NUMERO : Nov-Dec 2013

HUILERIE VIGEAN : profession faiseur d’or

 

 

Plus de 80 ans de savoir-faire artisanal

 

 

Clion-sur-Indre, village du Berry de 1200 habitants, dans un écrin de paysages de bocage et de prairies riches et grasses. L’aventure familiale de l’huilerie Vigean commence en 1930 quand André Vigean reprend une petite huilerie traditionnelle, fondée à la fin du 19e siècle, produisant des huiles traditionnelles de noix, de noisettes, de pavot et de lin. Cette activité n’étant que saisonnière, il la complète avec une exploitation agricole, une épicerie… et la livraison de charbon. L’entreprise se développe néanmoins et en 1976 il la transmet à son fils Philippe, à une époque où la concurrence des huileries industrielles est devenue forte. Depuis 10 ans cependant, l’huilerie a pris un virage important, grâce à trois hommes, dont les noms appartiennent à l’histoire de la Bio en France.

Le premier est Henri-Charles Geffroy, vulgarisateur de la notion d’« alimentation saine » et à l’origine d’une chaîne de magasins bien connue aujourd’hui, née à la fin des années 1940. Le second est Raoul Lemaire, un des initiateurs de l’agriculture bio en France, qui entre autres créa dans les années 30 un réseau d’une centaine de boulangeries à Paris distribuant le fameux « pain Lemaire ». Le Belge Pierre Gevaert, qui créa en 1957 une des premières marques de produits alimentaires biologiques et diététiques, est le troisième.

Fils de Philippe, représentant la 3e génération, Eric Vigean explique le rôle de ceux qu’il appelle les « parrains » de l’entreprise : « Ils ont permis à notre huilerie de se ‘propulser’ dans le bio au milieu des années 60. Ces trois pionniers sont venus vers nous car notre réputation de qualité à la transformation et à la production était en phase avec leurs exigences et nous produisions de petits volumes compatibles

avec leurs besoins, principalement le tournesol pour Lemaire et Gevaert. Ensemble, avec eux, Vigean a avancé en qualité, dans une espèce de ‘cercle vertueux’. Lemaire et Gevaert étaient par exemple très liés avec les producteurs, ce qui nous apportait les graines de tournesol nécessaires à notre production, et nous, fidèles à notre savoir-faire qualitatif, nous leur fournissions des huiles de très haute qualité. Nous sommes par contre, pendant tout ce temps, restés une entreprise de l’ombre, n’étant pas directement présents sur le marché, même si nous faisions des volumes très importants, par exemple pour Lemaire ».

 

 

La marque Vigean ne naquit en effet qu’en 1990, une date somme toute relativement récente… Mais l’histoire de l’huilerie, et ces partenariats, témoignent de l’engagement fort, depuis les origines, de l’entreprise : « Depuis 1930, nous avons su exprimer le meilleur de nous-même. Et si nous sommes bio depuis 40 ans, ce n’est pas pour une quelconque question d’effet de mode, mais une suite logique de notre démarche ».

 

Bien au-delà du bio, par amour du goût

L’huilerie Vigean, fidèle à l’histoire et à la tradition familiale, puise dans son savoir-faire et son expérience la matière pour faire des produits d’exception et authentiques – excellence est un mot qui revient souvent chez Eric Vigean – sans oublier d’être une entreprise parfaitement intégrée dans son époque.

 

 

 

« Faire du bio, c’est bien, mais il y a bien d’autres choses au-delà du bio, précise M. Vigean. Quand on trouve sur le marché des huiles bio moins chères que les huiles conventionnelles, il y a quelque chose qui ne va pas, on est en droit de s’interroger ! Une bonne huile, cela s’exprime par des critères qualitatifs, comme avec un bon vin : oeil, nez, bouche, saveur, élégance, finesse, pureté, couleur. Avec un très bon goût qui exprime la saveur du fruit ou de la graine. Quand on goûte nos huiles, comme on dit, il n’y a pas photo ! ». Pour arriver à cette excellence, savoir-faire et technique sont indispensables. Ainsi Vigean est la seule huilerie bio à avoir pour les noix et noisettes une meule à l’ancienne, qui fonctionne tous les jours, avec les mêmes recettes qu’autrefois, et pour les huiles de graines, une presse en continu : « Nous avons fait un gros investissement avec deux nouvelles presses en continu pour extraction à basse température, un matériel qui sublime encore plus le goût. Outre l’outil de production, l’huilerie a aussi beaucoup investi dans le stockage (climatisé, cuves tout inox..) et dans la mise au point de nombreuses nouvelles huiles, souvent innovantes ».

