compléments alimentaires

Les compléments draineurs Détox…

Mars/Avril 2012

Le grand nettoyage de printemps doit se faire aussi bien à l’intérieur des maisons qu’au sein même de l’organisme ! Comme à chaque changement de saison, vous devez recommander à vos clients une cure d’une dizaine de jours consécutifs de certaines substances : plantes et compléments phytonutritionnels pour drainer les toxines et toxiques accumulés pendant l’hiver.

Des pollutions chimiques environnementales (additifs alimentaires, résidus de pesticides, produits ménagers), une mauvaise hygiène de vie (alimentation déséquilibrée, stress, sédentarité) ou encore des prises chroniques de médicaments sont de grandes sources de déchets qui mettent les émonctoires à rude épreuve et diminuent l’énergie vitale de l’organisme.

En premier lieu, il est important de prodiguer à vos clients les conseils nutritionnels de base afin de faciliter le travail des plantes que vous allez leur conseiller. Pour cela, référez-vous à notre article page 87 sur les aliments et compléments pour avoir du pep’s en ce début de printemps.
Conjointement vous allez pouvoir, selon le profil de la personne, recommander différentes formes de compléments spécifiques pour le drainage hépatique ou rénal : comprimé, gélule, teinture mère ou encore ampoule ou flacon pour ceux qui préfèrent le « liquide ». De plus, cette dernière forme permet à vos clients de boire, ce qui facilite l’élimination des toxines et toxiques hors de l’organisme.

Votre 1er conseil un dépuratif hépatique

Le foie est l’organe dépuratif par excellence qui filtre plus d’un litre de sang par minute et purifie la circulation générale des toxines, des bactéries et des médicaments pris au long cours. En cette période de l’année, il est important de le tonifier, le stimuler et faciliter la formation et la sécrétion de bile à l’aide de plusieurs plantes et substances spécifiques qui peuvent être conseillées seules ou en association pour des effets synergiques.



Le chardon marie (Silybum marianum)
Cette plante de la famille des astéracées, proche cousine de l’artichaut, est utilisée depuis l’antiquité comme draineur, dépuratif et surtout revitalisant hépatique. Elle est surtout préconisée pour la prévention et le traitement des cirrhoses et des hépatites mais également pour régénérer les cellules endommagées lors d’intoxications par des substances naturelles ou synthétiques, telles que les médicaments allopathiques. Les composants actifs de la plante, les flavonoïdes regroupés sous le terme de silymarine, agissent directement sur la régénération des hépatocytes et la stimulation de l’élimination des toxines. Pour plus d’informations sur cette plante, voir notre article page 73.

Le radis noir (Raphanus sativus)
Les botanistes pensent que le radis noir fut la première espèce de radis à être cultivée par les hommes. On sait que les Égyptiens le cultivaient déjà à l’époque des pharaons puisque dans le temple de Karnak, furent retrouvés des hiéroglyphes le représentant. Connu pour « nettoyer » l’organisme en raison des divers composés soufrés que renferme sa racine, il draine le foie et active la sécrétion et l’élimination de la bile.

Le Chrysanthellum américanum
Originaire des hauts plateaux africains et d’Amérique du sud, cette plante contient trois types de flavonoïdes. Elle protège les cellules du foie et active surtout la sécrétion biliaire, ce qui facilite l’évacuation des micro-calculs. Elle est généralement utilisée pour son action hépatoprotectrice vis-à-vis de l’alcool et ses propriétés stimulantes au niveau du système digestif Cette plante est à conseiller seule ou en association avec d’autres plantes pour une meilleure efficacité, de une à deux fois par jour, toujours en dehors des repas.

Le Desmodium ascendens
Cette plante herbacée originaire d’Afrique équatoriale améliore considérablement le travail du foie. Utilisée souvent en complément des traitements conventionnels en cas d’hépatites pour éviter la jaunisse, elle protège et régénère les hépatocytes, tout en normalisant les taux de gamma-GT et de transaminases (ASAT et ALAT). Pour une simple cure dépurative, conseillez trois à quatre gélules de poudre de plante ou 10-15 ml par jour, de préférence avant les repas principaux.

L’extrait de feuilles d’artichaut (riche en cynarine)
et l’extrait de feuilles de sauge (riche en acides phénoliques et en flavonoïdes) sont tous deux utilisés traditionnellement pour leurs propriétés cholérétiques, c’est-à-dire qui augmentent la sécrétion de bile, et cholagogues puisqu’ils acheminent la bile vers les intestins, drainant de ce fait naturellement les toxines et toxiques hors de l’organisme.

 


D’autres plantes en teinture mère, en gélules ou en infusion peuvent aussi compléter les effets des plantes énumérées ci-dessus : l’extrait de feuille de pissenlit qui améliore l’ensemble des paramètres biliaires (bilirubine et transaminases), la menthe poivrée, la mélisse, le boldo, la fumeterre, le romarin, la bugrane ou encore la pensée sauvage.

À côté des plantes, certaines substances nutritionnelles peuvent aussi trouver leur place dans vos conseils pour drainer l’organisme et soulager le foie dans ses fonctions « détox ». C’est en particulier le cas des substances lipotropes qui se fixent sur les graisses et permettent soit leur dégradation dans le foie, soit leur élimination hors du foie. La méthionine, la choline, la bétaïne et l’inositol protègent ainsi le foie et favorisent la détoxification en augmentant l’activité de certaines enzymes hépatiques spécifiques. La N-AcétylCystéine (NAC) est aussi un excellent agent détoxiquant du foie, tout comme le L-Glutathion réduit. En effet ce dernier, de par la présence de son groupement thiol, est le principal nutriment du foie qui permet de neutraliser les agents toxiques et polluants. En transformant ces agents en composés solubles, ils peuvent aisément être éliminés hors de l’organisme par la bile ou encore les urines.

