Les attentes des magasins vis-à-vis des marques de cosmétique bio

Autour d’une interview : Jacques Minelli (Satoriz) & Nathalie et Christian Ehrhart (Nature et Culture).

Le rouge à lèvres

Si en France ce sont les yeux qui sont le plus fréquemment maquillés, suivi par le teint, la majorité des femmes a néanmoins toujours un rouge à lèvres à portée de main, avec pour certaines un usage multi-quotidien. A la fois outil de séduction et de soin, ce rouge à lèvres mérite une attention particulière, car non seulement il est au contact de la peau, mais il est également inévitablement ingéré.

Un rayon cosmétique bio dynamique ? Expériences croisées de deux générations de passionnées

Autour d’une interview : Joëlle Haurillon (Angers) & Anne-Caroline Valet (Orléans). La troisième « interview croisée » de notre série d’articles consacrée aux expériences et opinions comparées de deux professionnels issus d’horizons différents nous amène à pousser la porte de deux magasins pour qui la cosmétique certifiée fait partie des priorités. L’un d’entre eux a plus de 25 ans d’existence et l’autre a ouvert ses portes il y a seulement… trois mois. Une comparaison de deux générations différentes de magasins – et de propriétaires - qui montre que certaines valeurs et certaines règles restent incontournables pour conquérir et fidéliser sa clientèle.

La peau masculine, ses problèmes et ses besoins

Impossible de ne pas l’avoir remarqué : les hommes ont pris de plus en plus conscience que le soin de la peau participe largement à l’image que l’on donne de soi… Important à une époque où l’apparence physique joue un rôle toujours plus essentiel en société, tant au niveau professionnel que personnel. Les entreprises cosmétiques l’ont bien compris, et même du côté de la bio, rares sont les marques qui ne proposent pas au minimum quelques produits adaptés à la peau masculine, quand ce n’est pas une gamme complète. Demande d’un côté, offre de l’autre, il est donc impératif de connaître quelques notions de base en la matière. Toujours utile pour aider ces messieurs… ou ces dames qui cherchent à convaincre leurs hommes de se chouchouter un peu plus !

Plantes, chimie verte et innovation l’équation du futur ?

Autour d’une interview : Alban Muller, Président d’Honneur de la Cosmetic Valley. Nous clôturons notre voyage en interviews à travers les cosmétiques bio par un entretien avec un spécialiste de l’élaboration même des ingrédients végétaux. La boucle est en quelque sorte bouclée, ayant fait ce voyage en partant des attentes des consommateurs jusqu’à ce qui fait l’essence même des formulations, en passant par l’art de vendre les cosmétiques, la création d’émotions sur le lieu de vente et la politique qualitative de reconquête cosmétique du circuit spécialisé en Allemagne via un cahier des charges exigeant. Les compétences d’Alban Muller en matière d’ingrédients végétaux viennent ici compléter de façon optimale ce que Rita Stiens nous a dit de l’INCI dans notre précédent numéro.

La peau grasse et à problèmes : définition et besoins

Peau qui brille, pores dilatés, points noirs, kystes infectés, teint terne. La peau grasse est une de celles dont les caractéristiques sont très visibles. Et quand ses imperfections les plus aiguës (acné) sont malmenées, cela peut donner des cicatrices qui resteront toute la vie. La peau grasse est ainsi en général mal vécue, et pas seulement chez les adolescents puisque les adultes sont aussi largement concernés.

Voyage au coeur de l’INCI

Autour d’une interview : Rita Stiens, journaliste et experte en cosmétique naturelle Après avoir évoqué les attentes des consommateurs (Laurence Wittner), l’art de vendre les cosmétiques (Bernard Marionnaud), la création d’émotions sur le lieu de vente (Bert M. Ohnemüller) et enfin la politique qualitative de reconquête cosmétique du circuit spécialisé en Allemagne (Rainer Plum), nous continuons notre série d’interviews en plongeant au coeur même des cosmétiques. Rita Stiens, bien connue pour son livre « La Vérité sur les Cosmétiques » (1re édition en 2005) nous parle en effet de l’INCI (International Nomenclature of Cosmetic Ingredients), cette liste des composants figurant légalement sur tous les cosmétiques et dont la signification reste obscure pour le plus grand nombre.

Peau sèche et déshydratée : définition et besoins

« J’ai la peau sèche, elle tire ! »… Qui n’a jamais entendu cette phrase dans la bouche d’un proche ? Dans un sondage réalisé par l’institut IPSOS en 2007 (la proportion n’a pas dû changer beaucoup depuis), 25 % des femmes avaient déclaré avoir la peau sèche. La peau sèche, à l’instar de la peau sensible – les deux étant parfois liés, comme nous l’avons vu précédemment - est un type de peau qui mérite une attention particulière. Car contrairement à la peau grasse ou à une peau mixte dont le défaut est « juste » de briller sur la « zone T », les désagréments ne sont pas que visuels : une peau sèche entraîne un réel inconfort et peut même avoir à terme des conséquences graves.

Comment redonner au circuit spécialisé une position de leader

Si en 2013 ce sont toujours les drogueries (qui jouent Outre-Rhin à peu près le rôle de nos parapharmacies) qui sont en Allemagne le circuit n°1 pour la vente de cosmétique certifiée (avec près de 39 % d’un marché qui s'élève à 920 millions d’Euros, en croissance de 7 % en 2013), pour la première fois depuis plusieurs années, les Reformhäuser et les Bioläden ne reculent plus, leur part de marché ayant été stable (26 % à eux deux). La conséquence, pour les Reformhäuser, d’une reprise en mains et de mesures qu’il est intéressant d’évoquer avec Rainer Plum, personnage compétent en la matière s’il en est (voir biographie en encadré), mesures qui seront sans aucun doute source de réflexion pour les magasins spécialisés français.

La peau sensible : définition et besoins

En 2004, il était ressorti d’une étude menée par le CHU de Brest qu’en France, 40 % des hommes et 60 % des femmes estimaient avoir une peau sensible ou sujette à irritation. Plus récemment, en 2011, une enquête réalisée par l’institut BVA au niveau européen (Angleterre, Espagne, Italie, Allemagne et France) a révélé que 62 % des femmes affirment avoir une peau sensible ou déshydratée, les deux types de peaux partageant certains symptômes. Avoir une peau sensible est donc clairement un sujet qui concerne une majorité de personnes.