compléments alimentaires

Au programme : perte de poids - Détox et Sérénité

Nov-Déc 2011

Les périodes de fin d’année sont souvent synonymes de repas copieux, de retrouvailles en famille autour de plats plus riches qu’à l’accoutumée. Quand sonnent les douze coups de minuit lors du passage à la nouvelle année, il est courant d’entendre les bonnes résolutions des uns et des autres : cette semaine je me mets au vert, cette année je perds mes kilos superflus, je positive au quotidien et je me mets à la pratique d’une activité physique régulière… mais pourquoi ne pas anticiper les demandes de vos clients en leur conseillant dès à présent de petits programmes « minceur » « détox » et « sérénité » ?

 

 



Avant les fêtes : conseillez un programme « minceur »

Même si la période de l’hiver n’est pas forcément propice pour entamer un régime drastique, essayez de glisser à vos clients qu’un « pré-régime » très léger avant les fêtes pourrait leur être d’une grande aide. Et quelques jours avant les repas festifs, pourquoi ne pas leur proposer quelques compléments alimentaires « coup de pouce » ? Avant toute chose, il est impératif de revoir le bol alimentaire de vos clients. En quelques questions vous allez pouvoir les orienter vers les aliments et les compléments adéquats.
En premier lieu, demandez-leur toujours de vous relater leur petit déjeuner car bien souvent, sa composition est le reflet de l’alimentation globale. Ils prennent un petit déjeuner ? C’est déjà un bon point. Est-il composé au moins d’une boisson chaude sans sucre ajouté, d’un fruit frais ou sec, d’un aliment céréalier complet et non sucré (pain au levain, muesli, flocons d’avoine…) et d’une source de protéines (lait, yaourt, fromage blanc, fromage, oeuf, yaourt de soja) ? Si certaines de vos questions restent sans affirmation, orientezles vers les rayons appropriés et essayez de trouver ensemble des solutions personnelles.
Ensuite, votre client estil sujet aux fringales dans la matinée ou dans l’après-midi ? Si cela est le cas, l’importance du petit déjeuner est capitale puisque ces fringales sont souvent reliées à des hypoglycémies. Dans ce cas, vous pouvez intégrer une collation dans la matinée à base d’oléagineux non salés et de fruits secs. Si besoin vous pouvez recommander des compléments « modulateurs d’appétit » comme le chrome, qui va directement agir sur les fringales sucrées en potentialisant l’effet de l’insuline. Votre conseil : 190 μg maximum par jour en une ou plusieurs prises dans la journée.
Pour les deux repas principaux, quelques recommandations de base sont importantes, en particulier au niveau de la qualité et de la quantité de glucides. En effet, la consommation de céréales et de ses dérivés devra se faire en étroite relation avec l’activité physique car bien souvent vos clients n’en pratiquent pas suffisamment et surconsomment des glucides, qui non utilisés, se stockent sous forme de graisses. Votre premier conseil sera donc de baser leur alimentation sur les légumes et les fruits et ensuite seulement d’ajouter une portion de pain au levain ou de céréales et une portion de viande ou de poisson.

Le problème est plutôt « quantitatif » ?
Si vos clients mangent trop au repas vous pouvez les orienter vers des « coupe-faims mécaniques ». A base de fibres ou de gommes, ils favoriseront la satiété en gonflant dans l’estomac puisque certains sont capables d’absorber de 50 à 100 fois leur poids en eau. Sous forme de poudre à avaler ou de gélules, ils sont toujours à conseiller avec un grand verre d’eau avant chaque repas. Ils limitent ainsi la prise alimentaire de façon tout à fait naturelle en gonflant au contact de l’eau pour former une substance visqueuse, un peu comme la gélatine.
Vos recommandations :
● La poudre de konjac (Amorphophallus konjac), riche en glucomannane à raison de 2-4 g par jour.
● La pectine de pomme, une fibre soluble, en gonflant dans l’estomac va permettre de ressentir assez rapidement ce sentiment de satiété qui arrive généralement trop tard à raison d’1-2 g avant chaque repas.
● Les mucilages de la Gomme de Guar (Cyamopsis tetragonoloba) et de l’Ispaghul (Plantago ovata) qui possèdent une double action : ils jouent un rôle coupe-faim en augmentant la sensation de satiété et ils diminuent l’absorption des graisses alimentaires.
Votre conseil : 10 g par jour de chaque. Les fibres du chitosan, extraites de la carapace des crustacés et celles de Nopal (Opuntia ficus indica), un cactus d’Amérique centrale, ont également cette même action de capteur de lipides puisqu’elles absorbent 4 à 6 fois leur poids en graisses alimentaires.
Un autre angle d’attaque : le métabolisme de base
Si vos clients ont suivi régulièrement des régimes durant leur vie ou s’ils ne pratiquent pas suffisamment d’activité physique, leur métabolisme de base (quantité d’énergie brûlée au repos) est certainement diminué. Vous devez donc les inciter à accroître légèrement leur activité physique au quotidien pour augmenter le métabolisme de base et la thermogenèse qui est la production de chaleur par l’organisme et qui accélère les réactions de combustion des graisses.
Votre conseil : toutes les substances de la famille des méthylxanthines comme la caféine du thé vert, de la noix de cola ou du guarana, la matéine du maté ou la synéphrine de l’oranger amer ou bigaradier (Citrus aurantium).
Et pour que leur organisme puise en priorité dans les graisses de réserve, vous pouvez conseiller :
● 2 g par jour de CLA (Acide Linoléique Conjugué), qui a la propriété de réguler le métabolisme des graisses par stimulation enzymatique et qui favorise le développement de la masse musculaire au détriment de la masse grasse.
● 500 mg d’écorce de Garcinia cambodgia, riche en acide hydroxy-

