Nutrition

Les jus de fruits « santé » à la loupe

Juil-Aout 2012

Désormais, la communauté scientifique reconnaît fort bien les deux principales vertus des baies et fruits colorés : leur forte densité nutritionnelle et leur score antioxydant très élevé. Ces « superfruits » possèdent en effet des pouvoirs antiradicalaires considérables et leurs indices ORAC sont parmi les plus élevés du règne végétal mais leurs bienfaits sur l’organisme ne s’arrêtent pas là…

Ces véritables trésors végétaux sont retrouvés un peu partout sur le globe : Brésil pour l’Açaï, Chine pour le Goji, Amérique du nord pour la Canneberge et l’Aronia, Asie tropicale pour le Mangoustan et plus communément dans nos régions on rencontre myrtilles, framboises, fraises, cassis, cerises, grenades et raisins. Et même si on ne cesse de démontrer les propriétés bienfaisantes de ces fruits sur l’organisme, il s’avère parfois compliqué pour vos clients d’en consommer quotidiennement une portion « fraîche »…à moins que ces fruits santé ne soient consommés en jus ! Le dénominateur commun de tous ces fruits est la présence incontestée de composés polyphénoliques ou de caroténoïdes, les deux grandes classes de substances végétales antioxydantes aux multiples propriétés bénéfiques.

Ralentissement du vieillissement

Les polyphénols constituent une puissante arme antivieillissement car chaque jour, la pollution, les toxines ingérées et respirées ainsi que les stress répétés malmènent les systèmes protecteurs de l’organisme qui se retrouvent confrontés à un excès de radicaux libres aux effets dévastateurs sur l’ensemble des cellules. Toutes les recherches à travers le monde ont démontré que les composés polyphénoliques, en soutenant les défenses naturelles antioxydantes, jouaient un rôle primordial dans le maintien d’une santé et d’un vieillissement optimum.

Action anti-inflammatoire et protectrice cardiovasculaire

De plus, il est désormais parfaitement prouvé que ces composés jouent également un rôle anti-inflammatoire puissant. Sachant que l’inflammation chronique de l’organisme est un des facteurs d’accélération du vieillissement et le lit de pathologies dites de « civilisation », la consommation régulière de fruits ou de jus en contenant pourrait ralentir certains processus inflammatoires, limiter certains facteurs de risques en diminuant l’athérosclérose et en renforçant les capillaires sanguins et donc permettrait de diminuer la survenue de certaines maladies : infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, arthrites, thromboses…

ORAC ? Quésaco ?

Pour déterminer le caractère antioxydant d’un aliment, on fait appel à un test appelé : ORAC pour Oxygen Radical Absorbance Capacity, c’est-à-dire la « capacité d’absorption des radicaux libres ». Les aliments dont les scores sont les plus élevés augmentent jusqu’à 25% le pouvoir antioxydant du sang. Selon les chercheurs, il faudrait se procurer 3 000 à 5 000 unités ORAC par jour pour espérer avoir un impact significatif sur la capacité antioxydante du plasma et des tissus. L’alimentation occidentale apporte en moyenne 1 200 unités ORAC par jour. Voici quelques valeurs ORAC de certains jus : Jus de framboise (10460), jus de grenade (2681), jus de raisin rouge (1788), jus d’Açaï (1767), jus de pamplemousse rose (1640), jus de canneberge (1452), jus de citron (1225), jus de citron vert (823), jus de raisin blanc (793), jus d’orange (726), jus de pomme (414).


Les jus de fruits « santé » à la loupe


Le jus de Grenade (Punica granatum)
Petit arbre originaire des côtes d’Afrique, le grenadier est cultivé aujourd’hui dans tout le midi de l’Europe. Les principaux polyphénols contenus dans ses fruits sont des flavonoïdes et en particulier des anthocyanines responsables de la couleur rouge de la peau et de l’écorce, des tannins et des punicosides comme l’acide ellagique. On estime que son activité antioxydante est supérieure à celle du vin rouge et du thé vert. (Ce qui n’empêche absolument pas de conseiller les trois au cours d’une même journée !) Le taux d’antioxydants serait même plus important dans le jus de grenade que dans les autres jus de type myrtilles, canneberges ou oranges.
Selon certaines études, la grenade pourrait diminuer les facteurs de risques cardiovasculaires car elle: 0 diminuerait les lésions d’athérosclérose en protégeant les vaisseaux,
● améliorerait la circulation sanguine artérielle,
● diminuerait le cholestérol total et le LDL-cholestérol en diminuant également l’oxydation de ces derniers,
● inhiberait l’agrégation des plaquettes et
● aurait un possible effet hypotenseur. Ces résultats proviennent d’essais cliniques israéliens effectués avec seulement 250 ml de jus de grenade par jour et ceci pendant une période d’un an.
De plus, des travaux scientifiques ont déjà mis en évidence son action spécifique sur l’inhibition de la croissance de certaines cellules cancéreuses et en particulier celles du côlon et de la prostate, accompagné d’une diminution du taux de PSA. Dans ce cas, vous pouvez facilement conseiller un verre de jus de grenade quotidien, fermentée ou non, en complément des traitements déjà mis en place.



