Étiquetage et pancartage des produits vrac

Tous les produits présentés en magasins doivent répondre à certaines obligations réglementaires en matière d’étiquetage. Les produits biologiques et conventionnels sont soumis aux mêmes règles. La réglementation distingue deux types d’informations en matière d’affichage et de pancartage. Elle distingue ce qui a un caractère « promotionnel » (les prospectus, les affiches en vitrine ou sur le trottoir et les annonces audiovisuelles) et l’ardoise qui est proche du produit. Afin d’éviter tout problème lors de contrôles administratifs, les vendeurs de fruits et légumes au détail doivent respecter certaines règles : donner les bonnes mentions des produits à la vente, respecter les règles de normalisation et informer au mieux le consommateur. Conscients des difficultés de la bonne tenue de ce rayon, nous reprenons ci-après quelques règles de base afin de vous aider…

Le point sur – La réglementation des compléments alimentaires

Bonne nouvelle pour le complément alimentaire ! La France vient enfin de se doter d’une réglementation qui donne un véritable statut à ce produit spécifique. Jusqu’alors, il était soumis aux règles générales des produits alimentaires, empêchant le consommateur d’accéder à des substances autorisées dans d’autres pays de la Communauté Européenne et donnant lieu à de multiples condamnations de fabricants ou de distributeurs. Récit d’une partie qui s’est jouée en plusieurs temps.

Un point sur – Les contrôles des produits bio à l’étranger

L’article 8 du règlement européen concernant le mode de production biologique stipule que tous les opérateurs qui commercialisent des produits biologiques ont l’obligation de faire contrôler leur entreprise et leurs produits. C’est pourquoi, tous les produits qui sont importés et que l’on trouve en magasins sont soumis à un contrôle. Toutefois, l’article 11 qui régit le régime des importations biologiques définit des règles différentes selon l’origine des pays.

Un point sur – Les contrôles en magasins bio

L’obligation de contrôle et de certification pour les magasins détaillants de produits bio est en vigueur depuis le 1er juillet 2005. La mise en place de l’application pratique de cette exigence réglementaire européenne a été décidée dans un groupe de travail spécifique de la section bio de la Commission Nationale des Labels et des Certifications (CNLC) au sein du Ministère de l’Agriculture français. Aujourd’hui, c’est donc toute la filière, du producteur au distributeur en passant par le transformateur et les importateurs qui peut apporter au consommateur une garantie de l’origine biologique de ces produits, du sol à la table. On s’aperçoit toutefois, que même si à ce jour la majorité des magasins bio se sont mis en conformité, certains ne le sont pas. C’est pourquoi, à votre attention, nous vous rappelons les grands principes de cette certification.

Référentiel pour – Les parfums d’ambiance biologiques et écologiques

Certaines études ont montré les dangers que l’on prenait en utilisant parfois certains ustensiles qui diffusent des parfums à travers la maison. Que ce soit des encens, des bougies parfumées, ils sont trop nombreux sur le marché à contenir des substances contenant des dérivés du pétrole. Conséquence, lors de leur diffusion des substances nocives sont dégagées comme des phtalates (solvants), des muscs aromatiques et des composants organiques volatils (COV) comme le Benzène et le Formaldéhyde. La législation en vigueur ne prend pas toujours en compte tous les risques et impose seulement des mentions obligatoires d’utilisation. C’est pourquoi, l’organisme certificateur Ecocert a élaboré un référentiel spécifique à ce type de produit intitulé «parfums d’Ambiance biologiques ou écologiques».

Trois nouveau référentiels écologiques

Le marché des écoproduits ne cesse de progresser depuis deux à trois ans dans les magasins bio suite à la publication d’articles ou d’émissions télévisées qui mettent en garde les consommateurs sur l’utilisation de certains produits du conventionnel : des diffuseurs de parfums d’ambiance qui dégagent du formaldéhyde ou du benzène, des crèmes à récurer non biodégradables et polluantes, des textiles qui provoquent des allergies et bien d’autres exemples encore… Comme pour les cosmétiques, la réglementation européenne n’a pas aujourd’hui une législation sur les produits écologiques « bio ». C’est pourquoi, et comme la loi l’autorise, certains organismes de certification ont élaboré à titre privé leurs propres référentiels. Ecocert, organisme de certification international reconnu par les pouvoirs publics, a développé dans le domaine environnemental des référentiels pour la certification de produits sur des objectifs environnementaux. Après la certification des cosmétiques Bio, Ecocert propose dorénavant le contrôle des Parfums d’Ambiance Écologiques ou Biologiques, des Détergents Écologiques et des Textiles Biologiques.