compléments alimentaires

Comment prendre soin des articulations de vos clients…

jan-fev 2010

Idée reçue : l’arthrose, (ou plus simplement les « rhumatismes ») n’est qu’une simple usure des cartilages liée à l’âge et le seul traitement vise à diminuer la douleur.- Première objection: l’arthrose n’est pas une maladie liée au vieillissement car elle affecte toutes les tranches d’âge. - Deuxième objection: Il est possible de faire diminuer, voire de faire stopper, les prises de paracétamol ou d’anti-inflammatoires en remaniant la composition des assiettes de vos clients..

L’arthrite, du grec arthron (articulation), désigne toutes les affections inflammatoires qui touchent les articulations, de façon ponctuelle ou pérenne. Hippocrate classait les symptômes arthritiques sous quatre termes facilement identifiables : Calor (chaleur), Dolor (douleur), Rubor (rougeur), Tumor (grosseur).

Les formes les plus communes sont :


● L’arthrose qui touche vers la quarantaine les articulations qui supportent le poids du corps (hanches, genoux, colonne vertébrale) ou qui sont utilisées de façon répétitive (sport ou profession) et,
● La polyarthrite rhumatoïde qui est une inflammation chronique des membranes qui entourent les articulations. Bien souvent d’origine auto-immune, elle affecte tout le corps dès l’âge adulte.
Même si les causes ne sont pas toujours connues (chocs, infections, simple usure naturelle, maladie auto-immune ou sans raison apparente), le premier impératif est la révision totale du contenu des assiettes de vos clients et ce n’est qu’ensuite que vous pourrez suggérer la prise de suppléments nutritionnels et botaniques.

Des aliments « anti-inflammatoires naturels »

La destruction du cartilage s’accompagne toujours d’inflammations douloureuses. L’objectif est alors de rétablir à 4/1 le rapport oméga-6/oméga-3 en conseillant de bonnes huiles comme l’huile d’olive riche en oméga-9 et surtout l’huile de colza qui est riche en oméga-3 et possède un très bon rapport entre les différents acides gras.
La dose quotidienne nécessaire d’oméga-3 pour réduire l’inflammation est d’environ 3000 mg soit 1800 mg d’EPA et 900 mg de DHA que vos clients trouveront dans les poissons dits « gras ».

Votre conseil : des poissons gras trois fois par semaine (thon, saumon, sardines, hareng, maquereau, flétan, anchois), de l’huile d’olive, de colza, des noix de Grenoble et des graines de lin à ajouter aux salades, de la mâche et des épinards

Des aliments « anti-radicaux libres » La destruction des cartilages s’accompagne d’une production importante de radicaux libres et pour contrer ce phénomène, il est impératif de conseiller des antioxydants puissants pour limiter les dommages supplémentaires. Pour ce faire, recommandez au maximum les fruits et légumes dont la valeur ORAC (Oxygen Radical Absorbance Capacity), c'est-à-dire le pouvoir antioxydant, est la plus élevée.

Votre conseil : Comme base alimentaire, toujours et encore des légumes surtout les crucifères (choux, radis noir, navet, raifort, rutabaga) car ils apportent en plus des glucosinolates qui stoppent les processus inflammatoires. Et bien sûr : algues, ail, oignon et épices fraîches ou en poudre (surtout curcuma et gingembre) à volonté dans tous les plats.



Des aliments riches en fibres

La teneur en fibres du bol alimentaire doit aussi être revue à la hausse car, plus la consommation de fibres est importante et plus le taux de C-réactive protéine, un marqueur de l’inflammation, est bas. Les fibres se retrouvent non seulement dans les fruits et légumes mais aussi dans les céréales complètes.

Votre conseil : Légumes secs, son de blé, céréales complètes et jus de légumes lacto-fermentés pour la bonne intégrité de la flore intestinale ( en provenance exclusivement de l’AB pour éviter les résidus de pesticides ).


Modération sur :


● Les viandes (boeuf, porc, veau, agneau) car elles apportent trop d’acide arachidonique, un acide gras pro-inflammatoire, et trop de fer qui favorise l’oxydation.
● Les aliments industriels et les matières grasses hydrogénées qui apportent des acides gras trans pro-inflammatoires
● L’huile de tournesol, de maïs, de pépins de raisin, de germe de blé, de carthame, de soja et les margarines faites à partir de ces huiles.

Vos conseils de compléments alimentaires additionnels


● Sulfate de Chondroïtine : elle réduit les taux de marqueurs inflammatoires (TNF-α et IL-1) et permet surtout la lubrification.
● Glucosamine : souvent extraite de la carapace des crustacés, c’est un constituant essentiel du cartilage.
● MSM : riche en soufre, il aide aussi le système immunitaire à se réguler
● Boswellia serrata : cette plante aux vertus anti-inflammatoires réduit la douleur et le gonflement.
● Huiles de poissons : même si les effets ne sont pas immédiats, elles inhibent les enzymes qui détruisent le cartilage.
● Curcuma : ses curcuminoïdes sont antioxydants et anti-inflammatoires, ils permettent de réduire la formation de composés pro inflammatoires (leucotriènes).
● Gingembre : il est un parfait anti-inflammatoire naturel.
● Vitamine D : en plus d’être indispensable à une bonne ossification, elle jouerait un rôle anti-inflammatoire et régulateur du système immunitaire.
● Et aussi : Harpagophytum, Prêle, Feuilles de cassis, Bromélaïne, Manganèse.

Les petites suggestions de BL
Recommandez toujours des séances de natation ou d’aquagym en période non douloureuse car l’activité physique modérée stimule le renouvellement du cartilage. Préconiser du repos, des séances de relaxationsophrologie et de respirations profondes. Faites perdre du poids, si besoin, pour atteindre un poids de forme.