Nutrition

Initiation aux Fleurs de Bach

mai-juin 2007

La maladie est dans son essence un conflit entre l’âme et l’esprit. Ainsi s’exprimait le Dr Edward Bach, physicien, homéopathe, bactériologiste et immunologiste anglais (18886-1906) qui s’était donné pour mission de trouver une méthode simple, sans effet secondaire pour « s’occuper du patient, pas de la maladie ». Il avait compris que la santé est globale et que les symptômes physiques traduisent des désordres émotionnels. Ses recherches l’ont conduit à trouver une réponse dans le règne végétal. Il a découvert 38 fleurs qui chacune correspond à une émotion ou à un état d’esprit particuliers : «Les fleurs de Bach». Elles rétablissent un équilibre en contrebalançant des émotions négatives. Le Dr Bach est l’héritier d’une longue tradition d’utilisation des formes subtiles des végétaux qui prend sa source chez les Egyptiens, en passant par Hildegarde de Bingen, Paracelse, Hahnemann, Goethe et Steiner. Quelques réponses aux questions les plus souvent posées.

Les fleurs de Bach, des produits de phytothérapie comme les autres ?

On peut dire que le but poursuivi est le même, à savoir aider la personne à aller mieux. Mais la démarche et la forme du produit final sont différentes. Dans un cas, on extrait les principes actifs, bien connus qui vont agir sur les symptômes. Mais si la cause n’est pas réglée, les manifestations risquent de réapparaitre.
Dans l’autre, on ne disjoint pas le physique du psychique. L’homme est considéré dans sa globalité. Les élixirs floraux vont agir au plan subtil de la personne par l’intermédiaire de vibrations captées dans le végétal lors de la fabrication des élixirs floraux. Le but est de rétablir un équilibre dans un psychisme perturbé. Le symptôme disparaîtra alors de lui-même et la maladie aussi.

Comment sont fabriqués les élixirs floraux ?

C’est la méthode dite de solarisation. C’est-à-dire que l’on vise à reproduire le phénomène de la rosée du matin. Chaque goutte de rosée, chauffée par le soleil, capte l’énergie, les vibrations de la plante. On dépose donc les fleurs à la surface d’un bol rempli d’eau, le matin très tôt et on les laisse exposées 3 heures. Puis on filtre la préparation et on y ajoute de l’alcool à 27° au lieu des 40° à l’époque de Bach. C’est l’élixir mère à partir duquel on va faire une dilution au 1/240ème.


Le choix des végétaux souvent issus de l’agriculture biologique, la rapidité entre la cueillette et la fabrication des élixirs, le niveau de conscience des cueilleurs concourent à la qualité vibratoire des préparations.

Comment le Dr Bach a-t-il découvert les correspondances entre les fleurs et les états émotionnels ?

Le Dr Bach était doté d’une grande intuition et d’une sensibilité très développées qui faisaient que lorsqu’il se rapprochait d’une plante, il ressentait dans son corps physique et sur son état émotionnel un bien-être immédiat. Fin observateur de la nature humaine, il a classé les différents comportements des hommes en 7 états psychologiques : peur, solitude, découragement, désespoir, inadéquation avec le moment présent, hypersensibilité aux influences extérieures, souci excessif des autres.

Comment choisir et employer les élixirs ?

Toujours en fonction de l’état émotionnel du moment. Il ne s’agit pas de faire de l’introspection mais bien plutôt d’être à l’écoute de son ressenti. On cherchera alors le ou les élixirs qui s’accordent le mieux à la situation. On peut aller jusqu’à choisir 5 fleurs. Dans ce cas, on prélève quelques gouttes de chaque élixir que l’on mélange dans un flacon rempli d’eau. On répète les prises 3 fois par jour.On peut aussi les prendre pur, directement sous la langue à raison d’1 à 2 gouttes plusieurs fois par jour. Ce n’est pas la quantité qui compte, c’est la fréquence de l’information.

Tout le monde peut-il en prendre ?

Il n’y a pas de toxicité, pas d’effet secondaire, pas d’interférence avec un traitement allopathique. Pour les personnes abstinentes, il existe des élixirs sans alcool.

Les élixirs peuvent-ils ne pas marcher ?

S’il ne se passe rien, c’est que l’on s’est trompé d’élixirs. Il n’y a pas eu de résonnance entre le végétal et l’humain. Les Fleurs de Bach n’ont de prise que sur un état réel. Elles ne peuvent harmoniser qu’un état de disharmonie flagrant.

Et le célèbre Rescue ?

C’est un mélange de 5 fleurs qui s’adresse à toute personne dans un état de stress exceptionnel. Il stabilise le système émotionnel. Mais en cas d’accident, il ne remplace pas les soins médicaux !

 

 

Voici quelques situations type où le Rescue est utile :
mauvaise nouvelle, deuil, chute dans l’escalier, dispute conjugale, entretien d’embauche, examens, rendez-vous médicaux, appréhension avant une opération chirurgicale, grande frayeur… Il est prévu pour un emploi ponctuel : prise toutes les 5 minutes à espacer au fil de la journée.

 

Il est à noter que Rescue est une marque déposée par le Centre Bach de Wallingford. Les autres laboratoires l’appellent «Remède de l’urgence» ou «Assistance»…


Il existe aussi sous forme de crème, utile dans les petits traumatismes de la vie quotidienne : brûlures, coupures, piqûres d’insectes…


Fleurs de Bach, effet placebo ?

L’effet positif des élixirs sur les nourrissons, les animaux, les plantes prouve le contraire, puisqu’aucun n’a d’attente consciente en absorbant les produits.
Exemples d’élaboration de mélanges dans une situation d’examens scolaires (d’après Mechthild Scheffer)
• Situation classique d’examen : Gentian, Elm, Rock Rose, White Chestnut, Clematis
• Quand on a déjà échoué une fois : Honeysuckle,
Chestnud Bud, Larch, Gentian
• Quand on a tendance à ne plus se souvenir de rien : Chesnud Bud, Clematis, Aspen