compléments alimentaires

Sève de bouleau : la cure de printemps

janv-fév 2009

Le bouleau est un arbre qui est largement utilisé depuis les temps les plus reculés. On en a fait des jantes de roues, des sabots, des balais..., dans les pays nordiques(Suède et en Laponie) sa sève a remplacé le sucre, il a servi à la préparation du vin et son écorce était utilisée pour couvrir les cabanes, fabriquer des corbeilles, des cordes, des chaussures tressées. On en a même extrait une huile pour le tannage qui donne au cuir une qualité supérieure et sur le plan alimentaire, bière et pâte étaient à base de bouleau. L’utilisation thérapeutique de la sève de bouleau est moins ancienne, du moins en Europe Occidentale car ce n’est qu’au 12ème siècle que Sainte Hildegarde en parle pour les ulcères.



Les espèces utilisées

En Europe occidentale, les deux espèces les plus représentées sont le bouleau verruqueux et le bouleau pubescent. Elles cohabitent et s’hybrident entre elles. C’est pour cette raison qu’elles sont les plus représentées dans ces pays et que la sève est récoltée sur ces deux espèces.

Description

La sève est un liquide très clair, voire même incolore, semblable à l’eau à l’état frais, fade, légèrement sucrée, qui à cause du lévulose (fructose) qu’elle contient, polarise la lumière à gauche. Après quelques jours de repos, la sève se trouble par apparition de maléate de calcium et de phosphate calcique provoquée par la fermentation et les modifications biochimiques qu’elle subies. Son état ne reste donc pas stable très longtemps et de plus à cause du sucre qu’elle contient, elle fermente et devient acidulée.

Récolte de la sève de bouleau

La sève se récolte au printemps, au moment de sa montée et avant l’ouverture des bourgeons en forant un trou de faible diamètre dans le tronc (sur une profondeur de 2 à 5 cm.) et en y insérant un tuyau. Après le prélèvement, le trou se rebouche à l’aide d’une cheville de bois. Il est également possible d’obtenir de la sève en sciant une branche, mais ce procédé est plus violent. Si cette méthode est choisie, il faut attacher des bocaux aux branches mêmes, sous l’entaille. La montée de la sève est brutale et violente. D’un jour à l’autre, d’une branche sciée peut s’échapper un véritable jet de sève. Normalement cette récolte n’épuise pas l’arbre.

Conservation de la sève de bouleau

Elle peut se faire de plusieurs manières et selon le procédé utilisé avoir des impacts qualitatifs :
● en stabilisant la sève avec de l’alcool pur.
● en la pasteurisant comme pour les jus de fruits (risque de dégradation liée à l’intervention de la chaleur).
● en ajoutant des clous de girofle, afin d’empêcher la fermentation
● en conservant la sève pure en bouteille cachetée, après avoir pris soin de remplir à ras bord le flacon avec de l’huile (afin d’éviter le contact avec l’air).
● en congelant de la sève fraîche permettant ainsi son utilisation tout au long de l’année avec l’inconvénient de changer son état physique.
● en procédant à sa fermentation (obtention d’un vin de bouleau analogue au « champagne »).
Enfin, par l’adjonction de conservateurs chimiques et leurs conséquences.




NE PAS CONFONDRE SEVE DE BOULEAU ET JUS DE BOULEAU, Le jus de bouleau provient d’une simple extraction aqueuse de feuilles séchées.

 


Composition de la sève de bouleau

La sève est un liquide légèrement sucré (0,5 à 2% de sucre) qui renferme deux hétérosides : le Bétuloside et le Monotropitoside qui libère par hydrolyse enzymatique du salicylate de méthyle, analgésique, anti-inflammatoire et diurétique. Elle renferme également du mucilage et des sels minéraux. On constate la présence d’hormones végétales, comme l’acide absissique (ABA), sous forme estérifiée dans les bourgeons dormants et dans la sève, ainsi que des cytokines. 17 acides aminés libres ont été observés dans la sève, parmi lesquels figure l’acide glutamique. Enfin, sa composition en oligo-éléments dépend de la nature géologique du sous-sol. Il est donc intéressant de récolter la sève sur des terrains riches en minéraux.

Activités thérapeutiques de la sève de bouleau

La sève est un “élixir de printemps”, diurétique et dépuratif. C’est la « cure de printemps » idéale qui permet d’éliminer les toxines accumulées pendant l’hiver. La sève est un remarquable draineur de l’organisme: elle active la diurèse et l’élimination des déchets organiques : acide urique, urée, cholestérol. Elle serait également vermifuge et détersive La sève exercerait une action efficace sur les maladies de peau. Selon les notes historiques de Fournier, en usage externe, la sève de bouleau aurait une action réelle ou supposée sur la pousse des cheveux. On l’a également trouvée avantageuse dans les maladies de reins, de la vessie et de la vésicule biliaire. Autrefois ,elle était utilisée pour combattre la jaunisse et son usage a été préconisé contre la gale et le scorbut. En usage vétérinaire, la sève (associé avec de l’argile) s’utilise dans la diarrhée des veaux, vraisemblablement pour compenser la déshydratation et assurer une reminéralisation de l’animal. Enfin, à plus forte dose, la sève présenterait une action anti-inflammatoire. Document réalisé à l’aide du Guide de la sève de bouleau Editions Amyris.
www.editionsamyris.com



Document réalisé à l’aide du Guide de la sève de bouleau Editions Amyris. www.editionsamyris.com