Nutrition

Nutrition : le régime anti-inflammatoire (suite)

Jan-Fev 2013

 

Rappelez à vos clients que ces aliments ne sont pas formellement interdits, mais qu'ils doivent être consommés en plus petite quantité que les fruits, les légumes, les poissons, les légumes secs, les bonnes huiles et les céréales non raffinées.

Toutefois, lors de poussées inflammatoires, ces graisses saturées et trans, seront à éliminer sur quelques jours.

Le curcuma dans tous les plats

Les herbes aromatiques et les épices en général ont des actions anti-inflammatoires. Mais dans cette famille, le curcuma occupe une place particulière puisque les différentes études menées sur cette épice indienne ont toutes démontré son importance pour réduire les phénomènes inflammatoires, en particulier dans les cas de polyarthrite rhumatoïde ou de colite.

Les aliments raffinés à limiter !

Les aliments raffinés (pain blanc, riz blanc, farine blanche, pâtisseries…) et les sucres rapides (sodas, bonbons…) ont généralement un IG élevé et provoquent des pics glycémiques, qui sont reliés à l'état inflammatoire.
Il faut donc, encore et toujours, privilégier les légumes secs et les céréales complètes (riz et/ou sauvage, orge mondé, quinoa, épeautre, boulgour, flocons d’avoine, muesli, millet, amarante, seigle) qui possèdent des IG bas ou moyens ; et des modes de cuisson "al dente". De plus, il est impératif de diminuer les sucres à IG élevés car ils se lient aux protéines et produisent ainsi des composés pro inflammatoires et qui accélèrent le vieillissement.

Parfois du soja à la place de la viande

Sans interdire la viande à vos clients, vous allez pouvoir les orienter vers des alternatives végétales à base de soja comme le tofu nature ou fumé, le tempeh, les fèves d'édamamé ou encore le miso, pour limiter les apports animaux sur la semaine.

Attention aux aliments allergisants

Même si vos clients ne sont pas à proprement parler "allergiques" à certains aliments, ils peuvent néanmoins y être particulièrement sensibles à un moment donné de leur vie.
Parmi les plus reconnus, on peut citer le blé, le maïs, les produits laitiers animaux, le boeuf, le porc, le soja et les arachides.
La tomate, le café et les agrumes peuvent aussi être en cause. N’hésitez pas à recommander à vos clients d’aller consulter un naturopathe ou un médecin homéopathe pour détecter ces éventuelles sensibilités.

Comme d'habitude, faites opérer ces changements de manière graduelle afin qu'ils soient durables dans le temps, d’autant plus que le remplacement des aliments raffinés par des produits céréaliers complets, des fruits et des légumes frais et secs peut parfois occasionner des gênes intestinales de par leurs richesses en fibres solubles et insolubles.

Notez également que ce régime, qui n'a pas pour objectif principal la perte de poids, peut parfois s’avérer efficace pour vos clients en surpoids qui verront peut-être s’afficher quelques kilos en moins sur leur balance en seulement quelques mois, sans aucun sentiment de frustration et de faim, puisqu'au contraire ces aliments rassasient mieux et plus longtemps.

Les plantes et nutriments à la rescousse

L’Harpagophytum
De multiples études ont parfaitement démontré les vertus antirhumatismales, antiarthritiques, anti-inflammatoires et analgésiques de cette plante. C’est en fait un iridoïde, l’harpagoside (ou cinnamoyl-8 harpagide), qui serait à l’origine de son effet anti-inflammatoire puisque dans l’organisme, cette substance se décompose par simple action de l’eau, en harpagogénine et harpagide qui lui confèrent toutes ses propriétés.


La Boswellia serrata

Cette plante ayurvédique est une puissante arme anti-inflammatoire, qui agit aussi bien pour soulager les articulations douloureuses que les intestins sensibles, sans effets secondaires. En effet, en bloquant la synthèse des leucotriènes par la voie de l'enzyme 5-lipoxygénase (5-LOX), elle s’avère très efficace contre l’ensemble des pathologies inflammatoires : articulaires, intestinales ou pulmonaires. Nous lui consacrons une page entière dans ce numéro (voir page 81)
Les oméga-3
Ils peuvent aussi être conseillés sous forme :
● d'huile de poissons encapsulées, avec ou sans enrobage gastrorésistant
● d’huile de Krill, le terme générique des petites crevettes de l’antarctique, qui est une importante source d’EPA, de DHA et de phospholipides qui améliorent la biodisponibilité des acides gras. D’après plusieurs études, la prise d’huile de Krill permettrait de réduire de 30% les taux de C-réactive protéine et ainsi d’être utile dans tous les cas d’arthrites, de maladies cardiovasculaires ou de suite d’infarctus.

Les extraits standardisés de Curcuma
En plus du curcuma à saupoudrer dans les plats et à inclure dans les vinaigrettes, vous pouvez recommander la prise d’extraits de curcuma, standardisés à 95% de curcumine, toujours en association avec le poivre noir afin d’en améliorer la biodisponibilité.

La bromélaïne
Selon plusieurs études, la prise de bromélaïne permet de soulager l’inflammation et la douleur surtout au niveau des articulations, un peu à la manière des anti-inflammatoires régulièrement prescrits par les médecins mais surtout sans les effets secondaires gastro-intestinaux.

L’Ashwagandha

Cette racine serait très utile en complément des autres plantes et nutriments précédents pour réduire l’inflammation présente surtout au niveau des articulations. La présence d’un alcaloïde, la withaferine A, permettrait de soulager et calmer les douleurs, sans aucun effet secondaire. Selon certaines études, ses effets anti-inflammatoires seraient même supérieurs à ceux de l’hydrocortisone.

Les probiotiques contre les inflammations intestinales

Diverses études, répertoriées dans le rapport de l’Afssa sur les probiotiques, indiquent clairement un pouvoir anti-inflammatoire intestinal de certains probiotiques, lactobacilles, bifidobactéries, tant chez l’animal que chez l’homme. En plus de ces plantes et nutriments, vous pouvez également miser sur trois vitamines anti-inflammatoires : la vitamine C, la D et la E qui complèteront parfaitement l’action des autres suppléments nutritionnels.