NUMERO : Janvier-Février 2015

Échinacée et queue de cerises

L’ÉCHINACÉE  (Echinacea angustifolia, E. purpurea)

Originaires d’Amérique du Nord où les Amérindiens ont utilisé traditionnellement les échinacées pour se soigner, notamment lors d’infections des voies respiratoires et de morsures de serpents.

Suivant l’espèce, des remèdes sont préparés à partir de sa tige, sa fleur ou son rhizome avec un regain d’intérêt en raison du développement de la résistance des micro-organismes aux antibiotiques (antibiorésistance).

 

Vertus thérapeutiques de l’échinacée :

Plusieurs ingrédients actifs :
● Les alkylamides
● L’acide cichorique
● Les polysaccharides complexes
●  Les alcaloïdes indolizidniques
● Des acides gras
● Réveille et renforce les défenses du système immunitaire
● Riche en antibiotiques naturels (combat les bactéries)
Les états et troubles de santé pouvant bénéficier de l’échinacée
● Rhumes, toux : permet de diminuer l’intensité des symptômes (écoulement nasal, mal de gorge, frissons…) et leur durée.
●  Leucopénie (chutes des taux de globules blancs)
● Effets indésirables de la radiothérapie
● Laryngite, pharyngite
● Infections des voies urinaires, la cystite
● Ulcères chroniques
● Plaies cutanées traînantes
● Grippe et fièvres, associée à rhodolia et ginseng
● Candida albicans, combinée avec ganoderma, cannelle et ail
● Tabagisme, associée avec gingembre et curcuma
 

Utilisations

●  Infections des voies respiratoires ou urinaires (dès les premiers signes)
●  Infusion : 1 g de racines ou de parties aériennes / tasse d’eau
● Décoction : bouillir 1 g de racine / tasse d’eau
● Capsules : prendre l’équivalent de 1 g, 3 fois / jour
● Teinture-mère : 3 à 4 ml, 3 fois / jour
● Compresses locales : guérison de blessures, infections de la peau, morsures/piqûres (serpents, araignées, insectes et maladie de Lyme)

 

LA QUEUE DE CERISE (Prunus cerasus)

Les queues de cerises (pédoncules des fleurs puis fruits du cerisier) sont utilisées pour leurs propriétés diurétiques et dépuratives. Sauvage en Asie occidentale, le cerisier a été introduit en Europe dès l’Antiquité.

Diurétiques et nettoyantes, elles offrent une excellente option pour établir un régime minceur équilibré. Par leur richesse en flavonoïdes, sels de potassium et tanins (connus pour leur effet détoxifiant), elles tiennent un rôle majeur contre «l’encrassement» liés à une élimination insuffisante des déchets du métabolisme.

 

Les états et troubles de santé pouvant bénéficier de la queue de cerise

● Cystite, infection et lithiase urinaire,
● Rhumatismes et arthrite,
● Cholestérol élevé,
● Foie surchargé et paresseux,
● kOedèmes (selon les plus récentes recherches en phytothérapie),
● Jambes lourdes durant les fortes chaleurs de l’été…

 

Utilisations

● En infusion (5 à 10 minutes) : 1 c. à s. de queues dans une tasse d’eau bouillante.boire chaque matin au réveil avant le petit déjeuner et le soir 2 h après le souper.
● En gélule : la poudre de queues de cerises se prend au moment des repas, accompagné d’un grand verre d’eau, à raison de 2, le matin, 2, le soir avant le coucher.
● Ne jamais dépasser 1 L de tisane par jour et procéder par cure d’une semaine environ,
● Dans le cas de cure de détox, consommer en alternance la tisane de queues de cerises avec d’autres plantes : chardon-marie, ortie, bardane, racines de pissenlit ou de piloselle
Contre-indications
● Présence de calculs rénaux importants, pourquoi ?
L’évacuation des calculs pourrait provoquer des blocages dans les canaux biliaires
● Aucune interaction n’est connue entre les compléments alimentaires et les queues de cerises mais elles pourraient interagir avec les médicaments antidépresseurs.

 

Jean-Claude Rodet