NUMERO : Juillet-Août 2015

DOSSIER : Les huiles essentielles -Une huile essentielle n’est… …ni un sirop ni un parfum !

Précautions fondamentales à respecter pour l’emploi sécuritaire des H.E. :

● Choisir des produits de qualité irréprochable.

Les H.E. provenant de distillation de plantes sauvages ou cultivées écologiquement possèdent des vertus incomparablement supérieures à celles des huiles issues de plantes cultivées à l’aide de substances chimiques.

Dans l’H.E. de culture conventionnelle, on peut retrouver des traces d’insecticides ou de pesticides, utilisés lors de la culture de certaines plantes aromatiques.

 

● Choisir intelligemment le mode d’utilisation des H.E.

Les injections intraveineuses ou intramusculaires sont rigoureusement interdites, les modes d’administration les plus performantes sont :

Par les aérosols : emploi de di useur d’H.E. pour l’assainissement de l’atmosphère des lieux d’habitation.

Par les massages : application de H.E. incorporées dans un mélange oléo-aromatique pour le massage corporel.

Per os : c’est-à-dire administration par voie orale. Les H.E. doivent toujours être diluées dans un support d’huile végétale.

 

● Choisir une H.E. non allergène

Les H.E. naturelles sont rarement allergènes. Par contre, les parfums de synthèse peuvent occasionner des réactions allergiques parfois importantes. Il est conseillé de tester une H.E. sur une petite zone de la main, de l’avant-bras ou du pli du coude. S’il y a une réaction allergique, elle se manifeste au bout de quelques minutes. Dans ce cas, laver la zone testée avec un savon naturel après avoir enlevé l’H.E. avec du papier essuie-tout ou un linge imbibé d’huile végétale (tournesol, colza… par exemple).

● Utiliser prudemment les H.E. riches en composés phénoliques.

Les H.E. riches en composés phénoliques (par exemple le giro e, l’origan, la sarriette, le thym) ou riche en aldéhyde cinnamique (écorce de cannelle par exemple) peuvent être très agressives sur la peau de certaines personnes hypersensibles.

 

● Utiliser sagement les H.E. riches en cétones.

Les H.E. cétoniques (ex : armoise, hysope, lavande stoechade, romarin à camphre, sauge officinale, thuya) doivent être réservées à l’usage externe et après avis médical.

L’usage incontrôlé des cétones est dangereux. Ils peuvent déclencher des convulsions parfois graves chez des personnes prédisposées.

Les périodes d’utilisation généralement recommandées doivent être courtes, même en usage externe.
 

● Utiliser les H.E. par voie interne.

L’administration par voie interne relève plus généralement de prescriptions médicales. On peut retenir que les H.E. qui peuvent être prises sécuritairement par voie orale sont en général celles qui sont extraites de plantes aromatiques qu’on utilise en cuisine (anis, basilic, cannelle, menthe, origan, thym…).

 

● Éviter les muqueuses.

Les H.E. ne doivent pas être appliquées pures sur les parties sensibles du corps comme les muqueuses vaginales, sexuelles, rectales, les yeux, les lèvres

 

● Que faire en cas de projection d’H.E. sur une zone sensible ?

En cas de projection sur une zone sensible, verser immédiatement de l’huile végétale grasse pour diluer l’H.E. et passer un coton imbibé d’huile végétale pour l’éliminer. Ne pas utiliser de l’eau (l’eau disperse l’H.E. sur une plus grande surface et peut aggraver l’irritation).

 

● Quels sont les risques d’applications répétées d’H.E. ?

En cas d’utilisation répétée d’H.E. à l’état pur (ce que nous déconseillons), on peut prévenir l’irritation ou le dessèchement cutané par l’application d’une petite quantité d’huile végétale grasse. Celle-ci ralentit l’absorption et diminue l’effet irritant qui survient lors de certains usages maladroits on inadéquats.

 

À propos des chémotypes

Les aromathérapeutes professionnels font généralement référence dans leurs prescriptions à la notion de chémotypes. De quoi s’agit-il ?

Le chémotype (C.T.) ou "race" chimique est la référence à une famille biochimique qui indique le composant majoritaire actif (ou distinctif) d’une huile essentielle.

Pour illustrer cette dé nition, prenons l’exemple du thym, une plante aromatique très couramment utilisée en Europe.

On peut trouver du thym qui présente, selon la situation climatique, géographique et pédologique où il pousse, de grandes variabilités des chémotypes : à dominante de linalol, de thuyanol, de carvacrol, de thymol…

Même s’il s’agit de la même plante, Thymus vulgaris, l’H.E. sera de composition chimique dominante spéci que et donc pourra être utilisée pour des états pathologiques di érents.

