Repères

Le marché du cosmétique naturel et Bio…

mai-juin 2009

Le marché du cosmétique bio et naturel connaît un essor important depuis les années 2005. En effet, différentes informations ont fait prendre conscience aux consommateurs des dangers potentiels de certaines substances synthétiques présentes dans les cosmétiques traditionnels. Citons par exemple, le reportage d’Envoyé Spécial en 2005, l’article d’UFCQueChoisir sur les gels douches conventionnels, le guide Cosmetox de Greenpeace et le surprenant livre «la vérité sur les cosmétiques» de Rita Stiens. Alors qu’en 2005, le cosmétique biologique et naturel représentait moins d’un 1%, on estime qu’il a atteint3% en 2007 et qu’il pourrait approcher les 4% en 2008. Rappelons que le marché français est celui qui enregistre la plus forte progression : entre 30 et 40 % par an.



Le marché du cosmétique naturel et biologique en chiffres


● Le marché mondial du cosmétique naturel et biologique – 2007: environ 4,75 milliards d’euros – 2010: devrait dépasser 6,7 milliards d’euros (soit 10% du marché mondial de la cosmétique) – Les deux moteurs de croissance: Etats-Unis (65%) et Europe (28%)
En Europe, selon Organic Monitor, le marché du cosmétique naturel et bio aurait vu son chiffre d’affaires augmenter d’environ 750 millions d’euros entre 2007 et 2008 pour atteindre 1,5 milliard d’euro en 2008.
● Le marché français du cosmétique biologique
– 2007: 210 millions d’euros
– taux de progression, entre 30 et 40% l’année
– 3% du marché de la cosmétique en France
● En Allemagne, la branche des cosmétiques naturels représenterait, avec 613 millions d’euros, 5% de l’ensemble du marché du cosmétique.

Les circuits de distribution en France

Contrairement aux cosmétiques traditionnels qui sont distribués à plus de 50% dans les Grandes et Moyennes Surfaces, la distribution des cosmétiques bio est majoritairement faite en magasins spécialisés.
On estime, toutefois, qu’elle aurait perdu 9 points entre 2006 et 2008 au profit des instituts de beauté, de la parapharmacie, de la pharmacie, de la vente par correspondance et internet. L’arrivée de nouvelles marques « bio » proposées par d’importants opérateurs présents uniquement dans ces circuits confirme cette tendance.



L'offre produits

À partir d’une étude de l’association COSMEBIO auprès de ses adhérents via leur site internet, il a été possible d’établir une segmentation des produits les plus commercialisés en cosmétique biologique et naturel. Ce sont 1135 produits qui ont été étudiés soit moins de 20% des produits labélisés COSMEBIO disponibles. Cette analyse nous montre que tout naturellement près de 75 % des produits commercialisés ont pour vocation le soin de la peau et l’apport de substances naturelles bénéfiques. Viennent ensuite les produits de massage et de détente pour 10%, puis les produits capillaires (7%). Les segments qui restent encore peu représentatifs mais qui connaissent un fort potentiel de développement sont : le maquillage (3%), le solaire (2%), les soins bébé (2%) et les parfums et eaux de toilette (1%). Enfin, le segment des hommes reste assez marginal et suit les mêmes tendances que dans le conventionnel avec 1%




De plus en plus de marques

La principale association regroupant les fabricants de cosmétiques bio, COSMEBIO, a vu son nombre de membres augmenter de façon significative en 2008 avec l’arrivée de 100 nouvelles sociétés françaises et étrangères. L’association compte aujourd’hui près de 280 membres dont 10% environ viennent de différents pays européens, des Etats-Unis, du Japon, de l’Egypte, du Maroc ou de l’Australie.
Cette évolution est donc une parfaite illustration de la tendance du marché du cosmétique biologique qui, poussé par la demande croissante des consommateurs, voit les marques se multiplier, petites et grandes et les réseaux conventionnels de distribution ouvrir leur portes. Cela confirme donc l’existence d’un marché de la cosmétique biologique à part entière et en plein essor, qui de ce fait doit intégrer les règles classiques du marché. Sources : Cosmébio
Lire aussi :