Rayon fruits et légumes

Un agréage précis pour une qualité optimale

Mai-Juin 2012

Le printemps et l’été sont des périodes exaltantes pour le rayon fruits et légumes : renouvellement de la gamme, explosion des couleurs et des saveurs dans le rayon. Mais parallèlement, c’est aussi une période où le risque produit lié à la sensibilité accrue de certains fruits et légumes (légumes bottes, fraises, fruits d’été,…) peut entrainer un dérapage incontrôlé du taux de perte et donc de la rentabilité du rayon. Afin de limiter et d’anticiper ce risque, un agréage renforcé et précis doit être réalisé à chaque livraison.

L’agréage est un contrôle qui vérifie les conformités d’une marchandise, soit conformément à la réglementation, soit en fonction d’un cahier des charges propre. Le résultat étant l’acceptation de tout ou partie des lots réceptionnés ou le cas échéant leur refus.

Les contrôles à réception :

Tout d’abord, il convient de contrôler la température du camion et des produits, ainsi que l’état général de la palette et des colis, en présence du chauffeur. Tout litige doit être noté sur le bon de transport et signé par le chauffeur. Après ce contrôle lié à la logistique, nous distinguons le contrôle quantitatif et le contrôle qualitatif, dont les différentes phases sont détaillées ci-dessous :


Parallèlement à ces normes communes, il existe souvent des cahiers des charges ou spécifications d’achat propres à chaque enseigne qu’il convient bien entendu de vérifier (refus de certaines variétés, dates de mises en marché, colorimétrie, indice de réfractométrie…). Tous ces résultats sont à noter dans une fiche d’agréage, qui sera transmise au fournisseur et autres personnes concernées.

Les principaux outils permettant de mesurer la qualité :


● le thermomètre digital, pour vérifier la température des produits,

● un appareil photo numérique, permettant de visualiser et transmettre rapidement le problème,
● une balance électronique 0/30 kg avec précision à 5g,
● les calibreurs ou boucles de calibrage (adaptation aux différentes espèces),
● les codes couleurs ou échelles colorimétriques, afin de juger la maturité, Et pour des mesures plus poussées :
● le pénétromètre, permettant d’exprimer en kg /cm² la fermeté,
● le réfractomètre, permettant d’indiquer en % brix la teneur en taux de sucre,
●dans certains cas, broyeurs ou centrifugeuses sont utilisés pour connaitre le taux de jus.

La gestion des litiges :

L’agréeur doit à réception isoler les lots non conformes, en attente de reprise fournisseur ou de destruction. Parallèlement, il convient de prévenir le fournisseur du refus partiel ou total du lot, en transmettant les éléments nécessaires (demande d’avoir, rapport d’agréage, photos,..), mais également de transmettre l’information aux collègues concernés par ce refus.
Si le livreur est présent lors du contrôle, la marchandise peut être acceptée, acceptée partiellement ou refusée, avec des réserves écrites argumentées et idéalement validées par le fournisseur. Dans le cas d’un refus et d’avoir total d’un lot, il faut être le plus précis possible (quantité, poids, numéro de lot,..). Dans tous les cas, n’oubliez pas de faire signer le bordereau de transport par le livreur.
Si le livreur est absent (ex : livraison de nuit), prévenir le fournisseur dès le constat du litige, avant de lui envoyer une confirmation écrite concernant le refus partiel ou total de la marchandise concernée. Le règlement COFREUROP est très strict : « Concernant les marchandises de la catégorie I, la réclamation doit s’effectuer dans un délai de 6 heures à compter de la mise à disposition de la marchandise. Pour les marchandises de la catégorie II, ce délai est porté à 8 heures ».
Toute demande d’avoir doit être parallèlement classifiée et suivie, afin de s’assurer que le fournisseur a bien pris en compte la demande, qu’il la valide et qu’il vous envoie ainsi rapidement un avoir.

 

 

Lire aussi :