NUMERO :

EQUI-NUTRI : une « histoire belge » qui inspire le respect

Gemmothérapie mais aussi nutrithérapie : dans ces deux domaines dans lesquels il s’est spécialisé, le laboratoire Equi-Nutri peut s’enorgueillir d’une réelle expertise de référence
La Belgique, terre de forêts et de belles campagnes, riche en abbayes et en universités réputées, fait partie des pays qui grâce à cela ont construit une tradition fort ancienne en matière de plantes médicinales. Elle est aussi un des premiers pays à avoir donné, à l’époque moderne, un cadre légal aux compléments alimentaires et autres préparations à base de plantes. Y rencontrer une entreprise engagée avec passion dans la gemmothérapie ne doit donc rien au hasard.

Voyage au berceau de la gemmothérapie

C’est dès la fin des années 1950 que le médecin belge Pol Henry (1918-1988) s’intéressa aux tissus embryonnaires des végétaux (bourgeons, jeunes pousses et radicelles), contenant ce que l’on connaît aujourd’hui sous le terme de cellules souches. Publiant ses premiers résultats en 1970, il posa l’hypothèse que ces tissus, à l’origine du développement des plantes, contenaient des informations plus complètes que les parties isolées comme les feuilles, tiges ou fleurs, donnant à ces tissus des propriétés biochimiques et énergétiques à la fois puissantes et subtiles. Après des études scientifiques poussées, il mit au point une méthode d’extraction applicables aux bourgeons, et en déduisit une nouvelle forme de phytothérapie, qu’il baptisa phytoembryothérapie, appelée plus tard gemmothérapie, du mot latin gemmae signifiant à la fois bourgeon et pierre précieuse.

Diane Beunen,
Directrice Générale
d’Equi-Nutri

« Pendant des années, Henry travailla avec le Dr Jean-Claude Leunis, qui fut son élève, raconte Diane Beunen, Directrice Générale du Laboratoire Equi-Nutri, qu’elle a repris en 2013. Ensemble, ils développèrent une série de protocoles permettant une utilisation performante des extraits. Mettant en pratique les enseignements du Dr Henry, notre laboratoire fut fondé quelques années après sa mort, en 1992, création faite en collaboration avec le Dr Leunis, qui participa à la mise au point des premières formulations. Et comme nous fabriquons nous-mêmes nos produits depuis près de 25 ans, on peut dire que le berceau de la gemmothérapie, c’est vraiment la Belgique ».

« On ne peut pas isoler l’homme  de la nature, de son milieu, de son environnement, et c’est  au sein de celui-ci que la clef de  son équilibre et de sa guérison est  universellement inscrite ». (Pol Henry)

Fabricant fidèle aux règles établies par Pol Henry

« Le fait d’être depuis l’origine fabricant nous donne une réelle expertise, souligne Diane Beunen, à la fois en gemmothérapie et en nutrithérapie, qui fait aussi partie de nos fabrications depuis le début. Cela nous a permis également de développer au fil des années des gammes très complètes : 45 préparations unitaires et 26 complexes en gemmothérapie, et plus de 200 références en nutrithérapie. Dans notre équipe, c’est Brigitte Verlinden, naturopathe holistique, qui apporte son savoir-faire et son expérience, nous aidant à développer de nouvelles synergies en gemmothérapie et nutrithérapie, et contribuant largement à l’élaboration de nos compendiums et fiches techniques ».

« Un autre point important est lié à notre statut de fabricant né dans la ligne directe des travaux du Dr Henry : nous sommes aujourd’hui la seule société à respecter rigoureusement son protocole, à savoir l’utilisation exclusive de bourgeons, tant dans les unitaires que dans les complexes, sans ajout d’autres ingrédients comme des huiles essentielles, des teintures-mères ou des hydrolats ».

Les formules de gemmothérapie Equi-Nutri sont 100 % à base de bourgeons frais macérés

« Faire de tels ajouts, n’est pas un ‘‘plus’’ contrairement à ce qu’on pourrait croire, et on n’est plus dans la gemmothérapie au sens noble du terme. Utiliser exclusivement des bourgeons, c’est apporter à l’organisme une information équilibrée, leurs cellules souches représentant le totum de la plante. C’est pourquoi les bourgeons jouent un rôle de régulateur en gemmothérapie, apportant à notre organisme l’information qu’il doit retrouver son propre équilibre, notifiant à nos cellules qu’elles doivent fonctionner correctement. De plus, ce sont ces bourgeons qui sont les plus concentrés en actifs. Rajouter d’autres éléments est donc inutile, car on déséquilibre ces informations et on n’agit plus sur le ‘‘terrain’’ comme on doit le faire en gemmothérapie ».

Un taux d’alcool réduit au maximum

Les préparations de bourgeons d’Equi-Nutri présentent une autre spécificité : « Nous sommes le seul laboratoire à proposer, depuis l’origine, des produits qui ne contiennent que 25 % d’alcool, et non 35 voire 50 % comme on le voit parfois, apportés notamment par les autres ingrédients ajoutés à l’extrait de bourgeons proprement dit. Grâce à cela, nos formules sont mieux adaptées aux enfants, aux personnes âgées ou aux femmes enceintes. Même aux doses où ces produits sont consommés, l’ingestion d’alcool peut être un inconvénient et il faut donc le réduire au maximum ».

Pourquoi de l’alcool dans les préparations ? Le but étant d’extraire le totum des principes actifs des bourgeons et ces actifs étant biochimiquement variés, il faut logiquement différents types de solvants naturels pour les entraîner : « Le protocole du Dr Henry, ce sont des bourgeons concentrés, mis systématiquement à macérer dans un mélange de trois solvants : alcool, glycérine et eau. Et nous ne diluons pas ensuite le résultat final dans de l’eau : nos macérations sont donc vraiment concentrées, ce qui réduit le nombre de gouttes à utiliser pour bénéficier de leurs bienfaits ».

