Rayon fruits et légumes

Légumes anciens, une famille à valoriser !

jan-fev 2011

O ubliés après la seconde guerre mondiale au profit d’une agriculture intensive et productiviste, depuis quelques années, les légumes anciens redeviennent à la mode, apparaissant même parfois sur les cartes des plus grands chefs. Cette famille, encore relativement méconnue et son côté découverte, permet non seulement une plus grande attractivité du rayon fruits et légumes, la valorisation d’un patrimoine régional, mais également une différenciation par rapport aux circuits conventionnels, peu adeptes de ce style de produits..



La gamme :

Nous distinguons principalement 2 familles :
● Dans les Légumes racines, citons notamment : panais, topinambours, rutabaga, navet boule d’or, cerfeuil tubéreux, crosnes, salsifis, carottes blanches et jaunes, hélianti, …sans compter les nombreuses autres spécialités propres à chaque région.
● Pour les légumes fruits, principalement présents en été : nombreuses variétés de tomates (ananas, green zébra, cornue des Andes, rose de berne, coeur de boeuf,…), aubergines et courgettes blanches, courgettes jaunes, concombres courts, … autant de produits qui égayent les rayons par leurs couleurs variées.
● Enfin, nous pouvons citer d’autres produits comme, le melon petit gris, la pomme de terre vitelotte à chair violette, le cardon et la tétragone : à faire découvrir dans vos linéaires sans plus attendre.

Pour une mise en avant efficace en linéaire :

A côté des poids lourds, ces produits ont besoin d’un accompagnement fort et d’une mise en avant, afin de les valoriser au mieux et de leur assurer une rotation optimale :
● créer un univers bien identifié, en rassemblant ces produits, créant ainsi un pôle d’attractivité et d’identification facile pour le consommateur, tout en jouant au maximum sur les couleurs très variées de ces produits,
● communiquer au maximum : la faible notoriété de certains légumes anciens nécessite non seulement une information produit, mais aussi et surtout un accompagnement sur l’utilisation, afin de favoriser l’acte d’achat. Ainsi, des fiches recettes sont un très bon support de vente de ces produits souvent méconnus,
● mettre en avant la notion de circuit court, quand il s’agit de productions locales, rapprochant le producteur du consommateur, évitant aux produits de parcourir de longues distances,
● valoriser le respect de la saisonnalité, qui se traduit notamment par une meilleure qualité organoleptique, des saveurs (souvent nouvelles ou méconnues pour les légumes anciens), des apports nutritionnels renforcés et une maturité souvent optimale,




● souligner le fait que ces produits sont issus de productions à faibles rendements, souvent complexes à cultiver, bien loin des productions intensives. Les légumes anciens participent parallèlement au maintien et au renforcement d’un tissu économique local et par la même occasion à l’utilisation, la valorisation et la conservation de variétés locales et parfois proches de la disparition, notion essentielle pour maintenir la biodiversité de notre patrimoine agricole,
● Réaliser des associations, en incitant le consommateur à associer différents produits traditionnels et « oubliés » et ainsi adopter une diversification intéressante de leur alimentation.

 

 

Lire aussi :