Rayon éco-produits

Pet care « bio »… un rayon à développer

mai-juin 2010

Les différentes études sur le sujet le confirment: les français sont les européens les plus passionnés par les animaux domestiques. En effet, en France on compterait à ce jour, plus d’animaux domestiques que d’habitants. Plus de 63 millions d’animaux de compagnie dont 10,5 millions de chats et 9,3 millions de chiens sont recensés. 53% des foyers français possèdent au moins un animal de compagnie. Ce marché est segmenté en trois parties: l’alimentation (petfood), l’hygiène et les soins et celle des accessoires pour animaux. Nous avions déjà évoqué dans notre numéro 8 d’octobre 2006, l’intérêt de proposer un rayon petfood bio sans oublier d’y intégrer une gamme hygiène pour animaux. Avec l’arrivée de l’été propice aux développements d’allergies et de parasitismes, voici quelques conseils pour vous accompagner au mieux dans la mise en place de votre linéaire « pet care »…



Gilles Lebrun



Pourquoi une gamme « pet care »


● Initialement le magasin a une vocation alimentaire : il est donc logique de proposer des aliments pour animaux. Toutefois, il doit aussi être en mesure de proposer une offre complète pour répondre à tous les besoins de la clientèle. (kit complet : pet food + pet care)
● un consommateur de produits bio et écologiques « doit » l’être aussi pour ses animaux. Il utilise pour lui des produits d’hygiène bio, alors pourquoi pas pour son animal préféré ! Rappelons que les produits proposés dans le conventionnel sont majoritairement élaborés avec des produits chimiques de synthèse. Tous les vétérinaires le conseillent : la bonne santé de l’animal passe par une bonne hygiène. Une bonne propreté est la meilleure des préventions.
● en utilisant des produits d’hygiène naturels, le propriétaire protège son animal mais aussi sa propre santé.
● originalité : c’est un moyen aussi d’attirer une clientèle qui ne cherche que ce type de produits (pas d’équivalent dans d’autres réseaux de distribution).
● proposez tout simplement une nouvelle offre produit qui n’avait peut être jamais été proposée.
● fidélisez la clientèle en proposant un maximum d’offres et éviter ainsi qu’elle aille dans un autre point de vente (animalerie spécialisée, vétérinaires..).


Où l’implanter


● le rayon pet care devra logiquement être intégré au rayon pet food. Rappelons que ce dernier doit être considéré comme un rayon à part entière (ne pas le mettre au fond ou dans un coin sous prétexte que l’on manque de place)
● pour éviter une transition trop forte entre chaque thème de rayons, implantez le près du linéaire écoproduits.
● à l’arrivée du printemps et de l’été, pensez à proposer ce type de produits. La prévention est importante.
● utilisez le maximum de supports fournis par vos fournisseurs (poster, livrets consommateur)

Quels produits proposer

Un minimum de références est indispensable (même si la place manque). Contrairement à l’alimentation animale, où deux catégories distinctes de produits existent et sont indissociables, le chien et le chat, les produits d’hygiène pour animaux sont multi espèces. Toutefois, le linéaire peut être segmenté en trois : les shampoings, les préventifs, les désodorisants

Les shampoings
Recommandés à la fois pour les chiens et les chats ils sont utilisés pour les lavages fréquents. Leur pH doit être le plus neutre possible. Pour les animaux sensibles ou qui ne supportent pas l’eau (rinçage des chats par exemple), il existe des shampoings secs sans rinçage.

Les préventifs
ils se présentent généralement sous forme de shampoings, de sprays ou de pipettes. Les shampoings (utilisables à l’eau ou à sec) préviennent de l’apparition des insectes. Les sprays comme les pipettes protègent les animaux de leur environnement contre les insectes piqueurs (tiques, puces, moustiques, mouches…). Leur utilisation externe doit se faire hors de la portée des enfants et sur des animaux non malades. Il est conseillé aussi de vaporiser dans le lieu de vie de l’animal, panier, coussin…

Les désodorisants

● soit corporels, utilisables directement sur l’animal (chat, chien, rongeur) pour combattre les mauvaises odeurs (séborrhéiques, de rances « chien mouillé ») dues aux sécrétions.
● soit environnementaux : l’objectif est de lutter contre les mauvaises odeurs de la litière des chats, de « chien mouillé » et d’assainir l’environnement. Ils s’appliquent sur tous les endroits où vont les animaux : la litière, la niche, les coussins, la voiture…

Repères

● le marché de l’animalerie a généré 3,153 milliards d’euros TTC de chiffre d’affaires, soit beaucoup plus que celui de l’alimentaire bio « humain » tout confondu.
● environ 53 % des ménages français achètent du petfood
● le panier moyen d’un acheteur de petfood est 1,23 plus élevé qu’un non acheteur.
● la plupart des propriétaires dépensent entre 15 et 75 euros par mois et presque 4% sont prêt à investir plus de 150 euros (dépense moyenne par an et par ménage : 390 €)

Le saviez-vous ?

Selon certains experts, de plus en plus souvent les rayons « animaux » sont nettement plus étendus que ceux consacrés aux bébés.

Lire aussi :