compléments alimentaires

La vitamine D3 pour nos petits maux …

Nov-Déc 2009

Quand on parle de vitamine D, on y associe souvent le calcium et la croissance. En effet, qui n’a jamais pris le matin à jeun une cuillère d’huile de foie de morue dans son enfance pour prévenir le rachitisme et les problèmes de croissance ? Toutefois, les recherches sur cette vitamine ne cessent d’avancer et on lui attribue désormais de multiples propriétés bienfaisantes pour la majorité de la population.

Même si l’organisme est capable de synthétiser de la vitamine D3 quand les rayons UVB du soleil traversent la peau, force est de constater que cette production interne est parfois bien insuffisante, surtout en période de faible ensoleillement, comme cela est le cas en ce moment. Alors inutile de recommander l’utilisation des cabines UV pour une synthèse suffisante de vitamine D3 cet hiver ! Un bon rééquilibrage au niveau de l’alimentation et une petite cure de vitamine D3 sous forme de comprimé ou de capsules et vos clients auront ainsi tout naturellement des taux optimaux dans leurs organismes sans effets secondaires.

Pourquoi conseiller de la vitamine D3 ?


Pour des os solides
Les enfants, les femmes enceintes et allaitantes et les personnes à partir de la cinquantaine sont des cibles idéales afin d’éviter les risques de fractures, d’ostéoporose et de mauvaise croissance. En effet, la supplémentation en calcium seul ne suffit généralement pas à assurer une bonne croissance et une bonne résistance des os. L’apport en vitamine D est alors indispensable car c’est elle qui régule les niveaux de certaines hormones, et en particulier la parathormone, au rôle primordial sur la densité osseuse.
Pour les femmes sujettes à la déprime saisonnière
Même si les mécanismes ne sont pas encore clairement élucidés, des études ont démontré l’efficacité de la vitamine D3 dans l’amélioration de l’humeur, de la fatigue et du sommeil. Cet effet est surtout démontré chez les femmes sujettes à la déprime, fréquente en cette saison, mais aussi chez les personnes âgées enclines à la dépression. Pour prévenir les états grippaux et les rhumes En cette période si délicate, il indispensable d’augmenter au maximum les apports en aliments riches en cette vitamine car elle modulerait l’activité de certains systèmes de défenses de l’organisme.
Pour prévenir certains cancers
Dans l’organisme, la vitamine D3 ingérée ou synthétisée par la peau, subit des transformations pour arriver au final à une forme active de la D3, plus scientifiquement appelée « Calcitriol ». Ce dernier est en fait une hormone stéroïde qui possèderait de puissantes actions anti-cancer, dirigées plus particulièrement contre les cancers du système digestif (côlon, oesophage, estomac, rectum) et ceux du sein et de la prostate.
Pour améliorer le traitement des diabétiques
La vitamine D3 permettrait d’améliorer la sensibilité à l’insuline et surtout le métabolisme du glucose. Ainsi, une supplémentation en D3 optimiserait l’efficacité des traitements donnés aux diabétiques qui ne sont pas sous insuline. Certaines études montrent également qu’un taux suffisant en cette vitamine pourrait même prévenir le diabète de type I, c’est-à-dire insulinodépendant. Mais les vertus de la vitamine D ne s’arrêtent pas là et de plus amples recherches doivent encore être effectuées pour la placer au rang des autres vitamines incontournables comme peuvent l’être les vitamines C, B9 et B12.
En effet, cette vitamine pourrait aussi jouer un rôle très positif dans le ralentissement de certaines maladies auto-immunes, dans la maladie de parkinson, la sclérose en plaques, les pathologies rhumatismales, les maladies cardiovasculaires ou encore l’hypertension.


Comment recommander la D3 ?




Côté alimentation, saumon, thon, flétan, hareng, sardine, huître, truite, jaune d’oeuf et maquereau sont les principales sources de vitamine D3. Par exemple, 100 grammes de saumon ou de thon apportent l’équivalent de 20-25μg de D3. Pour faire simple, les poissons qui contiennent le plus de vitamine D3 sont aussi ceux qui offrent le plus d’oméga-3. Une raison de plus de les mettre dans les paniers de vos clients, même en boîte quand ceux-ci sont disponibles.
Côté complément alimentaire, axez-vous sur la vitamine D3, c’est-àdire celle d’origine animale car la D2 végétale ne serait pas ou très peu assimilée par l’organisme humain.
L’huile de foie de morue est intéressante car très riche en vitamine D, mais elle apporte également de fortes doses de vitamine A dont le surdosage pourrait diminuer l’efficacité de la D3.

Quel dosage optimal préconiser ?

En France, les apports journaliers recommandés (AJR) sont extrêmement bas puisque basés sur une moyenne de 5 μg par jour (soit 200UI) pour un adulte. Or toutes les études tendent à démontrer que 20 à 25 μg (800-1000UI) quotidiens seraient nettement plus efficaces, en particulier chez les personnes à risques comme les personnes de plus de 50 ans et celles qui s’exposent peu au soleil, les femmes enceintes, les enfants et adolescents et tous ceux qui habitent dans les régions les plus au nord.