NUMERO : Juillet-Août 2015

DOSSIER : Les huiles essentielles – Huiles essentielles promesses tenues

La phytothérapie simple utilise :

● Des plantes fraîches de consommation immédiate (en cuisine, en infusion –on verse de l’eau bouillante sur une plante ou partie de plante-…) ou utilisables en cataplasmes, en teintures…

● Des plantes sèches, qui se conservent aisément d’une saison de culture à la récolte suivante. Elles peuvent servir à la confection de tisanes, de plats cuisinés ou pour élaborer des préparations (vins, huiles, vinaigres aromatiques, teintures-mères…).

Ce type de phytothérapie a donné naissance à des produits élaborés comme :

● Des comprimés (plantes réduites en poudre puis compactées avec un peu d’eau et séchées)

● Des gélules (capsules remplies de poudre de plantes médicinales sèches),

● Des huiles : macération de plantes dans une huile végétale (huile de millepertuis par exemple)

● Des jus ou sucs, obtenus par pressage ou centrifugation de plantes fraîches par exemple.

● Des onguents, pommades ou cérats : des préparations à base d’huiles ou de cire, utilisées en externe. Les plantes sont macérées dans une matière grasse, la macération est filtrée, solidi ée puis émulsionnée dans un milieu aqueux.

● Des ovules : capsules remplies d’huile essentielle de plante ou d’huile végétale dans laquelle on a fait macérer des plantes

● Des sirops : généralement des décoctions concentrées auxquelles sont ajoutées de la glycérine ou du miel, du sucre ou de la mélasse…

Les teintures

● Les teintures mères (T.M.) sont les matières premières qui servent pour élaborer les préparations homéopathiques. Les plantes (fraîches ou sèches) sont macérées dans un solvant (alcool, vinaigre par exemple). Elles sont très concentrées (s’utilisent en petites quantités  : 1 gte/kg de poids corporel en moyenne).

● Les teintures végétales : préparations tinctoriales pour la teinture des cheveux ou des fibres textiles

Les macérats glycérinés

Surtout utilisées, pour les préparations de Gemmothérapie végétale  : Il s’agit de véritables extraits embryonnaires végétaux porteurs de nombreux facteurs de croissance. Cette phytothérapie moderne a été surtout développée par les Drs Pol Henry, Netien, Julian et Tétau.

Ces préparations conviennent bien aux bébés, jeunes enfants ou personnes intolérantes à l’alcool, elles sont moins concentrées que les teintures mais sont très efficaces, pour tous les problèmes d’irritations et d’in ammation, car la glycérine diluée dans l’eau est elle-même calmante et adoucissante pour les muqueuses (dosage moyen : 2 gtes/kg de poids corporel).

Les hydrolats :

Il s’agit de l’eau provenant de la distillation d’une plante. L’entraînement à la vapeur puis la séparation des huiles essentielles nous o re ces eaux délicates dans laquelle s’est solubilisée une in me partie de l’huile essentielle. Les eaux orales, obtenues à partir des  fleurs font partie des hydrolats (eau de rose, eau de  fleurs d’oranger…) . Un hydrolat est un sous-produit de la production de l’huile essentielle qui convient bien pour les peaux fragiles, les personnes hypersensibles.

Les élixirs de plantes :

Élaborés par macération au soleil, des  eurs d’une ou de plusieurs plantes déposées dans de l’eau distillée et à laquelle on ajoute un peu d’alcool comme conservateur. Les élixirs ne contiennent pas les composants chimiques des  eurs utilisées.

Leur action n’est ni physique ni biochimique mais essentiellement du domaine énergétique, vibratoire. On les appelle aussi les remèdes des « de l’âme » qui s’adressent aux émotions, aux conflits intérieurs, aux tensions des individus  : des correcteurs des états d’âme. On les suggère pour faire face à des situations de profonde transformation (deuil, séparation, accident…), à des crises sociétales… Ils apportent un apaisement humaniste, spirituel,… bref holistique. La préparation est diluée avant usage.

Actuellement on dénombre plus de 2000 élixirs végétaux préparés par plus de 80 groupes de spécialistes sur la planète.

Cette grande diversité montre l’universalité des soins par les élixirs ( eurs de Bach, élixirs de Deva, Gurudas, élixirs des Forêts Canadiennes, élixirs de Suisse, d’Australie, d’Argentine, de Californie…).

Ce court survol apporte la preuve de la richesse, de la diversité des approches de la phytothérapie. Les plantes ont été dans le passé, sont aujourd’hui, et demeureront demain, les compagnes de la destinée humaine. Prenons soin de ces végétaux indispensables pour notre vie et notre bienêtre. Protègeons-les et utilisons-les intelligemment.

Jean-Claude Rodet