Repères

Un marché bio en pleine évolution…

Sept-Oct 2007

L’agriculture conventionnelle belge connaît une situation assez proche des autres pays européens. Son nombre d’agriculteur diminue de façon constante et pourtant sa surface agricole utilisée ne baisse que très peu. Entre 2005 et 2006, 3,3% des exploitations ont cessé leur activité et 0,2% de la surface agricole a été perdue. La tendance montre donc que les exploitations agricoles sont de plus en plus grandes. En revanche, la situation de l’agriculture biologique en Belgique suit un chemin complètement différent. Le nombre d’exploitations bio et sa surface bio sont en constante progression depuis plus de 10 ans.

Production biologique en hausse…

En 2006, la Belgique (Wallonie et Flandre) comptait 803 exploitations bio soit une augmentation de 9,5% par rapport à 2005. La superficie dédiée à l’agriculture biologique a connu une forte hausse car elle a fait un bond de près de 25% avec près de 30.000 hectares. Les surfaces bio représentaient 2,1% de la surface agricole belge, équivalant à celle de la France. Même si le pourcentage des exploitations bio est encore relativement faible en Belgique (1,6%) et en Wallonie (3,4%), il faut noter qu’il est en augmentation constante depuis 1987.

Transformation biologique

Le nombre de transformateurs bio (préparateurs et importateurs) est de 229, soit plus de 11% par rapport à 2005 (chiffres de la Wallonie). La bonne santé du secteur bio s’explique notamment par une demande croissante. La dénomination « bio » bénéficie d’une large connaissance et reconnaissance auprès du public belge (70% la connaissent). Une récente étude du CRIOC a montré que 7 consommateurs sur 10 estiment que les produits bio offrent des avantages supérieurs aux produits standards et 4 consommateurs sur 10 déclarent acheter des produits bio. Du point de vue des professionnels et des politiques, le marché bio a, malgré tous les défis qui l’attendent, un fort potentiel de développement.

Distribution spécialisée biologique

En 2006, on comptait 456 magasins indépendants bio en Belgique répartis comme suit :
• 125 à Bruxelles (62 francophones et 63 néerlandophones)
• 106 en Wallonie
• 225 en Flandre

Compléments alimentaires

un marché influencé par la réglementation

Le chiffre d’affaires de ce secteur est estimé à 190 millions avec environ 200 fabricants, du pharmacien ou l’herboriste jusqu’à la PME selon la NAREDI (Fédération belge de l’industrie et du commerce des compléments alimentaires, produits naturels, de réforme et de diététique).

Estimation de la répartition de la distribution par canaux

• 1. Pharmacie (55 %)
• 2. Magasins d’alimentation naturelle ( environ 15 %)
• 3. Supermarchés (entre 10 – 15 %)
• 4. Ventes par correspondance (entre 10 – 15 %)
• 5. Para-pharmacie (maximum 5 %)

Évolution du secteur

Depuis 3 ans, une croissance de 10 % est enregistrée. Toutefois, le marché sera influencé par les législations européennes récemment entrées en vigueur ou en préparation. Le Règlement relatif aux allégations nutritionnelles et de santé qui fixe les règles d’utilisation des allégations sur les denrées alimentaires, y compris les compléments alimentaires, aura de l’influence. Tout dépendra de son interprétation et de son application. De plus, début 2010 sera publiée la liste positive des allégations de santé. Elle aura un impact économique négatif dans le secteur des compléments alimentaires si son approche est trop restrictive. Les allégations sont en effet le seul moyen pour informer le consommateur des vertus des compléments alimentaires. La Commission européenne prépare un cadre réglementaire pour l’utilisation de substances autres que les vitamines et les minéraux, dont les plantes. On sait combien elles sont importantes dans ce secteur. NAREDI espère que la législation belge relative aux plantes dans les compléments alimentaires et qui a fait ses preuves en matière de sécurité du consommateur servira d’exemple à l’Europe. A côté de ces enjeux réglementaires, le secteur s’est considérablement professionnalisé grâce à la mise en place de bonnes pratiques. Un guide sur la fabrication des compléments alimentaires élaboré par NAREDI est en cours d’approbation par les autorités belges et un guide européen sera bientôt présenté.

Comportement des consommateurs et compléments alimentaires.

L’intérêt pour les compléments alimentaires et pour les produits alimentaires de santé en général est croissant car le consommateur est de plus en plus conscient de l’impact de son alimentation sur sa santé.