucoup plus bas.

 

À partir du 7ème mois : l’introduction du règne animal…

En un mois, bébé connait déjà de nombreux fruits et légumes. Désormais, vous allez pouvoir conseiller aux mamans d’introduire au repas du midi, environ 10 g de viande pour l’apport en fer, zinc et protéines. Les poissons quant à eux sont généralement préconisés à partir d’un an seulement, pour limiter le risque d’allergie et en raison de leurs éventuelles teneurs élevées en polluants comme les PCB (pyralènes) et les métaux lourds (plomb et mercure).

 

LES CONSEILS BIOLINEAIRES

Agneau, Boeuf (fraichement haché à 5% de matière grasse), Dinde, Jambon blanc (découenné), Jaune d’oeuf, Porc (filet mignon), Poulet (blanc sans peau), Veau.

 

… et de quelques céréales sans gluten

Bon nombre de parents ajoutent rapidement à l’alimentation de leur bébé des farines au biberon du soir afin de s’assurer une bonne nuit car c’est bien connu : les céréales : ça cale !!! Le seul conseil que vous pouvez donner à une maman qui commence la diversification alimentaire de son enfant est de ne jamais commencer par les céréales, même sans gluten, car elles apportent beaucoup de calories et très peu de substances essentielles à son développement. Elles ne devraient jamais être données au bibero

sauf si le médecin le conseille, par exemple en cas de reflux.

 

LES CONSEILS BIOLINEAIRES

recommandez les céréales sans gluten au début : Riz, Maïs, Millet (décortiqué ou farine), Sarrasin (décortiqué ou farine), Quinoa (qui n’est pas exactement une céréale).

 

Les bonnes graisses déjà à cet âge

Depuis bientôt quelques décennies, les graisses ont mauvaise publicité. D’ailleurs ne dit-on pas : mangez moins gras, moins sucré et moins salé ? Toutefois, ce n’est certainement pas une bonne idée de donner à un bébé un régime pauvre en graisses. Son cerveau, son système nerveux et visuel ont besoin de graisses. Oui mais bien évidemment pas n’importe lesquelles !

 

LES CONSEILS BIOLINEAIRES

Le beurre n’est pas un incontournable de la cuisine de bébé. Il peut parfaitement avoir sa place une ou deux fois par semaine, ajouté cru sur les aliments pour apporter un peu de vitamine A, mais ne sera en aucun cas un passage obligé car sa teneur en acides gras saturés demeure importante pour un petit organisme. A la place, il faudra plutôt lui préférer l’huile de colza et d’olive

 

Un peu de gluten au cours du 8ème mois

Les céréales contenant du gluten sont soupçonnées de favoriser certaines pathologies quand elles sont introduites trop tôt dans l’alimentation du nourrisson, c’est-à-dire au cours des trois premiers mois ou encore trop tard. Le bon moment est donc pendant ce mois-ci mais toujours en très petites quantités et seulement après que les fruits et les légumes aient été introduits car les céréales ont tendance à diminuer l’absorption de certains minéraux indispensables comme le calcium ou encore le zinc.

 

LES CONSEILS BIOLINEAIRES

Blé et ses dérivés (pâtes, pain, farine de blé), Orge (mondé ou perlé), Avoine, Seigle, Boulgour, Kamut, Epeautre.

 

Et toujours de l’eau !

Comme bébé consommera de moins en moins de lait, les parents devront lui proposer de l’eau au moment des repas et en dehors des repas, en lui laissant une petite gourde à sa disposition. Et même s’il n’a pas encore le réflexe de la prendre, il faudra lui montrer dès à présent que l’eau est la seule denrée qui puisse être à sa constante disposition, pendant et en dehors des repas. À cet âge, les jus de fruits ne sont pas un passage obligé. Au contraire, par la suite, bébé pourrait s’habituer très rapidement à leur goût sucré et refuser l’eau plate.

Pour en savoir plus sur ce sujet : « Mes premiers repas de 6 mois à 3 ans » d’Angélique HOULBERT, Thierry Souccar éditions.