NUMERO :

BLEU VERT  : acteur et moteur de la cosmétique bio depuis 1998

Sous le ciel bleu du Vaucluse et dans la verdure d’un site éco-conçu… Bleu Vert ne manque pas d’énergie pour partager avec le circuit spécialisé son expertise et sa passion de la cosmétique bio.
Depuis 1998, la société Bleu Vert s’est fait un nom dans les magasins spécialisés : pour ses gammes de produits cosmétiques principalement, pour ses produits écologiques pour la maison également… Mais aussi parce ce qu’elle a fait depuis ses origines le choix du circuit bio, avec lequel l’entreprise partage toutes les valeurs qui en font la force.

Une longue trajectoire dans la bio

Jürgen Debald,
PDG de Bleu Vert.

9 marques et environ 650 références au catalogue, pour près de 1.700.000 produits livrés dans 1.700 points de vente. Mais ne dites surtout pas à Jürgen Debald, fondateur et PDG de Bleu Vert que l’entreprise est un grossiste-distributeur, car vous le fâcheriez gentiment. Son engagement militant depuis la fin des années 1970 dans l’écologie et la bio relève d’une toute autre démarche. Quand la société Bleu Vert fut créée en 1998 pour offrir aux magasins français une cosmétique naturelle avérée, alors très rare sur le marché, l’entreprise devenait un pionnier incontesté et un défenseur historique de la cosmétique certifiée en France. Vivant dans l’Hexagone depuis 1986 mais d’origine allemande, c’est tout naturellement qu’il se tourna Outre-Rhin vers ses amis de la marque Logona, dont il devint, pour commencer, le distributeur exclusif pour la France, d’autres marques s’ajoutant ensuite au catalogue au fil des années, les plus récentes étant « Made in France » : SANTE Naturkosmetik, Khadi, Soultree, Florascent, Laboratoires de Biarritz (et Algamaris) pour la cosmétique, Aries et Sodasan pour les produits écologiques pour la maison.

« Nous voulons être un instigateur d’évolution qualitative  de ce marché ».

Une sélection exigeante

« Avec le temps, nous sommes devenus une entreprise reconnue comme un point d’entrée majeur dans le circuit bio, se réjouit Jürgen Debald, d’où de nombreuses sollicitations de marques qui veulent entrer sur le marché. Mais notre longue expérience a fait de nous des gens exigeants. Avant que nous puissions défendre un produit, celui-ci doit d’abord nous séduire, à l’aune de notre expérience variée et multiple. Il doit apporter des solutions nouvelles, être différencié par rapport à ce qui existe déjà, répondre à un besoin et bien sûr offrir un rapport qualité/prix satisfaisant. Car nous voulons être un instigateur d’évolution qualitative de ce marché ».

La gamme capillaire Logona, symbole parfait de la qualité recherchée par Bleu Vert chez ses fournisseurs.

Une marque comme Logona (appartenant comme SANTE Naturkosmetik au groupe Logocos, qui fait partie des entreprises à l’origine des certifications BDIH et NaTrue) répond ainsi parfaitement aux critères de sélection élevés que s’impose Bleu Vert : « Logona est certainement “la” référence en matière de shampooings dans les magasins bio. Elle a été la première marque à mettre sur le marché des shampooings certifiés, sans sulfates, avec des tensioactifs dérivés de sucre, reconnus comme étant les plus délicats pour le cheveu et le cuir chevelu. Elle est aussi la première à avoir proposé des colorations végétales 100 % naturelles et certifiées. Moins connu : Logona a renoncé à l’emploi des huiles végétales estérifiées dans ses produits pour le visage. Certes ce type de composant n’est pas interdit par les cahiers des charges de cosmétique bio, mais ces huiles estérifiées ont perdu une grande partie de leurs qualités intrinsèques. Elles sont d’ailleurs qualifiées de “silicones végétaux” par certains auteurs. Et faire un cosmétique confortable et agréable avec des huiles végétales non estérifiées n’est pas à la portée de tout le monde, il faut pour cela une expérience certaine ».

« C’est ce genre d’engagement qualitatif qui nous séduit. Pour nous, la certification n’est pas une finalité, ce n’est qu’une porte d’entrée dans le monde des produits bio de qualité. Beaucoup d’acteurs de ce marché utilisent l’imprécision des cahiers des charges : il y a l’esprit et la règle, comme en matière de fiscalité, où certains ont l’art pour faire de l’optimisation fiscale, sourit Jürgen Debald. Mais notre choix est clairement sans compromis : en premier lieu compte la qualité intrinsèque des produits. Et sur ce plan, si vous permettez, je peux ainsi dire que je dors vraiment tranquille, sans crainte d’un scandale futur sur certains ingrédients ! ».

Acteur et moteur de la branche

Cette attention portée à l’essence même des produits va souvent très loin, Bleu Vert n’hésitant pas à s’associer de près à l’évolution ou à la conception des produits destinés au marché français : « Le groupe Logocos nous consulte par exemple souvent lorsqu’il s’agit de faire évoluer une gamme ou un produit. Parfois, l’apparition de nouvelles références est même due à notre initiative, comme avec l’arrivée récente de nouvelles colorations capillaires Logona plus foncées, spécialement développées pour les Françaises. De la même façon, lorsque nous avons découvert en Inde la marque de kajals ayurvédiques Soultree, nous avons travaillé avec eux pour adapter leur présentation, leurs coloris et aussi leur composition, pour qu’ils conviennent à notre climat tempéré ».
Ce rôle moteur dépasse parfois le cadre strict des produits. La découverte par les Français de Rita Stiens, la journaliste allemande aujourd’hui réputée pour son livre et son site web « La Vérité sur les Cosmétiques » est ainsi due à Bleu Vert, qui a permis en 2001 l’édition de la première version française du livre. Ce fut à l’époque une véritable révolution, qui a fait découvrir aux consommateurs ce qui se cache réellement au cœur des cosmétiques.

