Rayon fruits et légumes

Préparer l'automne au rayon fruits et légumes

sept -oct 2011

Avec la fin de l’été, le rayon fruits et légumes subit de profondes mutations en terme de gammes de produits. Certains se réjouiront de voir disparaître des familles parfois complexes à gérer (pêches, nectarines,…), tandis que d’autres regretteront leur forte valeur ajoutée, synonyme de chiffre d’affaires. Parallèlement, la montée en puissance du raisin, des pommes / poires et autres légumes d’automne permet de réorienter le travail d’assortiment et d’implantation rayon.

 

 



Prise en compte des facteurs économiques

Premièrement, n’oublions pas qu’un rayon doit être adapté à la demande clients. Cette demande varie non seulement en fonction des saisons et envies, mais également des facteurs macro-économiques. Ainsi, la période de rentrée est très chargée en terme de dépenses pour les ménages (fournitures scolaires, inscription aux diverses activités,…), grevant ainsi parfois le budget alimentaire. Le rayon fruits et légumes doit donc également s’adapter à cette donne, et proposer des solutions adaptées.

L’assortiment

Si les familles estivales disparaissent progressivement des rayons, d’autres familles prennent une place croissante. Ainsi, l’implantation doit progressivement être rectifiée pour mieux symboliser l’entrée dans l’automne. Dans les fruits, les raisins doivent être l’objet de toutes les attentions : vérifier la fraîcheur à la livraison et en rayon (pruine présente notamment, rafles vertes et souples). Diversifier l’offre et prévoir des actions promotionnelles permanentes, notamment pour les cures de raisin : ventes au colis avec prix remisés, panachage de variétés, promotions tournantes,... Parallèlement, les pommes et poires commencent à prendre une importance grandissante, même si ces fruits s’inscrivent plus dans la durée. Attention à bien respecter la saisonnalité de ces produits (en termes de variétés) et limiter le stock en poires (ex : la william s’abîme vite en fin de saison). Les fruits à coques, type noisettes, noix fraîches et châtaignes doivent être regroupés et trouver une place de choix sur le rayon, avec une massification souhaitée pour une meilleure attractivité. Côté légumes, la tomate reste leader et doit donc continuer à rester prépondérante en rayon et tête de gondole (TG), mais en laissant une place croissante à d’autres produits saisonniers : ainsi, les choux (brocolis, fleurs, romanesco) et autres légumes anciens regagnent du linéaire, quand la famille ratatouille recule tout doucement. Attention cependant, nous ne sommes pas encore en hiver, loin de là, ces changements doivent s’opérer tout en douceur.


La présentation

La visibilité de l’offre est primordiale dans l’acte d’achat, suscitant envie ou rejet. Ainsi, veiller à :
● harmoniser votre rayon (hauteur homogène des caisses, massification),
● augmenter l’impact visuel, en jouant sur les alternances de couleur, regrouper les produits par famille et utilisations complémentaires,
● créer des îlots à thèmes, favorisant les mises en avant type raisins, les produits saisonniers et / ou régionaux,
● vérifier le facing minimum et l’adapter à chaque produit, en fonction de son importance et de son attractivité,
● réaliser un étiquetage lisible mais discret, afin de ne pas nuire au champ visuel,
● valoriser les produits de circuits courts, locaux, notions qui prennent de plus en plus d’importance dans l’acte d’achat. Pour les mises en avant et promotions, l’idéal est d’établir un calendrier mensuel, afin de les anticiper au maximum, de les préparer et donc d’augmenter leur efficacité. Ce planning est à étudier avec vos fournisseurs, grossistes ou producteurs. Parallèlement, comme en permanence, informer le consommateur par le biais de fiches infos (sur la cure de raisin par exemple), fiches produits et recettes, tout en faisant des dégustations régulières afin d’augmenter l’achat d’impulsion.


NB : de nombreux magasins spécialisés limitent, voire refusent les produits de contre saison ou d’import lointain. Si cette idée est louable, il faut par contre bien la communiquer au consommateur, qui n’a pas forcément tous les éléments pour comprendre ce manque. Utilisez donc une signalétique adaptée. C’est un moyen de mettre en avant une politique propre au magasin et/ou à l’enseigne, d’affirmer des valeurs fortes et de se différencier d’autres circuits de distribution.

 

20

 

Lire aussi :