Hommes et compétences

L'intégration d'un nouveau collaborateur

Nov-Déc 2011

Un bon recrutement ne se termine pas lors de la signature du contrat de travail de votre nouveau collaborateur. Vous pouvez être satisfait de votre choix. Vous avez fait certainement le meilleur et vous venez d’embaucher votre mouton à 5 pattes qui va permettre à votre entreprise de poursuivre son développement.

 

 



Une bonne intégration : clé de la réussite

Cependant, vous pourrez vous dire que vous avez fait un bon recrutement lorsque votre nouveau collaborateur aura réussi son intégration au sein de votre structure.
Cette étape primordiale est bien trop souvent négligée... Le cas extrême, et je vous assure que c’est du vécu, le jour de son « premier jour », une personne s’est présentée à neuf heures dans sa nouvelle entreprise. Son dirigeant n’était pas là pour l’accueillir. Pire ! Personne n’était informé de ce recrutement et personne ne savait où installer cette nouvelle personne... Pour un « premier jour » ce fut un « premier jour »... Je ne vous surprendrai pas si je vous dis que cette collaboratrice n’est pas allée au bout de sa période d’essai...
Ce cas est, je le répète, extrême. Mais il ne suffit pas d’accueillir à la porte votre nouveau collaborateur et de lui présenter les équipes avant de lui montrer son bureau et de lui souhaiter bonne chance pour la suite... C’est déjà un bon début ! Il sera important de bien l’accompagner durant les premiers mois.
Certes, votre « problématique » est résolue. Vous pouvez passer à autre chose. Vous remettre dans vos dossiers et faire confiance aux compétences et aux capacités d’adaptation de votre collaborateur. Il ne faut pas pour autant le lâcher seul dans la nature.

Le détail qui a de l’importance

Vous devrez planifier des points d’étapes avec lui. Ces points d’étapes sont nécessaires pour revenir sur les missions spécifiées au départ et valider leur bonne compréhension. Ne perdez jamais de l’esprit que vous êtes, selon l’expression consacrée, « la tête dans le guidon » ! il en est de même pour votre collaborateur qui devra, en plus, intégrer un bon nombre d’informations sur votre entreprise et sur son environnement. Lors de ces points, vous devrez vous obliger à sortir la tête de votre guidon et forcer votre collaborateur à en faire de même !
Très souvent, ce sont des « points de détails » qui peuvent surgir. Ces points peuvent vous sembler être des détails, mais peuvent être des véritables problématiques pour l’autre.
Un exemple pour illustrer ce point : deux semaines après l’intégration d’un candidat, j’ai appelé mon client pour prendre des nouvelles. Ce dernier ne tarissait pas d’éloges ! Excellent recrutement ! Collaborateur parfait ! Mon appel au collaborateur était tout autre. Soulagé de m’entendre, il m’annonce ne pas souhaiter aller au bout de sa période d’essai. La raison ? Un téléphone portable promis au moment de l’embauche qui tardait à venir... Il utilisait son propre téléphone et dépassait son forfait.... Les clients le recontactaient le soir, sur son numéro personnel... Cette situation le mettait dans une situation inconfortable et lorsqu’il en parlait à son patron, ce dernier lui répondait qu’il s’en occupait ! Mais rien ne bougeait. Je suis allé aussitôt voir mon client pour lui parler de ce problème. Surpris par ce point de détail, il m’a répondu que le dossier était là sur son bureau
et qu’il fallait qu’il remplisse la demande d’ouverture de ligne à son opérateur. Faisons le maintenant, ensemble ! Cinq minutes plus tard, le dossier était prêt. J’ai fait venir le collaborateur et nous lui avons montré le dossier « prêt à poster ». Le dialogue s’est instauré. Il fallait me le dire ! Je n’osais pas ! Il faut me faire une note de frais pour votre forfait ! Je n’osais pas... Ce problème « anecdotique » pour le responsable, prenait toute sa place chez le collaborateur et nuisait à sa bonne intégration. Une promesse non tenue... Un souci à gérer qui nuisait à la bonne marche de son travail.
Il faut donc être vigilant au bon respect des annonces faites au moment de la signature du contrat. Sur la forme et sur le fond. Tout doit être conforme à ce qui a été annoncé afin de ne pas créer de malaise, de surprise ou de mécontentement.

Dans tous les cas, ce qui fait défaut dans ce genre de situation est un problème de communication. Durant le processus de recrutement un dialogue privilégié s’est installé avec le candidat. Vous vous êtes intéressé à ses compétences, à son parcours, à ses choix, à ses qualités et à ses défauts. Il s’est livré à vous, en confiance. Il faut donc absolument maintenir ce lien et veiller à ce qu’il ne se brise pas trop rapidement. Veiller aussi à ce que cette communication se soit bien installée avec ses subordonnés éventuels, avec les autres membres de votre entreprise en général.
Durant les six premiers mois, il vous faudra faire preuve de la plus grande vigilance. Cela ne veut pas dire qu’au delà de ces six mois, vous pouvez vous relâcher ! La communication avec vos collaborateurs est indispensable, en permanence, afin de détecter et d’anticiper tout problème éventuel et d’y remédier !

Pour un recrutement durable

La première ressource de votre entreprise est constituée des hommes et des femmes qui la constituent... N’oubliez jamais qu’un bon recrutement n’est pas au moment de la signature du contrat, mais bien six mois plus tard, lorsque l’intégration de votre collaborateur est réussie et que les premiers résultats sont au rendez-vous. Il faut toujours s’inscrire dans le cadre d’un recrutement « durable » ! et si vous utilisez les services d’un cabinet de recrutement, veillez à lui demander si dans sa prestation il est prévu un suivi d’intégration. En effet, de par sa position externe privilégiée, il devrait être à même de vous fournir ce suivi de façon objective et d’être ce troublion qui va, régulièrement, vous obliger à lever la tête de votre guidon !
Volem consultants
M. Jean de Paredes
1 rue Albert Camus - 33310 Lormont
contact@bio-emploi.com
www.bio-emploi.com
Tél. : 05 56 06 74 22 / 06 10 90 26 68