NUMERO : mars-avril 2013

EURO NAT : bâtir la bio de demain !


Tant qu’à faire, le faire bien et avec passion

Didier Perréol aime à se présenter comme un autodidacte. Mais il y a bien au départ un diplôme, un BTA agricole – rien d’étonnant pour un fils d’agriculteur – formation qui le fait débuter comme technico-commercial dans l’alimentation du bétail, métier qui ne le fait pas s’éloigner de la terre, de la nature et du terroir. Mais un terroir dont la fragilité apparaît à ses yeux grâce à son épouse d’alors, qui lui fait découvrir les premiers produits bio.

 

La conséquence : l’ouverture Bio Nature à Annonay, un magasin bio. Un pari, car nous sommes en 1981, en plein balbutiement des premiers cahiers des charges bio. Mais quand on a des convictions et qu’on est dans le vrai, le succès est au rendez-vous : non seulement ce magasin existe encore, mais au final quatre magasins furent même créés.

 

Mais faire en sorte que plus de clients dans plus de magasins puissent profiter de bons produits, c’est mieux que de le faire dans quatre magasins. La passion pour ces produits et pour le commercial mène ainsi à la naissance, en 1988, de la SàRL Euro Nat, dont le nom traduit à la fois l’ouverture vers l’extérieur et un ancrage dans cette nature où il y a tant à faire découvrir. Sa vocation : distribuer des produits bio d’épicerie sèche pour le réseau spécialisé. Parmi les premiers produits au catalogue, déjà céréales, légumineuses et même ces châtaignes qui sont toujours une des signatures de la société.

Le début d’un engrenage, véritable « cercle vertueux », qui amène au final Didier Perréol à la tête, non seulement d’Euro Nat devenue une SA au CA de plus de 58 millions d’Euros en 2012, mais aussi d’Ekibio, groupe qui complète les activités d’Euro Nat avec les sociétés Territoire, Nicolas, Sopadiet, Biocamargue, Biocoton, Terrethic et Jatariy en Bolivie. Au total près de 64 millions d’Euros de CA, grâce aux compétences de près de 200 collaborateurs.

Juste une aventure industrielle de plus ? C’est mal connaître Didier. En 2000, il fait partie des membres fondateurs de Bioconvergence, réseau rhône-alpin des TPE/PME de la transformation et de la distribution qui oeuvrent pour le développement de la Bio. Après en avoir été le président, il en est le vice-président depuis 2007. En 2002 il est aussi un des fondateurs de Bio Partenaire, association qui réunit des PME de la bio soucieuses de produire selon des critères de développement durable et/ou solidaire. Il en est le président depuis 2011, après en avoir été le vice-président. Et puisque quand on aime on ne compte pas, il est aussi vice-président de Synabio depuis 2004, et de l’Agence Bio depuis 2009, dont il a été le président de 2006 à 2008. Et autour de lui, c’est toute une entreprise engagée et militante qui se profile.

Un chef d’entreprise engagé et militant, parce que quand on aime on ne compte pas : Didier Perréol est vice-président de Bioconvergence, de Synabio et de l’Agence Bio… et président de Bio Partenaire.