Rayon Cosmétique

Les huiles essentielles : les connaître pour mieux les conseiller (3/3)

Jan-Fev 2012

Après avoir défini les huiles essentielles, présenter celles qui existent et mis en avant leurs différents critères de qualité, nous poursuivons nos recherches pour mieux les connaître. Pour bien les différencier des non biologiques, bien les conseiller et faire le bon choix, leur connaissance au niveau qualitatif et réglementaire ainsi que leurs différentes utilisations sont désormais indispensables… Troisième et dernier volet…

Action anti-inflammatoire

 

L’inflammation est un processus complexe induit soit par un foyer infectieux, soit par un traumatisme (articulaire, musculaire, circulatoire, etc...), soit par disfonctionnement de glandes endocrines.

Action anti-inflammatoire par élimination du foyer infectieux :

● action indirecte «immuno-modulante».

● action directe par neutralisation du surplus de charges positives des foyers inflammatoires.

● c’est le mode d’action des esters terpéniques, des sesquiterpènes ou des aldéhydes terpéniques.

Action anti-inflammatoire par hyperémie

Certaines huiles essentielles peuvent générer un échauffement local (hyperémie). Cette dernière action accélère localement l’apport de flux sanguin et l’arrivée des globules blancs et des leucocytes, ce qui conduit ainsi à une réduction de l’inflammation. L’autre mode d’action sont liées aux aldéhydes terpéniques.

 

Effet anti-inflammatoire cortisone-like

 

Mode d’action au niveau de l’axe hypophyso-cortico-surrénalien : Certains monoterpènes cycliques activent les glandes surrénales, lesquelles vont produire des glucocorticoïdes aux propriétés antiinflammatoires, toniques et neurotoniques (amélioration du métabolisme énergétique). Les huiles essentielles les plus connues sont celles de pin sylvestre (Pinus sylvestris) et d’épinette noire (Picea mariana). Les effets secondaires possibles sont ceux des glucocorticoïdes. Une utilisation trop fréquente des huiles essentielles peuvent provoquer par exemple des acidités gastriques, des réductions de l’activité immunitaire, des décalcifications, des réductions de la masse musculaire…

 

Action antalgique et antispasmodique

 

On compte trois mécanismes d’action :

L’action musculotrope et neurotrope directe : c’est-à-dire que les phénols méthyl-éthers interagissent avec la transduction du message nerveux et le bloque soit au niveau de la plaque motrice (jonction neuro-musculaire), soit plus en amont, en inhibant les courants d’ions sodium qui servent à la propagation du message nerveux. (exemple : huile essentielle d’estragon (estragol).)

L’action « contre-irritante froide » : c’est «l’effet glaçon». L’arrêt de la douleur est provoqué par un refroidissement brusque qui crée une sorte d’anesthésie par le froid. Les huiles essentielles de menthes (menthe des champs et menthe poivrée) sont particulièrement indiquées pour cette fonction.

L’action « contre-irritante chaude » : c’est la stratégie inverse. L’effet vaso-dilatateur permet d’accélérer la circulation sanguine et de faciliter l’évacuation des toxines à l’origine de la douleur. Les huiles essentielles de clou de girofle ou de gaulthérie couchée sont recommandées.

 

Action calmante et sédative

 

On observe trois mécanismes d’action :

L’Effet calmant au niveau du SNC par transfert de charge.

Les mécanismes à l’origine des ces effets ne sont actuellement pas très bien connus. Le phénomène de transfert de charge est proche de l’effet anti-inflammatoire. Les aldéhydes terpéniques (les citrals du Lippia citriodora - Verveine citronnée) et les esters terpéniques (Chamaemelum nobile - camomille romaine) ont ces effets.

L’effet calmant au niveau du SNA : Les esters aromatiques agissent soit :

● en stimulant le système parasympathique : huile essentielle de marjolaine (Origanum majorana) qui implique une mise en repos de l’organisme,

● en calmant le système sympathique avec l’action des esters, tels que l’acétate de linalyle présente dans l’huile essentielle de lavande vrai (Lavandula augustifolia) et de lavandin super (Lavandula hybrida super) et l’action des esters nitrés de l’essence de mandarine (Citrus reticulata),

● en combinant les deux effets.

L’effet calmant par rééquilibrage du système nerveux

Les alcools monterpéniques jouent un rôle d’équilibrage du système nerveux. Globalement positivantes, ces molécules seront soit stimulantes soit calmantes en fonction de l’état de l’individu. C’est le cas du terpinène-1,4-ol et le linalol (lavande vrai) qui sont préconisés en massage pour faciliter l’endormissement et mieux gérer les problèmes d’insomnie.

 

Action mucolytique, bronchodilatatrice, expectorante

 

L’action mucolytique

Les principaux acteurs sont les cétones terpéniques et les lactones sesquiterpéniques (toxicité). Par exemple, l’allantolactone est présent dans l’huile essentielle d’Inule odorante (Inula graveolens) et la pipéritone dans l’huile essentielle d’Eucalyptus mentholé (eucalyptus dives),

Les effets bronchodilatateurs et expectorants

La molécule la plus connues est l’eucalyptol ou 1,8-cinéol. Elle est en forte concentration dans les huiles essentielles d’Eucalyptus radié, de myrte verte, de Ravintsara, de Romarin à cinéol et de d’hysope couchée.

 

Conclusion

 

Les huiles essentielles font partie des substances les plus précieuses que la nature puisse nous offrir. Elles n’ont pas seulement un effet guérisseur sur le corps physique. Elles agissent sur tous nos sens, grâce à l’olfaction sur notre système hormonal, notre état émotionnel, notre « corps subtil » au niveau des centres énergétiques et les chakras. La démarche thérapeutique des tradi-praticiens du monde entier prend en compte tous ces aspects à travers des pratiques ritualisées. Pour ne citer que les tradi-praticiens d’Amazonie ou d’Australie. L’Aromathérapie énergétique est ainsi guidée par le côté vibratoire de la plante et de l’huile essentielle. C’est pourquoi, l’origine de la plante, le mode d’obtention et la qualité des huiles essentielles sont indissociables d’un effet thérapeutique efficace et maîtrisé.

 

Laurence MULON

Consultante Stratégie de Développement

Le végétal au coeur de l’innovation

Tél : 01.43.97.42.02

Port : 06.25.42.25.92

www.mulon-conseil.fr / mulon.conseil@yahoo.fr