Rayon fruits et légumes

Explosion de couleurs dans le rayon fruits et légumes !

mai-juin 2010

Le printemps est souvent synonyme de renouveau: après un hiver rigoureux, dans les jardins ou les champs, la vie s’active, entraînant de multiples mutations, tant visuelles qu’olfactives. Ces mutations s’opèrent également progressivement au sein du rayon fruits et légumes, qui se colore de plus en plus, renforçant ainsi son attractivité.



Gilles Lebrun



Nouvelles gammes

Les légumes de conservation ont disparu de nos rayons, remplacés depuis quelques semaines par les légumes bottes ou primeurs. Les asperges et artichauts sont à leur apogée, petits pois et haricots investissent le rayon, tout comme les concombres et courgettes, le reste des légumes ratatouille hexagonaux (tomates, aubergines, poivrons) prenant un malin plaisir en se faisant désirer. Bien sûr, les salades sont magnifiques, bien pommées, les pommes de terre et carottes bien tendres et les herbes aromatiques reprennent une place de choix, parfumant délicatement le rayon. Les fruits, eux, se partagent notamment entre la fin des fruits de conservation (oranges, pommes) et les fruits de saison (ex : pomelos corses, fraises…). Progressivement, les fruits rouges (ex : framboises, groseilles), font leur apparition, dont la star de cette famille, tant attendue, la cerise, en commençant par la burlat. Ensuite viendront les premiers melons, pêches et abricots, annonçant les périodes estivales.

En linéaire

Le rayon se renouvelle donc très largement et ces nouvelles familles étant généralement à forte valeur ajoutée, elles agissent directement sur la hausse de chiffre d’affaires de votre rayon, liée à l’attractivité de celui-ci. Plus que jamais, la fragilité de certaines familles ou produits (ex : légumes bottes, fraises, cerises,…) demande une attention permanente. Ainsi, nous veillerons à une rotation optimale de ces produits en rayon, par un réassort régulier. De plus, les brumisateurs seront sollicités sur les produits feuilles ou sensibles (salades, céleri, blette, légumes bottes,…) afin de renforcer l’impact fraîcheur. Par ailleurs, afin de renforcer l’attractivité de votre rayon, il est conseillé de :

● créer des îlots ou univers bien identifiés pour les gammes les plus attractives et à forte valeur ajoutée, en adaptant leur facing. Les cerises côtoieront ainsi par exemple les fraises et les fruits rouges, créant un pôle mis en avant par la théâtralisation de cette offre
● différencier les fruits et légumes de masse, à forte rotation et ceux qui représentent des volumes plus faibles, souvent synonymes d’achats d’impulsion.
● faire déguster les produits gourmands et de saison (fraises, cerises, ….)
● renforcer la communication ou ILV (Information sur le Lieu de Vente), en mettant notamment en avant, par exemple l’indication géographique (cf ci-dessous), la notion de saisonnalité, les variétés… Bien sûr, l’apport de fiches produits et recettes sont toujours bienvenues pour les consommateurs.

Zoom sur les produits locaux ou régionaux:
La notion d’origine proche, tout autant que la saisonnalité, sont des axes qui doivent être mis en avant et valorisés dans la commercialisation des produits biologiques. A l’approche de l’été, nombreuses sont les références à pouvoir venir de vos producteurs locaux, comment les valoriser ? Ainsi, vous pouvez par exemple :
● mettre en avant la notion de circuit court, rapprochant le producteur du consommateur, évitant aux produits de parcourir de longues distances,
● valoriser le respect de la saisonnalité, qui se traduit notamment par une meilleure qualité organoleptique, des saveurs et apports nutritionnels renforcés et une maturité souvent optimale,
● souligner une plus grande transparence, une traçabilité permettant de valoriser le travail d’un producteur et non un « numéro de lot »,
● participer au maintien et au renforcement d’un tissu économique local et par la même occasion à l’utilisation et la valorisation de variétés locales. Parallèlement, un identifiant visuel (stop-rayon, fiche fournisseur, logo ou autre) permettra immédiatement au client d’identifier ces produits locaux en rayon.

 

Gilles Lebrun
Lire aussi :