Rayon Cosmétique - Bien connaître

Huile d'argan, l'or des berbères

juil-août 2007

Connue depuis peu du grand public, l’huile d’argan jouit d’un intérêt croissant de la part des nouveaux consommateurs. Cette croissance de la demande a contribué à favoriser le développement économique des femmes marocaines qui ont depuis toujours assuré l’extraction de cette huile.

L’arganier, un arbre millénaire

arganierL’Argania Spinosa est un arbre sauvage, épineux, rustique et résistant qui vit exclusivement dans le Sud Ouest marocain et peut atteindre l’âge de 200 ans ! Son origine remonte à 80 millions d’années. L’aire géographique de l’arganier couvre une zone de 800 000 ha, qui a été déclarée par l’UNESCO patrimoine forestier mondial de l’humanité. Son implantation lutte contre la déforestation. Pour la population locale, l’arganier a depuis toujours constitué une source d’énergie (bois), d’aliments du bétail (feuilles et fruits) et de nourriture pour l’homme (huile alimentaire).
Le fruit a la forme d’une grosse olive. Il est formé d’une pulpe et d’un noyau contenant des graines appelées « amandons ». Un arbre peut donner environ 8 kg de fruits par an.

Un savoir-faire ancestral et une économie solidaire

Les femmes Berbères récoltent les baies et après dépulpage, concassent les noyaux entre deux pierres pour en extraire les amandons qui contiennent l’huile. Traditionnellement, les amandons sont broyés avec un peu d’eau. La pâte ainsi obtenue est malaxée à la main jusqu’à l’obtention de l’huile. Le tourteau sert d’alimentation pour le bétail. Cette activité de transformation manuelle est une affaire de femmes. Les hommes assurent sa commercialisation sur les marchés.
Regroupées maintenant en coopératives, elles reçoivent le soutien d’associations dans le cadre du commerce équitable ou d’économie solidaire. Ces actions permettent d’assurer un revenu décent aux femmes pour vivre dignement de leur travail, préserver l’arganeraie en replantant des arbres, améliorer les conditions de travail et assurer l’hygiène de l’extraction grâce à l’investissement en presses. Des actions de formation et d’alphabétisation sont engagées par ailleurs. Cet accompagnement a permis de produire de l’huile d’argan biologique.
L’Union Européenne a également apporté sa contribution en développant un programme qui va dans le même sens.

On trouve 3 qualités d’huile d’argan selon le mode extraction ou de transformation :
• Celle obtenue de façon entièrement traditionnelle, qui a le désavantage d’être extraite en présence d’eau pouvant être source de contaminations
• Celle obtenue par extraction mécanique de pression à froid sans toutefois atteindre les 60°
• Celle dont les graines ont été torréfiées pour donner à l’huile un goût de noisette. Dans ce cas, l’huile sera à usage alimentaire.
L’huile non torréfiée est réservée à la cosmétique mais également à la cuisine qui bénéficie alors des qualités intactes de l’huile.

Des propriétés nutritionnelles et cosmétiques très intéressantes

De type oléique-linoléique, l’huile d’argan contient 80% d’acides gras insaturés comme l’huile d’olive. Mais elle est plus riche que l’huile d’olive en acide linoléique. Cet acide est dit essentiel car il ne peut pas être fabriqué par l’organisme et doit donc être apporté par le biais de l’alimentation.
Sa teneur en acide oléique permet une baisse du taux de cholestérol sanguin. L’acide linoléique (Ω 6) intervient dans la formation de la membrane cellulaire.
L’huile d’argan est riche en béta-carotène (pro-vitamine A) et E. Cette vitamine est un anti-oxydant puissant qui capture les radicaux libres et neutralise l’oxydation destructrice.

Utilisée en cuisine

La saveur noisette lui confère une teinte plus foncée et rehausse la saveur des plats (couscous, poissons, vinaigrette…). C’est une huile à consommer crue pour protéger les acides gras fragiles à la chaleur.

Utilisée en cosmétique

L’huile d’argan prévient le dessèchement prématuré de la peau. Elle combat le vieillissement naturel en améliorant son hydratation. Elle permet de régénérer les épidermes fatigués. Les Berbères l’utilisent quotidiennement dans leur vie pour :
• Le massage des nourrissons et des bébés
• La cicatrisation des traces d’acné et de varicelle
• La prévention des vergetures chez la femme enceinte
• Le massage des articulations raidies par les rhumatismes
• Le soin des cheveux et des ongles cassants et dédoubléS

Le saviez-vous ?

Il faut 40 kg de fruits pour obtenir 1 litre. Le concassage à la main des amandons nécessite 15 heures de travail.