compléments alimentaires

Le resveratrol : tous les bienfaits du vin sans l'alcool !

sept-oct 2009

Le 18 juin dernier, se tenait au musée du vin à Paris, une conférence de presse sur les bienfaits des polyphénols de raisin et en particulier sur le resvératrol, une puissante substance antioxydante naturellement présente dans les fèves de cacao, les baies rouges, l’arachide et surtout dans le raisin et donc le vin rouge. Rapide tour d’horizon des bienfaits du Resvératrol vanté par le professeur Lucien Israël…

Le resvératrol fait partie de la classe des stilbènes, une des quatre grandes familles de polyphénols. C’est une substance synthétisée par les végétaux en réponse à un stress environnemental comme les rayons ultra-violets ou encore certains champignons pathogènes. C’est la raison pour laquelle les vins rouges issus de l’agriculture biologique contiennent plus de resvératrol que ceux issus de l’agriculture conventionnelle puisque les traitements protecteurs antifongiques et les pesticides empêchent la synthèse de resvératrol dans la peau du raisin.

Quels bénéfices en attendre ?

Le resvératrol est avant tout un puissant polyphénol aux vertus antioxydantes et donc anti-âge. Mais il possède bien d’autres propriétés exceptionnelles.
Une protection du système cardiovasculaire
Des études épidémiologiques montrent qu’une consommation modérée d’alcool pourrait être une pièce maîtresse dans la prévention des maladies cardiovasculaires. Il peut s’agir de n’importe quel type d’alcool mais il apparaît que le vin, et en particulier le vin rouge, semble conférer des « bénéfices santé » supplémentaires du fait de la présence de composés polyphénoliques dont le resvératrol, une substance ultra- protectrice, à l’origine de ce que l’on appelle le « french paradox ». Car les Français, malgré une alimentation riche en mauvaises graisses animales, vivent en moyenne 2 ans de plus que les américains et la prévalence des accidents cardio-vasculaires est moins importante qu’outre Atlantique. D’ailleurs, selon l’OMS, le resvératrol réduirait à lui seul de 40% le risque cardiovasculaire, en agissant sur plusieurs fronts à la fois :
● Il agit sur le bilan lipidique en favorisant la baisse des taux de triglycérides et de mauvais cholestérol, deux facteurs importants dans la genèse des maladies cardiovasculaires et surtout des infarctus, tout en diminuant l’oxydation du LDL-cholestérol.
● Il modifie les paramètres de la coagulation et plus particulièrement, va empêcher l’agrégation des plaquettes sanguines sur les parois des vaisseaux, responsables de la formation de plaques qui obstruent les artères.
● Il assure l’intégrité et l’élasticité des vaisseaux sanguins en favorisant la production d’une substance qui dilate ces derniers.
● Et dernièrement, il diminue les marqueurs de l’inflammation (action anti-inflammatoire) et grâce à son action antioxydante, va protéger les cellules sanguines et éviter ainsi leur vieillissement prématuré.
L’activation de certains gènes de la longévité
Le rêve de tous est bien-sûr de vivre plus longtemps tout en restant « jeune » ! Le resvératrol pourrait être un espoir dans ce domaine puisque selon certaines études effectuées à la Harvard Medical School, il activerait certains gènes de la longévité (Sirtuines - Sir2) capables d’accroître fondamentalement l’espérance de vie comme peut le faire la restriction calorique.




La régulation du profil glycémique et la gestion du surpoids
Des études effectuées sur des souris obèses ont démontré que le resvératrol permettait de prévenir les effets néfastes d’une alimentation trop calorique et d’augmenter leur survie. De plus, leur tolérance au glucose et leur glycémie à jeun était améliorées et elles étaient protégées de l’obésité.
De probables effets anticancéreux
Selon le professeur Lucien Israël présent à cette conférence, la consommation modérée de vin rouge est utile contre le cancer car le resvératrol qu’il contient, une molécule inoffensive, a largement démontré son action anticancéreuse. Selon lui, « non seulement cela a des effets préventifs, mais également des effets curatifs. Il faudrait probablement, à partir d'un certain âge en tout cas, que tout le monde prenne du resvératrol, surtout ceux qui ont eu des cancéreux dans leur ascendance, car cela dénote une certaine "fragilité" ou prédisposition génétique probable ». Le professeur Israël assure que cette substance est « parfaitement bien tolérée ».

Quand et Quelle quantitè en conseiller ?

A recommander à partir de la cinquantaine, voire même de la quarantaine quand certains facteurs de risques sont importants. Le resvératrol constitue une excellente alternative au vin rouge pour tous ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas consommer d’alcool (religion, conviction, goût etc.). Pris tous les jours, en remplacement du « verre de vin » ou pris en cure, deux ou trois fois par an, le resvératrol permettra d’obtenir tous les avantages du vin sans les inconvénients. Généralement on conseille 40 à 100 mg par jour en dehors des repas pour une meilleure assimilation.