compléments alimentaires

Cet été, conseillez du coloré ! Zoom sur les caroténoïdes

mai-juin 2011

Dans les pigments végétaux, on distingue deux grandes familles : la classe des polyphénols et celle des caroténoïdes responsables des couleurs jaune-rouge vives des légumes et des fruits. Petit tour d’horizon de ces composés qui donnent des couleurs aux assiettes et des bénéfices santé à leurs adeptes.



Quels sont les bienfaits sur l’organisme ?

D’une manière générale, quand vous recommandez la consommation d’aliments riches en caroténoïdes, vous mettez en avant certains fruits et certains légumes aux bienfaits désormais bien établis et reconnus sur les maladies cardiovasculaires et sur leur pouvoir préventif vis-à-vis des cancers. Toutefois, sans aller jusque là, vous allez pouvoir démontrer à vos clients cet été que les aliments riches en caroténoïdes possèdent bien d’autres vertus… En effet, la consommation de certains caroténoïdes va directement limiter les dégâts des rayons UV du soleil sur la peau. Les trois principaux qui ont une action à ce niveau sont le bêta-carotène, le lycopène et la lutéine. D’ailleurs certaines études ont prouvé que consommer environ 24 mg par jour de caroténoïdes durant trois mois permettait de profiter d’un très bon effet photoprotecteur et d’améliorer sensiblement la tolérance au soleil. Parmi les 600 pigments végétaux de cette grande famille des caroténoïdes, nous avons choisis de vous livrer les secrets de six d’entre eux :
Le Bêta-carotène
Il s’agit du caroténoïde le plus médiatisé. C’est le deuxième caroténoïde le plus présent dans l’alimentation. Dans l’organisme, il a la capacité de se transformer en vitamine A. On dit alors que c’est une substance pro-vitaminique A. Il est traditionnellement reconnu pour ses propriétés de protection des cellules épithéliales, c’est-à-dire de la peau, car son action antioxydante est désormais très bien documentée. Selon certaines études, il pourrait également améliorer les défenses naturelles de l’organisme. Les aliments qui en contiennent le plus sont la carotte, la pastèque, le melon, la citrouille, la patate douce et les abricots (en particulier dans la peau de ce dernier, bien plus que dans sa chair). La cuisson affecte peu la teneur globale en bêta-carotène des aliments, seulement 5 à 7% peuvent être éliminés par
l’eau de cuisson.
Côté compléments alimentaires, la polémique est encore d’actualité avec d’un côté des études prouvant la toxicité d’une prise élevée de bêta carotène chez les fumeurs par exemple et de l’autre certaines qui concluent de son pouvoir protecteur vis-à-vis du cancer… Qui croire ? Principe de précaution oblige, à la rédaction de BioLinéaires nous prenons toujours le parti de dire que l’alimentation doit toujours être la base de vos recommandations et qu’il est toujours préférable de recommander des formes dites « naturelles ». C’est d’ailleurs le cas dans une algue qui détient la palme de la teneur en bêta-carotène : la Dunaliella salina algae, qui apporte également de l’alpha carotène, dans ses formes naturelles.
Le Lycopène
C’est le caroténoïde le plus abondant de l’alimentation occidentale. A l’inverse du bêta-carotène, il ne peut se transformer en vitamine A dans l’organisme. Outre son action antioxydante comme l’ensemble des caroténoïdes (il serait 100 fois plus efficace que la vitamine E pour piéger les radicaux libres), ce pigment rouge possède également d’autres vertus sur l’organisme, à partir de 6 mg par jour :
● Il serait hypocholestérolémiant et anti-inflammatoire et serait donc un élément de choix dans la prévention des maladies cardiovasculaires,
● Il aurait un rôle important en tant qu’antioxydant spécifique de la prostate, en empêchant la prolifération de certaines cellules,
● Et il permettrait de réduire les coups de soleil et les atteintes cellulaires plus profondes. Une dose quotidienne de 16 mg de lycopène pendant 10 semaines permettrait de réduire de 40% l’intensité des coups de soleil. La tomate et tous ses dérivés (sauce, jus), la goyave et la pastèque sont les meilleures sources de lycopène. 40 grammes de concentré de tomates fournit près de 20 mg de lycopène ! Pour comparatif, une tomate moyenne ou encore une tranche de pastèque n’en n’apporte que 3.5 mg.




La lutéine et la zéaxanthine
Ce sont deux caroténoïdes souvent associés dans les aliments et aussi dans l’organisme puisqu’ils sont principalement présents dans la macula, une région centrale de la rétine, qui filtre la lumière bleue. Ce sont donc des antioxydants spécifiques de la vision qui protègent l’oeil du stress oxydatif. Selon plusieurs études importantes, un apport journalier en lutéine et en zéaxanthine serait associé à une diminution de certaines pathologies de l’oeil : la Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge (DMLA) et la cataracte. Les légumes à feuilles vert foncé comme les épinards, les choux (frisé, vert, brocoli) sont les meilleures sources de lutéine et de zéaxanthine. Dans ces aliments, la chlorophylle verte cache la couleur jaune-orangé de ces caroténoïdes. Côté apport journalier, 5 à 10 mg de lutéine et 1 mg de zéaxanthine suffiraient, en complément des autres caroténoïdes, soit environ 90 g d’épinards cuits ou 50 g de chou frisé.
L’astaxanthine
Ce caroténoïde est également un puissant antioxydant spécifique de la vision et de la peau soumis aux radiations UV du soleil. Elle se trouve sous forme naturelle dans les compléments alimentaires car elle est synthétisée par une algue unicellulaire : Haematococcus pluvialis. Vous pouvez la conseiller à vos clients qui redoutent les méfaits du soleil sur la peau et les yeux et aussi à tous ceux qui travaillent sur écran et qui observent fréquemment une fatigue oculaire. De manière préventive, elle peut aussi être recommandée en prévention de la cataracte et de la DMLA.
La bêta-cryptoxanthine
Tout comme le bêta-carotène, c’est un précurseur de vitamine A dans l’organisme. Ce caroténoïde particulier pourrait avoir plusieurs effets très positifs sur l’organisme :
● Il pourrait influencer positivement le bilan lipidique et augmenter ainsi le HDL-cholestérol,
● Il jouerait un rôle dans la bonne santé des os en augmentant de façon importante la minéralisation osseuse (il élèverait le contenu en calcium et en phosphatase alcaline dans le tissu osseux),
● Il réduirait l’inflammation et l’athérosclérose,
● Et enfin serait prometteur pour réduire le risque de cancer du poumon. Les principales sources alimentaires de ce caroténoïde sont les oranges, leur jus, les mandarines, les clémentines et la papaye.

Avec toujours un peu de gras…
Les caroténoïdes des aliments et des suppléments sont mieux absorbés par l’organisme quand ils sont associés au même repas avec un peu de gras… Il est donc important de recommander les aliments qui en sont riches avec le repas du midi ou du soir qui comportera une huile d’olive ou de colza, ou avec le petit déjeuner ou les collations si celles-ci sont composées de quelques oléagineux (amandes, noix, noisettes) ou tout autre source de lipides afin d’en améliorer l’absorption.