Traçabilité et sécurité

Respecter au plus près les prescriptions du Dr Henry, pour conserver tout ce qui a fait l’intérêt de la gemmothérapie ne serait rien si la même rigueur ne se retrouvait pas sur l’ensemble de la chaîne d’élaboration des produits : « Les bourgeons sont cueillis à la main, la plupart sur des sites sauvages ou cultivés en bio en Touraine. Ce qu’on ne peut pas trouver en France provient de pays voisins, pour une traçabilité sans faille. Cette cueillette se fait dans le respect d’une charte que nous avons mise en place, avec par exemple le prélèvement maximum de 10 % de bourgeons pour ne pas épuiser les plantations.

Pour la récolte des bourgeons, une « charte du cueilleur » a été mise en place.

Ces bourgeons ne sont ni cryobroyés, ni déshydratés, ni réfrigérés, et sont mis à macérer encore frais, après les analyses de contrôle, sur le site que nous avons en Touraine. Autre particularité : nos macérations sont dynamisées, un léger mouvement étant donné aux cuves pendant les 21 jours de l’extraction. Et la mise en flacons se fait ensuite sans délai ».
De plus, grâce à la clarté de la réglementation belge déjà ancienne et à la volonté de la respecter, tous les produits sont conformes au niveau allégations, la mise sur le marché ne se faisant qu’après obtention du numéro d’agrément donné par l’administration belge, qui facilite la conformité aux exigences européennes. Et ce aussi bien pour les préparations de gemmothérapie que pour les compléments de nutrithérapie, fabriqués quant à eux au siège situé à Arlon, au Luxembourg belge, dans des locaux répondant aux exigeantes normes HACCP.

Une gamme de nutrithérapie innovante

Les produits de nutrithérapie, fabriqués donc aussi depuis l’origine de la société, font en effet bien sûr l’objet de la même attention et de la même recherche de qualité : « Nous sommes les seuls à utiliser comme excipient du lithothamme, cette algue rouge très calcifiée. Contrairement au stéarate de magnésium par exemple, non biodisponible et ralentissant même plutôt l’absorption au niveau intestinal, le lithothamme joue un rôle positif, favorisant la biodisponibilité des nutriments contenus dans nos produits et apportant minéraux et oligo-éléments. Nous sommes également le premier laboratoire à avoir introduit les pidolates de minéraux, bien avant que les orotates n’aient été interdits à la vente ».

Le lithothamme utilisé comme excipient dans les produits de nutrithérapie Equi-Nutri y joue un rôle bénéfique.

La recherche de qualité passe aussi par des formules et des ingrédients souvent originaux, comme la SOD à base d’extrait de melon, la formule Cellu-Redux associant thé vert et marc de raisin, le Symbiotic utilisant des fructo-oligosaccharides là où d’autres utilisent des gluco-oligosaccharides, ou encore le moringa, que Equi-Nutri fut un des premiers à mettre sur le marché : « Notre but est de proposer des produits différenciants, innovants, avec un bénéfice prouvé, appuyé en général sur des études cliniques, nécessaires pour valider les
allégations, précise Diane Beunen. Et grâce à la coexistence des deux gammes de gemmo- et de nutrithérapie, nous apportons une approche holistique : la gemmothérapie soutient la nutrithérapie, et inversement, tant pour le conseil à la vente que pour les résultats ressentis par les utilisateurs. Et c’est une vraie force ». A noter que toute la gamme de gemmothérapie est certifiée bio, ainsi qu’une petite partie de celle de nutrithérapie, chaque fois que cela est possible (car nombre d’ingrédients ne sont pas certifiables, les minéraux par exemple).

Un réel potentiel de croissance

L’expérience en Belgique, où la gemmothérapie est bien plus développée qu’en France, et son succès tangible, rendent optimiste Mme Beunen : « Nous sommes déjà bien implantés en France, depuis de longues années, mais la gemmothérapie a encore une grande place à prendre en magasin bio. Branche de la phytothérapie, elle a ses spécificités et clairement un bel avenir, à court terme, car elle offre de vrais et bons produits de conseil, valorisant le magasin et représentant un domaine qui ne peut pas exister en grande distribution ».

Un tarif qui est un véritable
magazine d’informations,
un guide complet pour les
consommateurs… Equi-Nutri
offre une riche documentation.

Pour aider les magasins à conquérir la clientèle, Equi-Nutri a mis les bouchées doubles depuis 3 ans : nouveautés régulières, packagings et site Internet relookés et modernisés, fiches techniques très complètes, un tarif lui-même source de riches informations (et très apprécié pour cela), une superbe brochure consommateurs de 60 pages sur la gemmothérapie (bientôt pour la nutrithérapie), une équipe commerciale sur le terrain, etc. Sans oublier les formations destinées aux thérapeutes et magasins bio en France et en Belgique, réalisées par Brigitte Verlinden, la possibilité d’animations, et même des cours de gemmothérapie ou de naturothérapie à distance, grâce à un partenariat avec un centre de formation de Bruxelles, qui permet l’obtention d’un diplôme ».

« Grâce à tout le travail récemment effectué, nous avons conservé tous les points forts qui avaient fait la réputation de la marque, et nous avons amélioré ce qui était devenu parfois au fil des années des points faibles, conclut Diane Beunen. Aujourd’hui, avec nos gammes, les magasins bénéficient d’une réelle opportunité pour conquérir une clientèle qui leur restera fidèle ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here