 
...suite...
Pour les vitamines pensez à conseiller certaines vitamines du groupe B et plus particulièrement la B1 et B2 et pour les oligoéléments, misez sur le manganèse et surtout le soufre qui est un grand régulateur de la fonction hépatique. Ce dernier est retrouvé en quantité appréciable dans certains aliments comme le chou, l’ail, le poireau et les fruits de mer, mais une cuisson prolongée détruit ce précieux oligo-élément. Dans certains complexes dépuratifs ou seul, vous trouverez le soufre sous forme de MSM (méthylsulfonylméthane).

L’aromathérapie peut également agir en synergie les autres plantes et substances nutritionnelles, et dans ce cas, conseillez les huiles essentielles de romarin et de bouleau, à raison de deux gouttes par jour à prendre par exemple dans une cuillère à café de miel. Et pour vos clients disposant d’un diffuseur d’huiles essentielles, dirigez-les vers l’huile essentielle de citron qu’ils diffuseront dans leurs pièces de vie.

La Chlorella pyrénoïdosa,
une algue unicellulaire microscopique d’eau douce, même si elle ne fait pas partie de la classe des « draineurs », peut parfaitement être conseillée afin de faciliter l’élimination des toxiques de l’organisme, et en particulier les métaux lourds, qui peuvent perturber le fonctionnement optimal des organes.

Votre 2e conseil : un dépuratif rénal

Eliminer les toxines et toxiques liposolubles, c’est-à-dire solubles dans les graisses, avec des plantes hépatoprotectrices doit être votre première intention. Toutefois, cela s’avère parfois insuffisant, surtout pour déloger de l’organisme les toxines hydrosolubles, c’est-à-dire solubles dans l’eau. De plus, la prise de ces suppléments draineursdiurétiques va également faciliter le désengorgement hydrique au sein des tissus sujets à la rétention d’eau.



La piloselle (Hieracium pilosella),
de la famille des astéracées, comme l’artichaut et le pissenlit, est un savant mélange de ses deux cousines, agissant aussi bien en tant que diurétique qu’en tant que cholérétique. Grâce à leurs propriétés diurétiques, les flavonoïdes spécifiques de la piloselle, dont la lutéoside, favorisent l’élimination urinaire des chlorures et de l’urée, deux déchets produits naturellement par l’organisme. La prise de cette plante va donc favoriser l’élimination rénale de l’eau et de certains déchets toxiques, même chez la femme enceinte, sans contre-indication, qui est souvent sujette à la rétention d’eau.

L’aubier de tilleul (Tilia Sylvestris),
qui est en fait l’écorce débarrassée de sa couche externe, a la particularité d’agir sur les organes émonctoires de l’organisme que sont les intestins, la vésicule biliaire, le foie et les reins.
En cas d’oedèmes et de rétention d’eau ou encore de cellulite, l’aubier de tilleul va permettre de désinfiltrer les tissus et d’éliminer le surplus d’eau hors de l’organisme. De plus, il possède des effets cholérétiques et cholagogues et augmente la capacité du foie à filtrer et à drainer les toxines externes et les déchets organiques tel l’acide urique. Les gélules peuvent être recommandées trois fois par jour avec un grand verre d’eau et la décoction de l’aubier entier pourra être consommée chaude ou froide, tout au long de la journée, à raison de 40 g d’aubier pour un litre d’eau froide, qui sera à porter à ébullition et à laisser réduire à feu doux pendant une vingtaine de minutes.



Les feuilles de pissenlit (Taraxacum officinale)
favorisent l’élimination rénale des déchets tout en conservant le potassium au sein de l’organisme. Les racines de pissenlit, quant à elles, ont une action non négligeable sur le foie et s’ajoutent ainsi à l’action des draineurs hépatiques.

Les décoctions de queues de cerise (Prunus cerasus)
sont également à recommander après chaque repas pour favoriser le fonctionnement des reins, c’est-à-dire augmenter la diurèse et ainsi désintoxiquer l’organisme.

Les sommités fleuries de la Reine des prés (Filipendula ulmaria)
et de l’Orthosiphon possèdent des effets diurétiques et favorisent l’élimination de l’urée et de l’acide urique. Ils permettent également de lutter contre la rétention d’eau grâce à la présence d’un hétéroside dans la reine des prés et de sinensétine dans l’orthosiphon. D’autres plantes, prises sous formes de gélules ou d’infusions peuvent aussi aider à drainer les toxines solubles : le thé vert, la prêle des champs, l’extrait de bardane, l’épine vinette (Berberis vulgaris) ou encore les feuilles de bouleau qui sont d’excellents dépuratifs et diurétiques à la fois. La sève de bouleau, est également à conseiller car elle favorise le drainage en profondeur de l’organisme et l’élimination des déchets acides et organiques (Voir notre article page 77).

Les complexes draineurs « tout en un »
Beaucoup de fournisseurs vous proposent également des complexes de plantes et de substances nutritionnelles qui agissent en synergie pour détoxiquer tous les organes émonctoires, du foie aux intestins en passant par les reins, la peau et les poumons. Ils sont souvent plus faciles à conseiller pour vos clients novices et complètent parfaitement dans vos rayons les plantes vendues seules.