Nutrition

Comment prendre soin de la prostate de vos clients …

Nov-Déc 2009

L e symptôme le plus couramment avoué par vos clients est bien souvent celui des levées nocturnes qui finissent par gâcher les nuits de sommeil paisible. Puis ce sont tous les désagréments occasionnés par l’Hypertrophie Bénigne de la Prostate (HBP) que finissent par toucher les hommes d’une soixantaine d’années avec en particulier des douleurs de plus en plus intenses en urinant et des impressions de vessie toujours pleine. Face à cette demande, vous devez axer vos conseils sur une bonne alimentation et si les symptômes sont installés depuis assez longtemps, vous pouvez compléter par des compléments alimentaires spécifiques.



Les directives nutritionnelles

Comme toujours, en premier lieu, il est indispensable de revoir le bol alimentaire de vos clients car certains aliments peuvent être irritants ou encore favoriser l’inflammation de la prostate. Vous trouverez dans le tableau ci-contre les grandes lignes des recommandations alimentaires.




Les suppléments botaniques


Le palmier nain
C’est LA plante décongestionnante de la prostate par excellence et c’est surtout celle qui a été la plus étudiée dans cette indication. Ce petit palmier de la famille des aracacées, que l’on nomme encore saw palmetto (Serenoa repens) ou sabal, donne des baies dont la consommation est particulièrement efficace pour augmenter le flux urinaire, diminuer l’inflammation et surtout limiter les mictions nocturnes.
En fait, il agit en bloquant une enzyme (la 5-alpha-réductase) dont le rôle est de transformer la testostérone en dihydrotestostérone (DHT), responsable de l’hypertrophie (ou hyperplasie) de la prostate. Le petit plus de cette plante est son action rapide puisque des améliorations sont notables dès quatre à six semaines, et surtout son absence d’effets secondaires car elle n’entraîne ni de troubles de la fonction érectile, ni de l’éjaculation, parfois observés lors de la prise de certains médicaments.
Votre conseil : environ 300 mg d’extrait par jour, au repas du midi ou du soir, pendant au minimum un semestre.

Le prunier d’Afrique
L’écorce de ce grand arbre africain (Pygeum africanum) est utilisée depuis la nuit des temps pour traiter « la maladie du vieil homme ». Son utilisation permet en effet de réduire les envies nocturnes d’uriner, d’augmenter le flux urinaire et surtout permet une vidange totale de la vessie, évitant ainsi la stagnation de l’urine, souvent cause d’infection urinaire. Il possède en fait une action anti-oedème, décongestionnante, anti-inflammatoire et surtout, inhiberait certains facteurs de croissance, responsables de l’hyperplasie prostatique.
Votre conseil : 100 à 200 mg d’extrait, une ou deux fois par jour, pendant les repas.

L’ortie
La racine d’Urtica dioïca est traditionnellement utilisée en complément du palmier nain et du prunier d’Afrique pour permettre une augmentation du flux urinaire.
Votre conseil : 240 mg par jour en extrait ou sous forme de décoction en comptant 2 grammes de racines d’orties pour 200 ml d’eau, trois fois par jour, de préférence pris avant 16h.

La quercétine
Ce polyphénol, retrouvé dans les pommes, les légumes verts à feuilles, les haricots, les oignons, les agrumes, le vin rouge et le thé se comporte comme un antioxydant, un anti-oedémateux et
un anti-inflammatoire. Votre conseil : 700 mg, deux fois par jour avant les repas, en association avec de la vitamine C pour amplifier les effets antioxydants.

NB : Certains laboratoires regroupent sous forme de complexes l’ensemble de ces plantes. Ils sont parfois même optimisés par la présence de lycopène, de zinc et de sélénium, trois nutriments indispensables à la bonne santé de la prostate.


Le pollen

Patrice Percie du Sert, ingénieur en agriculture, apiculteur professionnel et auteur du livre « Ces pollens qui nous soignent » indique que les deux pollens qui semblent avoir la plus forte action sont les pollens de saule et de ciste.
Votre conseil : 25-30 grammes, deux fois par jour au moment des repas.


Vos petits conseils en « plus » :


● Pratiquer une activité physique comme la marche et proscrire le vélo
● Eviter le stress quotidien
● Bien vider la vessie à chaque miction