Le jus d’Açaï (Euterpe oleracea)
Ce palmier pousse du sud de l’Amérique centrale jusqu’au nord du Brésil. Ses baies sont consommées par les indigènes d’Amazonie depuis l’époque précolombienne. Elles renferment pour moitié des glucides, mais également des protéines et des lipides que l’on ne retrouve pas dans les autres baies dans de telles proportions.
... suite...
Elles sont une bonne source de vitamine E, de fibres, de vitamine B1, de phytostérols et bien sûr de polyphénols, et plus particulièrement d’anthocyanines et de proanthocyanidines qui lui confèrent son activité antioxydante, comparable à celle de la canneberge. La poudre d’Açaï possède une valeur ORAC très élevée, de l’ordre de 1027 μmol TE par gramme de poudre. Comme tous les autres fruits, le jus d’Açaï serait un excellent aliment «anti-inflammatoire naturel» et sa composition particulière le rendrait très efficace pour lutter contre les maladies cardiovasculaires. En effet, sa consommation régulariserait le taux de HDL, diminuerait celui de LDL et limiterait la peroxydation des lipides.

Le jus de Goji (Lycium barbarum)
Cet arbuste à baies rouges qui pousse sur les hauteurs de l’Himalaya intéresse de plus en plus les chercheurs qui voient en lui une des clés du secret de la longévité des moines tibétains qui consomment ses fruits depuis des siècles.
Riches en vitamines, acides aminés, acides gras essentiels, minéraux et oligo-éléments et surtout en caroténoïdes, ces petites baies sont de véritables concentrés de substances protectrices. Leur valeur est même trois fois supérieure à celle du pruneau et cinq fois supérieure à celle du raisin ou de la mûre.
De plus, on retrouve dans le goji, des polysaccharides glycoconjugués (dont quatre d’entre eux sont présents uniquement dans cette baie) qui possèderaient de multiples propriétés :
● Immunostimulantes, permettant de prévenir et combattre les infections à répétition (urinaires par exemple), d’améliorer la fonction de phagocytose des macrophages, de renforcer l’activité des Lymphocytes T (les cellules cytotoxiques) et des NK (les cellules tueuses), tout en augmentant le nombre de globules blancs et d’anticorps.
● Antivieillissement et Anti-lésions cellulaires en favorisant la restauration et la réparation de l’ADN.
● Anti-tumorales en freinant la croissance des tumeurs cancéreuses, en favorisant l’apoptose (mort cellulaire programmée) et en réduisant les effets secondaires des traitements anticancéreux.
● Inhibitrices de la peroxydation des lipides au niveau du sang et du foie, permettant une protection hépatique en cas de cirrhoses ou d’hépatites.
● Anti-cholestérol et Antidiabétique en diminuant l’insulinorésistance.

Le jus de Canneberge (Vaccinium macrocarpon)
La cranberry ou airelle est une petite baie commune d’Amérique du nord. Elle doit sa belle couleur rouge framboise à sa richesse en flavonoïdes, et plus précisément en proanthocyanidines. Vous connaissez fort bien la cranberry pour ses vertus bienfaisantes sur :
● les infections urinaires à répétition depuis que l’Afssa a autorisé l’allégation suivante : « Contribue à diminuer la fixation de certaines bactéries E.coli sur les parois des voies urinaires » si et seulement si la prise quotidienne de proanthocyanidines s’élève au minimum à 36 mg, sous forme de jus ou d’extraits de poudre standardisés. Mais saviez-vous qu’elle est aussi efficace sur d’autres pathologies…
● les risques cardiovasculaires. Une étude réalisée pendant un mois sur des personnes souffrant de maladie coronarienne a révélé que les polyphénols contenus dans la cranberry étaient efficaces pour limiter les risques cardiovasculaires.
Cette étude a démontré que la pulsation carotido-fémorale et la fermeté de l’artère aortique ont diminué après la consommation de jus de cranberry alors que ces paramètres ont augmenté après la consommation de la boisson placebo. D’autres études avaient auparavant mis en évidence que le jus de canneberge pouvait augmenter le HDL, baisser l’agrégation des plaquettes et réduire l’oxydation des LDL à l’origine de l’athérosclérose.