Les aromathérapeutes choisissent donc les H.E. à partir du chémotype ou à partir de la propriété désirée :

● à partir du chémotype comme :

– le choix d’une H.E. à carvacrol, exemple : H.E. d’origan…

– le choix d’une H.E. à linalol, exemple : H.E. de bois de rose, decoriandre…

● à partir d’une propriété désirée :

– le choix d’une H.E. antiparasitaire, exemples : H.E. de basilic, de cannelle, de girofle, d’origan, de thym…

En conclusion, l’aromathérapie est une science qui se fonde sur des connaissances botaniques précises et con rmées par la science actuelle.

 ● Utiliser les H.E. dans le bain ?

On peut ajouter des H.E. dans un bon bain chaud : insolubles dans l’eau, les H.E. peuvent être ajoutées à un jaune d’oeuf ou du lait en poudre (e et dispersant). Le plus écologique est peut-être d’imbiber une serviette de l’H.E. choisie et de la placer sur le rebord de la baignoire : l’air saturé d’H.E. di usera ses bienfaits par la respiration aromatique pendant le bain.

 

● Comment pratiquer une inhalation aromatique e cace et sécuritaire ?

Simplement verser 10 gouttes d’H.E. pure dans un bol d’eau chaude. Inhaler pendant 5 minutes seulement. Renouveler l’inhalation 6 à 12 heures plus tard.
 

● Que faire en cas d’indigestion malencontreuse d’H.E. pure ?

La prise d’une dose massive d’huile végétale permet de réduire l’irritation des muqueuses provoquée par l’H.E. Faire vomir, si c’est possible. Hospitaliser pour un lavage d’estomac ou d’autres soins jugés nécessaires, selon les cas. Toujours entreposer les  acons d’H.E. à l’écart des bouteilles de produits d’utilisation fréquente afin d’éviter une confusion malencontreuse par inattention.

 

● En cas d’exposition au soleil

Éviter de s’exposer au soleil les jours suivants l’utilisation d’H.E. photosensibilisantes (H.E. d’angélique, bergamote, fenouil, cèdre, bois de santal, vanille). Cette recommandation s’applique aussi pour divers parfums et eaux de toilette qui contiennent des extraits de ces plantes.

 

● Les H.E. et la grossesse

Les femmes enceintes sont généralement très sensibles aux odeurs : il importe donc que les H.E. choisies soient très agréables. Certaines H.E. doivent être évitées : absinthe à thuyone, armoise annuelle, basilic, cèdre, ciste, coriandre, genévrier, hysope, romarin, sauge.

 

● Les H.E. et la pédiatrie

Certaines H.E. semblent contre indiquées pour le soin aux enfants. Des dosages élevés pourraient entraîner des accidents neurologiques.

Certains aromatologues ont établi une liste "d’indésirables" : absinthe, basilic, camphre, cumin, eucalyptus, romarin, sauge. En général, entre 4 et 12 ans, on divise par 2 les doses d"H.E. par rapport au dosage des adultes.

 

● Des contre-indications spécfiques

C’est le cas des H.E. de santal, en cas de dommage rénal aigü et de sauge, en cas de tumeur du sein. En cas de pathologie, consulter un médecin aromathérapeute. Attention également à l’H.E. de sarriette, déconseillée en cas de problème hépatique et dermocaustique (ne pas dépasser 1 goutte dans une cuillérée d’huile végétale).

 

● Les H.E. et la gériatrie.

Chez les personnes âgées, des surdosages inappropriés peuvent provoquer une agitation ou la confusion. Le vieillissement est un phénomène naturel qui correspond à un ralentissement de di érentes fonctions organiques. La fonction éliminatrice du corps est souvent déficiente. Ce constat oblige à utiliser intelligemment les H.E. pour le plus grand bien être des seniors.

Pour conclure, reconnaissons objectivement que les H.E. sont d’une grande innocuité lorsqu’elles sont utilisées intelligemment et selon les protocoles scienti ques reconnus (études du prof. Jentzer et R. Sarbach). Utilisons la compétence d’un aromathérapeute quali é et expérimenté pour la supervision sécuritaire de l’emploi des H.E.
 

Bonne santé… parfumée !
 

Jean-Claude Rodet

 

Vertus médicinales des plantes aromatiques

Nos ancêtres utilisaient la puissance curative des plantes aromatiques et des fines herbes.

● Les produits nutritifs (les légumineuses, les fruits…) indispensables à l’organisme.
● Les produits d’agrément (aromates,  nes herbes…) souvent dénués de valeur nutritive mais aux valeurs thérapeutiques certaines.
● Les plantes aromatiques indispensables pour cuisiner, pour modifier l’arôme des mets ou des boissons et diversifier une
alimentation monotone.

Ce livre contient plus d’une centaine d’aromates provenant de différentes parties de plantes.

Auteur : Jean-Claude RODET
Infos : 200 pages, 15 x 23 cm, 486g

Parution : février 2013
Éditeur : MÉDICIS – ISBN : 978-2-85327-454-8

Renseignements :
http://www.editions-tredaniel.com/vertus-medicinalesdesplantes-
aromatiques-p-5239.html