compléments alimentaires

Le zinc : un nutriment de l'hiver …

jan-fev 2010

Le zinc est l’oligo-élément tracé le plus abondant dans l’organisme après le fer. Il est concentré dans les muscles et les os, mais se retrouve également dans de multiples organes et dans certaines sécrétions. Chaque jour, l’organisme humainen perd environ 10mg par les selles et la transpiration mais comme il n’en fait pas de réserves permanentes, il arrive parfois que les apports ne couvrent pas tout à fait les pertes.






A quoi sert-il ?

Il intervient dans la structure et la régulation de l’activité de plus de 300 enzymes. Il a un rôle essentiel au niveau du système immunitaire, intervient dans la structure de certaines hormones, joue un rôle dans la modulation de l'humeur, l'apprentissage, la vision, le goût et l'odorat. Il intervient également dans la reproduction, la croissance et la coagulation sanguine. C’est aussi un puissant antioxydant. Un déficit en zinc entraîne : troubles de l’immunité, lésions de la peau, chute des cheveux, retards de cicatrisation, diarrhées, troubles de la vision, du goût et de l’odorat. Une consommation excessive d’alcool, une pathologie intestinale ou encore une importante activité physique augmentent les besoins en zinc.

Pourquoi le conseiller ?


Il améliore les défenses immunitaires et réduirait les symptômes des rhumes
Dès les premiers symptômes, et en prévention, conseillez un supplément de zinc pour rétablir un taux sanguin correct et ainsi permettre une bonne intégrité du système immunitaire. Un tel apport permet une augmentation du nombre des lymphocytes et une stimulation de la réponse des cellules immunitaires. Toutefois, le zinc ne serait utile que lorsqu’il entre en contact direct avec le virus du rhume. Il inhiberait sa multiplication au niveau de la sphère ORL. Des pastilles de zinc à croquer seraient donc la seule forme à recommander dès les premiers symptômes du rhume, en complément de la vitamine C.
Il permet de diminuer la DMLA
La Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age est la cause la plus courante de troubles de la vision, voire de la perte totale de la vue, chez les personnes de plus de 65 ans. Les résultats de l’étude clinique AREDS (Age Related Eye Disease Study), menée sur près de 4000 personnes ont démontré que la prise de zinc associée à d’autres antioxydants (Vit E, C et bêta-carotène) peut ralentir le développement de cette dégénérescence et réduire le risque de perdre la vue.

Il atténue l’acné, améliore la beauté des cheveux et diminue les calvities
Une étude française a mis en avant l’efficacité d’un apport quotidien de zinc pour réduire l’inflammation des lésions cutanées et donc diminuer le nombre de boutons acnéiques. Côté chevelure, la prise de zinc et B6 améliore la pousse des cheveux. Couplé à la taurine et aux catéchines du thé vert, il ralentirait leur chute quotidienne
Il stimule la fertilité masculine
Présent en grande quantité dans l’appareil génital masculin, le zinc a un rôle essentiel dans la mobilité des spermatozoïdes et la synthèse de testostérone. Les hommes ayant des problèmes de fertilité pourraient augmenter leur concentration en spermatozoïdes en prenant du zinc et de la B9.

Qui peut aussi bénéficier d’une cure de zinc ?


● Les femmes enceintes pour augmenter le poids de bébé à la naissance, diminuer le risque de prématurité et de complication à l’accouchement.
● les personnes âgées, car leur absorption intestinale diminue.
● Les sportifs transpirant beaucoup.
● Les enfants hyperactifs car il diminuerait les symptômes.
● les adolescents car il augmenterait les capacités intellectuelles.
● Les femmes ménopausées pour lutter contre l’ostéoporose car il active un certain nombre d’enzymes qui vont participer à la minéralisation de l’os.

Où en trouver dans l’alimentation ?

Les huîtres détiennent la palme avec 90 mg pour 100g. Une douzaine couvre la totalité des besoins quotidiens. Ensuite le foie de veau, le tahin, les graines de pavot, le boeuf et les graines de céréales entières en apportent aussi. Dans ces dernières, la présence d’acide phytique diminue son assimilation. Conseillez toujours par exemple un pain au levain qui « digère » ces phytates et permet une meilleure assimilation des minéraux. L’absorption du zinc, qui est de l’ordre de 15 à 40%, est fonction de l’état des intestins, de la composition du repas (elle augmente en présence de protéines animales) et tend à diminuer avec l’âge.

1) Meynadier J. Efficacy and safety study of two zinc gluconate regimens in the treatment of inflammatory acne.Eur J Dermatol 2000 Jun;10(4):269-73

Zinc et prostate
Au fil des années, le zinc s’accumule dans la prostate, plus que partout ailleurs dans le corps. Mais à l’heure actuelle, on ne sait pas si cette accumulation empêcherait les cellules cancéreuses de se multiplier à cet endroit ou favorisait l’apparition d’un cancer ? Aux doses journalières recommandées (10-20 mg), il contribuerait à réduire de moitié l’incidence de ce cancer couplé à la vitamine C, E, le bêta-carotène et le sélénium, comme l’ont confirmé les résultats de l’étude SU.VI.MAX. Toutefois, quand le taux de PSA sanguin (Antigène Prostatique Spécifique) est supérieur à 3 (catégorie à haut risque), la prise des antioxydants aurait l’effet inverse. Evitez donc de conseiller un supplément de zinc si le dosage des PSA sanguin dépasse 3μg/l.