compléments alimentaires

Le KUDZU… la plante révolutionnaire anti addiction

Mars-Avril 2010

Les résolutions de début d’année sont souvent liées à l’arrêt du tabac ou de l’alcool. Mais parfois, la volonté n’est pas assez forte contre ce type de dépendance et les aides nicotiniques peuvent ne pas être suffisantes pour stopper une consommation régulière… Même si vos clients vous assurent qu’ils arrêtent quand ils veulent et qu’ils ne sont pas dépendants, force est de constater qu’après quelques jours d’arrêt, il manque quelque chose… Ils sont plus irritables, compensent par la nourriture, deviennent insomniaques et finalement, finissent par reprendre un verre, une cigarette, puis deux et tous leurs efforts ont été vains tout cela parce qu’il manquait « quelque chose », mais quoi ?



Gilles Lebrun



Aider au sevrage tabagique et alcoolique

Pour les aider à reprendre leur santé en main, vous pouvez les orienter vers de nouvelles plantes pour soutenir leurs efforts et arrêter naturellement le tabac, l’alcool ou les autres drogues dites « douces ». Certaines plantes ont déjà prouvé leur efficacité comme l’Avena sativa, plus communément appelée avoine, le millepertuis ou encore le Griffonia simplicifolia riche en 5-HTP qui permet d’augmenter le taux de sérotonine dans l’organisme et donc d’améliorer considérablement l’humeur. Si vos clients ont déjà essayé ces plantes sans succès, recommandez-leur le Kudzu (Pueraria lobata), que vous prononcerez « coudzou ». Originaire d’Asie du sud-est, cette plante est très répandue en Chine, au Japon et en Inde. Elle est utilisée en médecine chinoise depuis des décennies pour lutter contre les allergies, les migraines et les diarrhées. C’est seulement depuis quelques années que notre pharmacopée occidentale s’intéresse à cette racine pour aider au sevrage alcoolique et tabagique.

Une action calmante et apaisante

La racine de Kudzu contient des substances très actives comme la daidzine, la daidzéine et la puérarine que l’on regroupe sous le terme d’isoflavones. Ces substances, également présentes dans le soja, ont une action calmante et apaisante en agissant sur le système nerveux central et permettent ainsi de moins ressentir les envies et les pulsions envers ces substances toxiques. Les études, qui ont été effectuées jusqu’alors sur des animaux, devraient bientôt être confirmées chez les hommes. Toutefois les expé- riences déjà faites sur des fumeurs moyens ont donné de très bons résultats en seulement quelques jours. Même les patchs achetés « en secours » à la pharmacie n’ont pas servi ! Pas de sentiment de manque, pas d’irritabilité, tout se passe en douceur et sans effets secondaires.


Une action Détox

Cette plante ne se contente pas de limiter les pulsions, puisque simultanément, elle réduit les dommages que ces toxiques ont pu engendrer au fil du temps sur l’organisme. En stimulant l’activité de certaines enzymes, la racine de Kudzu permet de lutter contre le stress oxydatif produit par la consommation de cigarettes et d’alcool et ainsi, limite leurs effets néfastes. En chine, la tisane de cette plante est aussi utilisée pour limiter les méfaits des repas de fête arrosés. Ainsi, la prise de kudzu pourrait réduire la fameuse « gueule de bois » du lendemain matin.

Les conseils BIOlinéaires:

Combien et Quand ?
Deux prises par jour entre les repas, une le matin avant le petit déjeuner et une autre le soir au coucher, à raison d’au minimum 300 mg d’extrait de racine, standardisé, c’est-à-dire normalisé, au moins à 8% d’isoflavones. Pour les gros fumeurs ou les gros buveurs, faites doubler les doses en les répartissant tout au long de la journée.
Durée ?
Le programme est à poursuivre pendant au moins un mois, en synergie avec des vitamines du groupe B. Côté prix, voici un argument imparable : seulement une trentaine d’euros par mois selon les marques, soit l’équivalent de six paquets de cigarettes ou deux ou trois bouteilles de whisky. Généralement les effets se font rapidement sentir mais comme pour toute chose, un minimum de volonté est requis…
Contre-indication formelle :
les femmes enceintes ou qui souhaitent le devenir. Jamais aucune plante dans ce cas sans l’avis du médecin traitant.


Une action bénéfique contre les maladies cardiovasculaires

Son utilisation s’est aussi avérée efficace pour diminuer la pression artérielle, améliorer la circulation sanguine et diminuer l’inflammation, faisant de cette plante un supplément de choix dans le traitement des maladies cardiovasculaires (angine de poitrine, infarctus du myocarde et hypertension artérielle).

D’éventuels effets positifs pour les diabétiques

Action sur le métabolisme du pancréas et le stress oxydatif : Chez le rat, des expériences ont mis en évidence l’effet protecteur de la puérarine sur certaines cellules du pancréas responsables de la sécrétion d’insuline. Elle inhibe la mort programmée de ces cellules, stimule la sécrétion d’insuline et enfin, inhibe la production de radicaux libres en augmentant l’activité des catalases et des superoxide-dismutases (SOD).
Amélioration de la tolérance au glucose :
La puérarine, qui est rapidement absorbée par l’intestin, augmente la tolérance au glucose chez les diabétiques de type II en baissant la glycémie et en augmentant le stockage du glucose sous forme de glycogène au niveau du foie et du coeur.