Repères

La bio en France en 2014

Mai - Juin 2015

Un marché à +10%

Selon l’Agence Bio, le marché bio devrait atteindre près de 5 milliards d’euros en 2014 via des circuits de distribution variés. En 2014, les ventes ont progressé dans tous les circuits de distribution.

D’après les premières estimations, l’augmentation globale du marché, compris RHD (Restauration Hors Domicile), serait de +10% par rapport à 2013. Selon les familles de produits, la place de chaque circuit varie. Pour mémoire, en 2013, 46% des ventes ont été réalisés via les grandes surfaces alimentaires, 36% via les magasins spécialisés, 13% via la vente directe et 5% par les artisans commerçants.

 

Une production à + 4%

D’après les premières estimations de l’Agence Bio les surfaces cultivées en France en 2014 selon le mode de production biologique aurait augmenté de 4% par rapport à l’année précédente. Elles s’étendaient sur plus de 1,1 million d’hectares au 31 décembre 2014, ce qui correspond à plus de 4% de la SAU française. Pour mémoire, en 2013, la bio dépassait déjà les 4% des surfaces agricoles dans 10 régions.

Fin 2014, 26478 producteurs étaient engagés en bio, portant la part des exploitations bio dans l’ensemble des exploitations agricoles françaises à 5,5%. Le nombre de producteurs bio a augmenté de 4% en 2014 par rapport à 2013, et a plus que doublé depuis  n 2007.

 

Plus de 2000 nouveaux producteurs se sont engagés en 2014

Au vu des activités principales des producteurs nouvellement engagés, une progression est particulièrement visible en maraîchage, en grandes cultures, cultures fruitières, viticulture, en élevage ruminant, notamment bovin.

Comme en 2013, le solde (entre les nouveaux et ceux qui cessent leur activité en bio) devrait dépasser les 1000 opérateurs. En 2013, près de 1100 exploitations avaient cessé de certi er leur activité auprès de leur OC. Ces arrêts représentent depuis 2010 entre 3% et 4% des exploitations engagées. Les motifs d’abandons peuvent être classés selon trois grandes catégories :

● 40 % cessation d’activité agricole : un arrêt total de l’activité de l’exploitation (vente-cession, liquidation, retraite etc.),

● 46 % arrêt de l’activité bio « décerti cation », pour des raisons diverses, telles que le manque de débouchés, des di cultés techniques, le non acquittement de la facture à l’OC, ou encore le retrait d’agrément par l’OC.

● 9 % changement de statut « fausses sorties », de raison social ou d’OC (regroupement en Gaec, rachat…) Il ne s’agit pas de véritable sortie de la bio, la ferme continuant son activité certi ée bio.

● Dans 5% des cas le motif d’arrêt n’est pas fourni « NC »

 

Plus de 900 transformateurs nouvellement engagés en 2014 en France

Au cours de l’année 2014 plus de 500 transformateurs se sont engagés en bio, (hors transformateurs à la ferme), ainsi que 400 terminaux de cuissons. Selon l’activité principale des opérateurs, les filières les plus dynamiques sont la fabrication artisanale de pain et l’élaboration de vin.

 

À noter, le développement du secteur de la viande et des brasseries bio.

 

 

 

 68% d’alimentaire certifié bio en magasin
spécialisé bio et diététique en France

Après analyses de nos di érentes données, nous sommes en mesure, pour la première fois en France, d’estimer la répartition du chiffre d’afffaires global des magasins bio.


● L’alimentaire certi é biologique resterait très dominant avec 68%. Rappelons que la moyenne des enseignes nationales et régionales organisées ont un pourcentage d’environ 80%.
● Les compléments alimentaires représenteraient 10% du chiffre d’affaires en magasin bio et diététique, près de 16% du marché total.
● La reprise des ventes en cosmétique et hygiène avec environ 170 millions d’euros ( +5,7% en 2014 ) représenteraient7%.
● Le chiffre d’affaires du rayon de la détergence atteindrait 59 millions d’euros, soit 2% des ventes totales. Ce secteur souffre encore d’un problème de
● Tous les autres produits non classi és précédemment représenteraient 12%.