Rayon fruits et légumes

Kiwi bio : le plein de vitamine…

nov-Déc 2010

Originaire du sud-est asiatique, le kiwi était appelé au départ « groseille de Chine ». Il fut baptisé kiwi en 1950 par les Néo-Zélandais au moment du développement des cultures commerciales et parce que sa peau velue ressemble à celle de l’oiseau du même nom. Longtemps considéré comme un fruit exotique, il fait désormais partie des fruits courants même si de nombreuses marques commerciales continuent à lui donner cette image. En effet, rappelons que ce fruit exceptionnellement riche en vitamine C est très cultivé en France : on estime que la production française couvre plus de la moitié la consommation nationale.

 

 



Origine, culture…

Le kiwi est un fruit issu d’une liane robuste et prolifique. En France il est produit essentiellement dans le sud-ouest mais s’adapte dans beaucoup de régions. Généralement considéré comme facile à produire, car il craint peu les insectes et les champignons, on pense souvent qu’il est produit naturellement en conventionnel. Ce n’est pas tout à fait vrai car il existe quand même des différences. D’une part, le terroir a son importance. Rappelons qu’à l’origine c’est un fruit de sous-bois qui aime les situations abritées. Il demande aussi de l’eau, la protection du vent et un climat chaud et humide l’été et froid l’hiver. Il n’est donc pas si exotique que ça ! D’autre part, avec l’évolution de la demande pour obtenir de beaux et de gros fruits (qui seront vendus plus chers en fonction de la réglementation), l’emploi d’engrais chimiques et de désherbants sont courants même si l’utilisation de pesticides et de fongicides sont quasiment inexistants.

Qualités nutritionnelles


● Le top en vitamine C : le premier atout nutritionnel du kiwi est incontestablement sa richesse en vitamine C. il en renferme davantage que les agrumes. Un seul kiwi (environ 100 g épluché) apporte la totalité de l’apport nutritionnel conseillé chaque jour (80 mg pour l’adulte et l’adolescent, 50 à 60 mg pour l’enfant).
● Haute densité nutritionnelle : selon une étude réalisée aux Etats-Unis (Lachance, 1997) sur les 27 fruits les plus couramment consommés, le kiwi arrive en tête des fruits les plus aptes à satisfaire nos besoins nutritionnels. Il a la capacité de fournir les quantités journalières recommandées pour 9 éléments nutritifs essentiels (vitamine C, B1, B2, B3, B9, provitamine A, calcium, fer et protéines)
● Riche en antioxydants : il est particulièrement riche en antioxydants, notamment en vitamine C et en vitamine E ainsi qu’en polyphénols. Le kiwi renferme également de bonnes quantités de potassium et de fibres, des éléments qui, comme les facteurs antioxydants, ont été associés à une incidence réduite de certains cancers et maladies cardio-vasculaires.

Variétés

La chine, l’Italie et la Nouvelle-Zélande sont les plus gros producteurs. C’est pourquoi, la plupart des variétés viennent de ces pays. On en dénombre plus d’une cinquantaine. La plus connue est le kiwi Hayward, du nom du Néo-Zélandais qui l’a sélectionné. De plus en plus de variétés sont présentées sous des noms de marques et sont des croisements. Elles se distinguent par leur couleur, des taux de sucre plus prononcés et leur précocité. Toutefois, ces variétés sont protégées par brevet et les producteurs sont contraints de signer des contrats d’exclusivité et ne peuvent ainsi les vendre à leur guise !


Réglementation

Le kiwi reste parmi les fruits et légumes les plus réglementés : c’est-à-dire qu’il doit répondre à certains critères qualitatifs à la fois sur son aspect visuel et gustatif. Il est classé selon les 3 catégories.
● Catégorie II : accepte des défauts jusqu’à 2 cm²
● Catégorie I : accepte de légers défauts jusqu’à 1 cm² - mais pas de kiwi renflés ou doubles, ni d’ergots.
● Catégorie Extra : les kiwis sont sans défauts et présentés lités sur une seule couche. (calibres indiqués en poids minimum et maximum) Enfin, le taux de sucre est réglementé : il s’évalue avec un réfractomètre qui indique l’indice Brix (6,2% départ station et 9,5% pour les stades de gros et détails)

Bien le positionner dans le rayon

Disposez-les de façon à ce qu’ils soient agréables à l’oeil. C’est-à-dire en variant les présentations avec les couleurs. Pour optimiser vos ventes, faites des dégustations.

Bien le choisir

Le kiwi devra être relativement ferme à souple au toucher en fonction de son niveau de maturité. Vérifiez s’il n’y pas de zones « trop molles » et que l’état sanitaire général soit correct : pas de pourritures près de l’attache pédonculaire…

Bien le conserver

Chez le client : en fonction de sa maturité et de son utilisation il se conservera quelques semaines à température ambiante. Au réfrigérateur, le fruit ferme se conservera plusieurs semaines.
En réserve : pour éviter toute accélération de sa maturation, séparez les fruits dégageant de l’éthylène comme la pomme et les fruits de la passion ainsi que les fruits trop mûrs.
En magasin : le kiwi étant relativement ferme, il peut rester en rayon (4 à 7 jours). Vous éviterez ainsi toute altération gustative liée aux chocs thermiques. Toutefois, un bon triage est le meilleur moyen d’éviter la casse (retirez les fruits mous et trop mûres).

Lire aussi :