Nutrition

Le régime Atkins…

jan-fev 2010

Sur la première édition française, datant de 1975, aucun doute à avoir dès la couverture de l’ouvrage: il s’agit bien d’une véritable «révolution diététique » proposée par le Dr Atkins… Mayonnaise, fromage, saucisson, plat en sauce et choucroute sont autorisés mais ananas, pommes, poires et bananes se voient affichés le symbole interdit! Le ton est donné, l’insurrection contre les régimes hypocaloriques est lancée !



Pionnier des régimes "Low Carb"

C’est dans les débuts des années 1970 que le Dr Robert Atkins, un cardiologue américain, persuadé que ce n’est pas parce qu’on mange trop que l’on grossit, a décidé de publier son propre régime. Pour lui, ce sont les GLUCIDES, consommés de façon excessive, qui ont des effets néfastes sur le poids et la santé. C’est le déséquilibre métabolique qu’ils engendrent qui est la cause la plus fréquente de l’embonpoint. Selon Atkins, le facteur commun à toutes les personnes qui souffrent de surpoids serait une intolérance aux hydrates de carbone (Glucides) qui se manifeste soit par des problèmes d’assimilation des glucides, soit par la présence d’antécédents de diabète ou pré-diabète dans la famille proche. En éliminant cette classe de nutriments, on contrerait ce déséquilibre métabolique et on pourrait ainsi retrouver un poids de forme.

Objectif

Le but de ce régime est que l’organisme se serve de la graisse stockée comme combustible et non plus des glucides. Biologiquement, quand on supprime totalement les glucides de l’alimentation, l’hypophyse sécrète une hormone dite « de mobilisation des graisses ». Le corps pour produire de l’énergie, va donc directement puiser dans ses réserves de graisses. La combustion incomplète de ces graisses va produire des composés carbonés, appelés cétones, qui seront ensuite éliminés par les urines et la respiration. Le programme du Dr Atkins est basé sur cette élimination de corps cétoniques, seul signe que le corps « brûle » ses graisses.

Principales règles


Pas ou très peu de Glucides
Pas de comptage de calories
Pas de restriction sur les aliments autorisés et ce jusqu’à satiété
Ne manger que lorsque le corps le réclame
Ne pas se forcer à finir son assiette
Boire à volonté (eau et boissons édulcorées)
Faire de petits repas fréquents
Pour les produits industriels : bien lire la teneur en Glucides

A qui s’adresse t-il ?

Vous pouvez le conseiller en priorité aux bons vivants et aux hommes d’affaires qui n’ont pas de réticences à manger les aliments autorisés (plats en sauce, repas riches en lipides etc.). Les femmes ont parfois beaucoup plus de difficultés à le suivre car il est l’antithèse de tout ce qu’elles ont pu faire jusqu’à présent en matière de régime.

1 régime, 4 phases


1ère phase – L’induction
Durée : 1 à 2 semaines selon le poids à perdre
Comment : pas plus de 20 g par jour de glucides. C’est la condition primordiale pour déclencher l’état de cétose
Quoi : 20 g de Glucides = 3 portions de : salade ou crudités ou légumes cuits.
2ème phase - La perte de poids contrôlée – phase de réintroduction
Comment : Faire réintroduire des glucides riches en fibres
Combien : 5 g en plus par jour, sur une semaine à chaque fois.
Quoi : légumes, fruits, laitages et céréales complètes en petites quantités tant que la perte de poids se poursuit. Si le poids se stabilise, c’est que la quantité de glucides quotidienne est trop importante, il faut la diminuer.
But : détecter le seuil personnel de tolérance aux glucides 5 g de Glucides = 25g de riz cuit, ½ pomme, 1 petit suisse

3ème phase : La stabilisation
Quand : A moins de 5 kilos du poids souhaité
Comment : faire réintroduire des glucides jusqu’au niveau de stabilisation du poids.
Combien : 10 g par jour de glucides en plus
But : Adopter progressivement des habitudes alimentaires pouvant se poursuivre sur le long terme

4ème phase : La poursuite du régime à vie
Quand : Quand le poids souhaité est stable depuis 4 semaines
Comment : toujours en regardant la teneur en glucides et en adaptant en fonction de l’activité physique.
Combien : 45-100 g maxi de Glucides par jour 70 g de Glucides = 35g de pain aux céréales (14) + une orange (14) + 100g de carottes (10) + 200g de lentilles (30)

Pari osé ou véritables preuves scientifiques ?

Ce régime a été longtemps critiqué, mais force est de constater que les résultats obtenus à court et à long terme sur les patients du Dr Atkins sont là. Les régimes « pauvres en féculents » ou encore « Low carb » seraient plus efficaces que les régimes de type méditerranéen ou les régimes pauvres en calories et en graisses. Pour perdre du poids rapidement (en un mois par exemple), le régime Atkins serait idéal.
Feu vert sur : Aliments riches en graisses et/ou en protéines : Viandes, volailles, poissons, fruits de mer, charcuteries, oeufs, fromages, beurre, huiles, olives, avocat ; Vinaigre, Jus de citron, édulcorants.

Feu orange sur : Légumes

Feu rouge sur : Sucre et produits sucrés, céréales et produits céréaliers (riz, pâtes, semoule, biscottes, pain, farines…), fruits frais ou secs, en compote ou en jus, légumineuses, oléagineux, lait, yaourt, fromages à pâte molle et fromage frais, boissons sucrées, carottes, betteraves, pommes de terre, maïs.


L’avis de la diététicienne

Les + :
pas de sensation de faim car les graisses permettent une meilleure satiété que les glucides, pas de calories à compter, amincissement rapide, pas de pilule amaigrissante, facile à suivre en société et sur le court terme. Possible effet hypotenseur et anti-triglycéridémique. La diminution des glucides de manière générale est une chose très positive pour la plupart de vos clients type « adultes sédentaires » qui souhaitent perdre du poids. Toutefois, le choix des aliments contenants des glucides l’est encore plus. Ainsi, il est primordial de prendre en compte l’index glycémique, c’est-à-dire le pouvoir glycémiant, des aliments en ne conseillant que les aliments à IG bas.
Les - :
peu de variété dans le choix des aliments, excès de mauvaises graisses, présence d’édulcorants de synthèse, mauvaise haleine à cause de la cétose, risques de perturbations intestinales (constipation), et risque de reprise de poids car un organisme privé de sucre stocke de manière plus efficace tous les glucides consommés en prévision d’un autre épisode de « famine ».