compléments alimentaires

Le Bêta-carotène, ami ou ennemi ?

Nov-Dec 2012

Dans la famille des caroténoïdes, je demande le plus médiatisé : le bêta-carotène qui longtemps considéré comme une substance végétale protectrice contre le cancer se voit désormais montrée du doigt par les plus septiques… Petits rappels des données scientifiques sur ce nutriment.

Le bêta carotène

Le bêta carotène (BC) est un pigment végétal précurseur de la vitamine A. Il s'agit de la principale provitamine A du fait de son abondance dans certaines fruits et légumes et de l'efficacité de sa transformation dans l’organisme en vitamine A. C’est le deuxième caroténoïde le plus présent dans l’alimentation.

Dans quels aliments le trouve-t-on et comment est-il absorbé ?
Parmi les aliments les plus riches on retrouve bien sûr la carotte, l'abricot sec, le potimarron, la pastèque, le melon mais aussi le persil, le cerfeuil, la mâche, l'épinard, et le chou vert. La cuisson affecte peu la teneur globale en BC des aliments, seulement 5 à 7% peuvent être éliminés par l’eau de cuisson. Toutefois il reste sensible à la lumière. Les caroténoïdes des aliments et des suppléments sont mieux absorbés par l’organisme quand ils sont associés au même repas avec un peu de gras. Il est donc important de recommander les aliments qui en sont riches avec le repas du midi ou du soir qui comportera une huile d’olive ou de colza pression à froid, ou avec le petit déjeuner ou les collations si celles-ci sont composées de quelques oléagineux (amandes, noix, noisettes) ou tout autre source de lipides afin d’en améliorer l’absorption. Par ailleurs sa transformation en vitamine A nécessite des apports suffisants en vitamine C et en zinc.

Quelles sont ses propriétés ?
Bien que précurseur de vitamine A, il n'est pas utilisé pour pallier les carences en cette vitamine qui sont très rares dans nos pays développés. Il est toutefois traditionnellement reconnu pour ses propriétés antioxydantes et est utilisé dans les compléments alimentaires pour :
● Activer et prolonger le bronzage car il a la capacité d'activer la synthèse de mélanine et de protéger les cellules épithéliales, c'est-à-dire de la peau, contre les méfaits du soleil. Il a en revanche la capacité de s'opposer aux effets phototoxiques des porphyrines et peut être utile dans certains cas de photosensibilisation.
● Diminuer le risque de DMLA d'environ 25%, en association avec les vitamines E, C et le zinc.
● Ralentir le déclin cognitif puisqu'une étude incluant plus de 4000 hommes âgés de plus de 65 ans a conclu qu'à très long terme et à forte dose (50 mg tous les deux jours pendant 18 ans), la supplémentation en BC aurait un effet positif les performances cognitives. De telles études manquent chez les femmes.

Toutefois les vertus protectrices des compléments alimentaires à base de BC contre certains cancers restent discutées :
● Chez les fumeurs, à forte dose et sur le long terme, il deviendrait pro-oxydant, c'est-à-dire qu'il favoriserait l'oxydation et activerait la conversion de molécules cancérigènes. En effet, comme le bêta-carotène est sensible à l’oxydation engendrée par les produits de dégradation de la fumée de cigarette, et que l’organisme des fumeurs n’a plus la capacité de recycler les sous-produits de carotène oxydé, ces derniers deviennent pro-oxydants et peuvent donc aggraver le processus de cancérogénèse. L'augmentation du risque de cancer du poumon chez les fumeurs supplémentés en BC a donc un niveau de preuve convaincant. En revanche à doses nutritionnelles, la molécule aurait un effet protecteur contre certains cancers tel celui de l'oesophage.
● Chez les non fumeurs, certaines études montrent que la supplémentation en BC est liée à une diminution du risque de cancers. L’INCa (institut national du cancer) reste toutefois réservé et ne recommande pas la prise de BC à des doses non alimentaires.

À quelles doses le recommander ?
Les Apports Nutritionnels Conseillés (ANC) sont de 2.1 mg par jour. En France, dans les compléments alimentaires, la dose maximale autorisée est de 4.8 mg par jour alors qu’en Belgique on autorise jusqu’à 7.2 mg…
Notez également qu’il n'y a pas de risque d'hypervitaminose A avec les suppléments de BC car la conversion ne s'effectue qu'en fonction des besoins de l'organisme. Toutefois, une consommation importante de caroténoïdes peut entraîner une caroténodermie (ou hypercaroténose), une coloration orange de la peau particulièrement visible au niveau des plis du nez et des lèvres, dans les espaces interdigitaux et sur la plante des pieds.

Quelles sont les précautions à prendre ?
Principe de précaution oblige, à la rédaction de BioLinéaires nous prenons toujours le parti de dire que l’alimentation doit toujours être la base de vos recommandations et qu’il est toujours préférable de recommander des formes dites « naturelles » de bêta carotène. C’est d’ailleurs le cas dans une algue qui détient la palme de la teneur en bêta-carotène : la Dunaliella salina algae, qui apporte également de l’alpha carotène, dans ses formes naturelles.
Les fumeurs ne doivent pas être supplémentés en BC. Les femmes enceintes et allaitantes non plus, par précaution.