L’innovation au catalogue

Pour en revenir à l’investissement de Bleu Vert sur les formules, cela se traduit aussi par l’apparition de produits ou d’ingrédients innovants, un des critères essentiels dans l’entreprise, comme l’explique Jürgen Debald : « L’arrivée de marques ayurvédiques comme Khadi ou Soultree est due aux voyages réguliers que je fais en Inde, pays-continent qui recèle des trésors inexploités. Déjà, il existe là-bas beaucoup de plantes avec un énorme potentiel qu’on ne connaît pas ou que peu chez nous. Mais on y utilise aussi des techniques d’extraction ayurvédiques, longues et minutieuses, qu’aucune entreprise occidentale n’accepterait de mettre en œuvre, qui permettent d’obtenir des produits avec des concentrations en actifs incomparables. On obtient ainsi des cosmétiques ultra puissants, comme les colorations Khadi qui couvrent parfaitement les cheveux blancs, leurs shampooings qui contiennent jusqu’à 20 % de plantes ou leurs huiles capillaires et corporelles à l’efficacité surprenante ».

L’innovation est parfois plus proche de chez nous, comme avec les solaires Algamaris certifiés Cosmébio, sans filtre chimique et sans effet blanchissant, qui rencontrent un succès énorme dans les magasins bio où Bleu Vert les distribue. Fort de son expertise, Bleu Vert a profité du partenariat construit avec les Laboratoires de Biarritz qui les fabriquent pour concevoir une exceptionnelle gamme de monoïs. Celle-ci, ainsi produite en France sur une idée de Bleu Vert, permet aux consommateurs de pouvoir apprécier pour la première fois les qualités de monoïs issus de pulpe de coco fraîche bio.

Développées sur une idée de Bleu Vert, les premières huiles de monoï à base de pulpe de coco fraîche bio du marché.

Mais les produits innovants ne manquent pas non plus dans l’offre des partenaires historiques allemands : « Nous faisons actuellement réaliser dans un groupe de magasins un test sur les premiers vernis à ongles certifiés, élaborés par Logona, annonce Jürgen Debald. Plus discret mais tout aussi innovant : le dentifrice Sensitive de Logona, sans concurrent, qui résout réellement les problèmes d’hypersensibilité dentaire. Ou encore, dans le même domaine, cette fois chez SANTE, le Dentifrice à la vitamine B12 qui est “la’’ solution pour les végétariens pour éviter la carence en B12 ».

Un partenariat naturel avec les magasins bio…

Avec un tel cahier des charges interne, pour Jürgen Debald, le partenariat exclusif avec le circuit bio coule de source : « Les magasins spécialisés, c’est véritablement notre terreau, notre environnement naturel. Nous connaissons ses besoins, son évolution, ses clients aussi, consommateurs de plus en plus exigeants – plus que les certifications – qu’il ne faut pas décevoir. En GMS, tout vous pousse à faire des prix ou juste des ‘‘coups’’ commerciaux. A l’inverse, nos produits sont en de bonnes mains dans les magasins bio, qui sont les plus aptes à valoriser ce que nous essayons de faire en amont, nous et nos fournisseurs. Nos points de vue sont alignés et nous avons les mêmes exigences en terme de qualité. La collaboration en est plus simple, et devient vite un partenariat, pas un rapport de force perpétuel ».

Une logistique totalement orientée vers la satisfaction du client, fierté de l’entreprise.

Ce partenariat est réel, puisque le service offert par Bleu Vert aux magasins est largement reconnu : flexibilité importante, implantations raisonnées, réassort non contraignant, franco attractif et qualité élevée dans les livraisons (double système de pointage des commandes, d’où un taux de rupture infinitésimal comme il n’en existe pas en GMS). Quant aux utilisateurs finaux, ils ne sont pas oubliés, puisqu’une personne est dédiée à 100 % au service consommateur, répondant rapidement à tous les types de questions, par téléphone ou par mail.

La chaîne de qualité Bleu Vert se conclut avec une attention maximale apportée au service consommateur.

… symbolisé par une RSE réelle et forte

Cet alignement de vue avec les magasins bio est parfaitement illustré par la politique de RSE appliquée par Bleu Vert (pour laquelle l’entreprise a été récompensée par la région PACA). Entre autres actions, la société soutient par un « mécénat citoyen » l’association Semailles (du réseau Cocagne), qui pratique l’insertion professionnelle par le maraîchage bio. Depuis 2009, Bleu Vert réalise un bilan carbone de ses activités, compensant son empreinte carbone par un soutien à la création de serres solaires sur des hopitaux et des écoles en Afghanistan. Sur le plan interne, ses locaux affichent une éco-conception du plus haut niveau, le personnel bénéficie d’une attention toute particulière (formation professionnelle, ergonomie des postes de travail, aménagement des horaires pour respecter la vie de famille, etc.) et la transparence est inscrite parmi les règles de gouvernance de l’entreprise…

« Pour nous, c’est une question de cohérence, conclut Jürgen Debald. La qualité externe, celle de notre offre, est validée, prouvée par la qualité de ce que nous faisons en interne. La RSE est, au final, l’illustration d’une notion qui est au cœur de notre activité : le partage du meilleur couplé au respect de l’autre ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here