 

 

 

citrique, une demi-heure avant chaque repas, qui bloquera l’enzyme nécessaire à la transformation du glycogène en graisses. Toutefois, inutile de rappeler que l’effet souhaité de tous ces produits ne peut être obtenu que dans le cadre d’un apport énergétique contrôlé, d’une activité physique quotidienne et si besoin d’une prise en charge psychologique globale.

Après les fêtes : conseillez un programme « détox »

Les fêtes de fin d’année ne sont pas de tout repos pour un organisme humain. D’ailleurs, vos clients ont peut-être abusé sur une courte période de chocolats, d’alcool, de sucres et de graisses ? D’ailleurs la plupart du temps, ils viennent d’eux-mêmes demander quelques conseils pour se « mettre au vert » et éliminer les toxines et toxiques accumulés. Pour cela vous pouvez leur recommander un programme « détox » qui, à coup sûr, les remettra en forme pour les mois d’hiver à venir et surtout soulagera leur système digestif pour qu’il puisse reprendre normalement ses fonctions d’éliminations.
Les grands principes alimentaires
L’expression « se mettre au vert » va ici prendre tout son sens quand vous leur conseillerez une alimentation 100% végétalienne pendant un week-end ou deux jours consécutifs. L’objectif sera de conseiller à vos clients de manger à leur faim, sans calculer les rations qu’ils consomment, surtout s’il s’agit de légumes, de fruits ou de soupes et surtout de recommander la prise de boissons sous forme de thés légers, tisanes et bouillons.
Lorsque ces deux jours seront effectués, vos clients pourront reprendre progressivement une alimentation dite « normale » en réintroduisant des aliments d’origine animale. Toutefois, pour que le foie se mette un peu en pause, vous devez leur conseiller de restreindre au maximum : alcool, sucres, sel et graisses saturées.


Les « coups de pouce » des compléments
En parallèle de ces conseils alimentaires, vous devez les orienter vers des plantes et des nutriments à visée dépurative afin d’accélérer l’élimination des toxines et toxiques. Voici plusieurs choix que vous pouvez proposer :


Le Desmodium ascendens qui protège et régénère les cellules du foie, tout en normalisant les taux de gamma-GT et de transaminases : 3-4 gélules de poudre de plante par jour, de préférence avant les repas principaux.
Les extraits de feuilles d’artichaut, riches en cynarine, favorisent la production et l’excrétion de la bile et facilitent ainsi l’élimination des toxines et toxiques.
Le chardon marie (Silybum marianum) surtout préconisé pour la prévention et le traitement des cirrhoses et des hépatites, il permet de régénérer les cellules endommagées lors d’intoxications par des substances naturelles ou synthétiques : 1-2 prises par jour selon le dosage.
Le Chrysanthellum américanum protège les cellules du foie et active la sécrétion biliaire, facilitant ainsi l’évacuation des microcalculs : 1-2 fois par jour, toujours en dehors des repas.
La sauge, de par sa richesse en acides phénoliques et en flavonoïdes, stimule et tonifie le foie et la vésicule biliaire en augmentant la sécrétion de bile et en l’acheminant vers les intestins.
L’Élixir du Suédois qui regroupe toutes les plantes dépuratives : 2-3 cuillères à soupe par jour, 30 minutes avant le repas.
Les huiles essentielles de romarin et de bouleau : 2 gouttes par jour dans une cuillère à café de miel.
La méthionine, la choline, la bétaïne et l’inositol qui sont des substances lipotropes et qui favorisent la détoxification en augmentant l’activité de certaines enzymes hépatiques spécifiques.
La menthe poivrée, le pissenlit, la mélisse et le boldo, en teinture mère, en gélules ou en infusion peuvent aussi compléter les effets des plantes énumérées ci-dessus.

