Rayon Cosmétique

Etre aux petits soins pour ses lèvres

mai-juin 2007

De nombreuses expressions de la vie quotidienne telles «le sourire aux lèvres», «du bout des lèvres», «être pendu aux lèvres de quelqu’un» témoignent de l’importance que l’on accorde à cette partie du visage. En effet, ce sont elles qui donnent l’expression et elles jouent un rôle important dans la phonétique articulatoire. Néanmoins, nous savons tous qu’elles sont fragiles et qu’à ce titre, elles nécessitent des soins particuliers. Des précisions par notre esthéticienne, Béatrice Béget.

Pourquoi cette fragilité des lèvres ?


A la frontière entre les muqueuses de la bouche et l’épiderme du visage, les lèvres constituent une sorte de tissu de transition avec des caractéristiques spécifiques. Ainsi, la peau des lèvres est cinq fois plus fine que celle du visage. Les lèvres ne contiennent ni glandes sudoripares, ni glandes sébacées. C’est pourquoi, il n’y a pas de production de film hydrolipidique comme partout ailleurs sur le corps. Elles donc très vulnérables. Par contre, elles sont riches en vaisseaux sanguins qui leur donnent la couleur rosée.
Le volume des lèvres est dû à l’importance du collagène et de l’élastine contenus dans le derme labial.

Qu’est-ce qui agresse les lèvres ?

Il a d’abord les facteurs climatiques tels le froid, le chaud, le vent, la pollution, les UV. Ensuite, les plats épicés ou acides comme le vinaigre, les tomates, les agrumes et bien sûr les boissons trop chaudes. Et puis les mauvais comportements :
se mordiller, se passer en permanence la langue sur les lèvres. La fumée et la nicotine de la cigarette ralentissent la cicatrisation lorsque les lèvres sont fendillées. Enfin, il y a l’inexorable loi du temps ! A partir de la trentaine, déjà la production de collagène diminue et c’est vers la quarantaine que les premiers sillons se dessinent au-dessus de la lèvre supérieure. On estime qu’à partir de 40 ans, les lèvres s’amincissent de 1% par an.

Rassurez-nous, on peut quand même agir ?

Oui, bien sûr ! Vous l’avez compris. Les lèvres n’ont pas de protection. Il faut donc leur apporter de l’hydratation par des baumes riches en corps gras. Les bonnes huiles végétales ou cires contenues dans ces produits ne manquent pas comme le karité, l’amande douce, le jojoba, le ricin, la cire d’abeille… ou l’aloès. En cas de séjour dans des lieux très exposés au soleil, il est préférable d’utiliser des sticks avec des filtres solaires.


Les rouges à lèvres certifiés bio participent à cette protection puisqu’ils contiennent des huiles végétales riches en principes actifs.
Lorsque les lèvres sont gercées ou fendillées, on peut les exfolier afin de retirer les peaux mortes avant de passer le baume ou la crème labiale. Il existe des produits appropriés aux ingrédients très doux. Une brosse à dents aux poils très assouplis peut aussi
faire l’affaire sur les lèvres préalablement humectées à l’eau chaude.

L’alimentation a-t-elle un rôle à jouer ?

Elle est fondamentale. L’hydratation se fait essentiellement de l’intérieur. Les produits cosmétiques agissent à l’extérieur pour retenir la déshydratation de la peau en apportant des principes actifs. Mais ils ne remplaceront jamais tous les apports de nutriments contenus dans les aliments. Dans le cas des lèvres, il faut avoir un apport suffisant en acides gras essentiels. On les trouve dans les poissons, les œufs, les huiles de pression à froid, les noix, les légumes comme les épinards, la mâche. 

 

L’herpès ou «bouton de fièvre»
Maladie infectieuse d’origine virale qui se manifeste par un bouton douloureux au niveau des lèvres.
En l’absence de soins, il va évoluer sur 7 à 10 jours. Une fois le virus installé dans l’organisme, généralement contracté dans l’enfance, il va se multiplier à l’endroit de la pénétration, puis gagne un ganglion situé à la base du cou où il élira domicile. Il ressort plus ou moins régulièrement lors des poussées, occasionnées par la fatigue, un stress, l’exposition au soleil…
Les soins consistent à hydrater les lèvres avec un baume protecteur avec filtres solaires. Les huiles essentielles de mélisse, ravintsara, tea tree, donnent de bons résultats. On pensera à renforcer le système immunitaire par l’échinacée.