Le jus de mangoustan (Garcinia mangostana)
Originaire d’Asie du sud est, le mangoustanier offre des fruits arrondis d’une jolie couleur violacée. C’est son péricarpe, sa peau en quelque sorte, qui renferme d’importantes teneurs en antioxydants et plus particulièrement en xanthones (une quarantaine a été répertoriée) qui ont des propriétés antioxydantes capables de diminuer l’oxydation des LDL. Sa chair est acide et sucrée alors que sa peau est plutôt amère. Il est traditionnellement utilisé dans la médecine asiatique pour soulager les allergies, les troubles digestifs et pour prévenir les pathologies cardiovasculaires. Selon certains essais les substances actives du mangoustan auraient également des vertus antidépressives et anti-cancer. Toutefois, des études scientifiques devront venir confirmer ces premiers résultats.

Le jus de Noni (Morinda citrifolia)
Le fruit mûr du Noni, encore appelé mûre indienne, pressé directement après sa récolte, donne un jus frais d’une excellente valeur nutritive puisqu’il regroupe plus de 150 éléments nutritionnels : vitamines, minéraux, oligo-éléments, stérols végétaux, enzymes, terpènes, flavonoïdes, alcaloïdes (proxéronine), polysaccharides (aspéruloside), damnacanthal. Ainsi, en plus de ses excellentes valeurs nutritives et antioxydantes, le jus de noni possède également d’autres vertus :
● Il est adaptogène, c’est-à-dire capable de renforcer la résistance de l’organisme face au stress, diminuer la fatigue, améliorer le sommeil et augmenter rapidement le tonus,
● il serait aussi capable de retarder le développement du tissu cancéreux,
● et renforcerait le système immunitaire en activant les macrophages et lymphocytes T et en favorisant la phagocytose. Puisque la digestion, le café ou la nicotine peuvent interférer avec certains composés, conseillez ce jus en dehors des repas.

Le petit nouveau… le jus d’Aronia (Aronia melanocarpa)
C’est de l’Amérique du nord que l’Aronia nous arrive enfin. Comme les autres fruits, ces baies sont riches en anthocyanes, et possèdent d’importantes capacités antioxydantes et des vertus protectrices contre les maladies cardiovasculaires. Son « petit plus » par rapport aux autres est qu’il tend à normaliser la glycémie et est donc parfaitement recommandable aux diabétiques de type 2 et à vos clients qui ont une alimentation à « IG bas » ou « low-carb »
... suite...

Les jus de nos fruits communs (mûre, framboise, cerise, cassis…)
Les jus de fruits plus communs dans nos contrées ne doivent pas être en reste par rapport aux fruits venus d’ailleurs. Ils trouvent toute leur place parmi eux et n’ont pas à pâlir devant leurs confrères « exotiques ». En effet, le raisin, la myrtille, la fraise, la mûre, la fraise, la framboise ou encore la cerise, possèdent également des hautes teneurs en substances protectrices avec des valeurs ORAC très importantes leur permettant d’offrir une protection contre les maladies cardiovasculaires et des actions anti-inflammatoires notables. De plus, selon une récente étude, publiée dans les annales de neurologie, la consommation d’une quantité importante de baies rouges (en particulier myrtilles et fraises), permettrait de ralentir le déclin cognitif chez les seniors. En effet, il s’est avéré que les femmes qui consommaient une quantité relativement élevée de ces fruits riches en anthocyanidines réalisaient de meilleurs scores aux tests cognitifs, comparativement aux femmes dont l’apport était plus faible. Ces effets seraient dus au fait que les anthocyanidines réduisent l’impact de l’inflammation et du stress oxydatif sur la fonction cognitive et surtout que ces substances sont capables de traverser la barrière hémato-encéphalique et de migrer vers des régions cérébrales impliquées dans l’apprentissage et la mémoire comme l’hippocampe.

Leurs autres atouts


● Leur faible densité calorique : il faut compter 40-60 calories pour 100 ml donc entre 100 et 150 calories pour un verre de 250 ml.
● Leur pouvoir alcalinisant : les jus de fruits ont l’avantage d’être tous alcalinisants et leur indice Pral négatif permet de contrebalancer l’excès d’acidité chronique.


Quand conseiller ces jus santé ?

Comme les jus contiennent entre 10 et 15 grammes de glucides (pour 100 ml) assez rapidement assimilables, vous devez plutôt les conseiller au cours des repas et non pris en plein milieu de la matinée ou de l’après-midi pour éviter de perturber la glycémie. Car ne l’oubliez pas, l’index glycémique d’un jus de fruit sera toujours supérieur à l’IG du fruit entier. Ces jus peuvent également être consommés en guise d’apéritif pour toutes celles et ceux qui ne consomment pas d’alcool. Nous vous recommandons de varier au maximum les jus que vous conseillez aux clients puisque, comme nous venons de le voir, chacun possède ses propres substances protectrices et donc ses propres vertus « santé ». Ainsi il faudrait compléter l’adage « mangez et BUVEZ, varié et équilibré » !

Les conseils BIOlinéaires:
ces jus seront toujours à choisir sans adjonction de sucre, ni colorants, ni conservateurs !