Pendant cette période : soutenez le moral de vos clients

Une fois l’allégresse des fêtes terminée, la dure saison bat son plein et avec elle, ses nuits longues et ses journées froides sans forcément beaucoup d’ensoleillement… Ainsi, il arrive parfois que le moral de

 

 

 

vos clients soit complètement en berne en cette période de l’année… Quelques conseils pourront certainement améliorer leur bien-être moral.

Un des premiers point-clé sera un rééquilibrage de l’alimentation car pour rappel, se nourrir n’est pas uniquement destiné à apporter de l’énergie mais surtout à fournir des nutriments essentiels à chaque cellule et en particulier celles du cerveau, endroit où siègent les émotions. En conseillant des aliments adaptés, le cerveau pourra prélever tous les éléments essentiels dont il a besoin pour gérer au mieux les émotions négatives.
Des acides gras insaturés
La qualité des acides gras qui composent les aliments est primordiale car la communication entre chaque cellule du cerveau en dépend. Si les aliments consommés contiennent des acides gras insaturés (oméga-6 et oméga-3 surtout), les membranes cellulaires seront plus souples et donc plus aptes à recevoir les informations que transmettent les autres cellules. Ainsi, un apport adéquat en oméga-3 permettra de normaliser le fonctionnement du cerveau émotionnel.

Les conseils BIOlinéaires:
Recommandez deux à trois fois par semaine des poissons gras riches en oméga-3 : saumon, hareng, maquereau, sardine, thon, truite et insistez sur les huiles de lin, de colza et de noix pour l’assaisonnement. Et pour limiter les acides gras saturés, faites diminuer la consommation de fromages, beurre, crème fraîche et viandes rouges.

Des protéines indispensables
Les protéines ne sont pas seulement les éléments qui constituent les tissus et les organes, ce sont aussi des nutriments essentiels à la fabrication de certains neurotransmetteurs qui agissent directement sur l’humeur comme la sérotonine « calmante » et la dopamine « stimulante ».

Les conseils BIOlinéaires:
dès le petit déjeuner, recommandez toujours un apport protéique animal ou végétal suffisant : céréales complètes, fromage blanc, graines oléagineuses, oeuf, jambon blanc etc. Les autres repas de la journée doivent également en contenir et en particulier le midi avec une portion d’oeuf, volaille, viande blanche, fruit de mer ou poisson sans toutefois abuser le soir des protéines animales car elles peuvent aussi être une source d’acides gras saturés. Privilégiez ainsi les protéines végétales au diner avec l’association : Céréales (blé, boulgour, épeautre, kamut, millet, orge, quinoa, riz) + Légumineuses (lentilles, haricots, soja, pois, azukis, fèves)
Les aliments à IG élevés « sucrent » le moral
Comme nous le voyons régulièrement, la qualité des aliments glucidiques va directement impacter sur plusieurs paramètres physiologiques et en particulier sur la glycémie. Les angoisses, l’irritabilité et les sautes d’humeur peuvent parfois être directement reliées à des hypoglycémies qui se produisent généralement en milieu de matinée et en fin d’après-midi. Les aliments en cause sont ceux dont l’Index Glycémique (IG) est trop élevé. Leur consommation à chaque repas favorise ainsi les pics glycémiques et en réponse les baisses de sucre dans le sang. Pour remédier à cela, il est important
 
de conseiller au moins trois vrais repas par jour en privilégiant toujours les aliments à faible IG dont :
● Les légumes frais,
● Les fruits frais et secs,
● Les oléagineux,
● Les légumes secs,
● Les céréales complètes sous forme de pain au levain, de pâtes et de riz complets, de quinoa, de boulgour.
Pour appuyer vos recommandations alimentaires, vous pouvez diriger vos clients vers des compléments alimentaires spécifiques : 5-HTP, vitamines C et B (B9 et B12 surtout), calcium, magnésium, et sur certaines plantes comme le millepertuis, la valériane, la passiflore ou encore les extraits de Safran (Crocus sativus) standardisés en safranal que vous pouvez désormais trouver avec le logo AB, qui ont démontré selon plusieurs études leur pleine efficacité sur les déprimes légères et saisonnières.

Vos petits conseils en plus d’hygiène de vie :
● Invitez à la pratique de la relaxation et au positivisme en souriant à la vie.
● Encouragez la pratique du yoga pour renouer le corps et l’esprit.
● Recommandez l’activité physique quotidienne mais pas après 19h pour éviter les insomnies de début de nuit.
● Préconisez un rituel du coucher (relaxation, lecture) dans une chambre non surchauffée (18° maxi) et à une heure régulière.
● Conseillez l’achat d’un simulateur d’aube.