 

 

S’il y a une huile emblématique de l’entreprise, c’est celle de noix, huile obtenue par un procédé à l’ancienne ou huile de première pression à froid : elle symbolise les racines de l’entreprise et figure pour cela sur son blason. Mais au total on trouve plus de 40 huiles dans la gamme très qualitative Vigean, avec notamment une nouvelle ligne de sept huiles aromatisées (origan, gingembre, coriandre…), les huiles de cameline, noisette, oeillette… les huiles gourmandes (procédé l’ancienne : argan, colza, noisette, noix…), les huiles de macérât (un produit novateur), des huiles composées (olive-colza, Duodor, Quatuor…), des huiles cosmétiques, etc.

« Aujourd’hui, nous avons deux fois plus de références qu’il y a 10 ans, explique Eric Vigean. Nos huiles composées ont été conçues pour répondre aux attentes spécifiques des consommateurs en matière d’acides gras oméga 3, 6 et 9 et de bénéfices pour la santé. Mais la demande

et les tendances évoluent et notre but n’est pas d’être à la mode : une huile ce n’est pas seulement l’équation 3 + 6 + 9, ce sont surtout des saveurs, un mariage idéal avec des plats et un vin. Nous sommes hors mode et nous nous inscrivons dans le temps, parce que la qualité authentique est intemporelle ».

 

Quand la qualité est reconnue

Il est presque inutile de préciser que les huiles Vigean ont obtenu depuis plus de vingt ans de nombreuses médailles au Salon de l’Agriculture (pour lequel Eric Vigean est depuis 1998 dégustateur officiel pour les huiles). Mais il faut aussi ajouter qu’elles sont régulièrement citées comme étant « la » référence dans la presse gastronomique. Et surtout, en bon amoureux des goûts les plus subtils et les plus raffinés, Eric Vigean ne peut que se réjouir que de nombreux chefs étoilés aiment ses produits : « La qualité des produits nous a permis d’accéder à des partenariats très riches sur le plan humain, et ce bien avant la mode actuelle des ‘chefs’. Nous avons construit avec eux une vraie relation, qui s’exprime magnifiquement dans ‘Huiles & Saveurs’, le livre que j’ai co-écrit avec le chroniqueur gastronomique Denis Hervier, illustré par les superbes photos de Denis Bomer ».

Cette reconnaissance ne s’arrête cependant pas là : Eric Vigean est aujourd’hui le seul huilier de France qui peut s’honorer, depuis décembre 2004, du titre de Maître Artisan, après une longue et stricte procédure encadrée par la Chambre des Métiers. Titre complété, en mars 2009, par une médaille d’or nationale de la reconnaissance artisanale : « Ces distinctions honorent mon travail – on m’a transmis ce métier, que j’exerce depuis 29 ans dont 10 au pied de la presse – et constituent une reconnaissance de mon activité face à mes clients et pour tous ceux qui consomment nos huiles de qualité. Je ne peux que répéter que la qualité est le mariage d’une histoire, d’une tradition et d’un savoir-faire, pas seulement une affaire de prix et de remises ! ».

Si le titre de Maître Artisan souligne l’excellence du travail d’Eric Vigean, une autre distinction vient reconnaître celui de la société toute entière, avec ses 25 collaborateurs actuels : le label Entreprise du Patrimoine Vivant, décerné en 2013 par le Ministère de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme. Une grande fierté pour Eric Vigean : « La réussite d’une entreprise se fait avec des personnes, en équipe. Ce label vient reconnaître notre qualité, notre savoir-faire d’excellence, tout ce qui fait un bon produit, encore une fois au-delà du bio ».

 

 

Partager la croissance avec les magasins bio

« Notre succès croissant à l’export confirme que notre qualité séduit au plus haut point. Cela renforce notre image et fait grandir notre notoriété. Mais je n’oublie pas la France, où nous avons encore beaucoup à faire, reconnaît-il. Développer cette notoriété sur le marché intérieur est un de nos chantiers en cours, avec plus de communication, plus de PLV. Car même – ou surtout – en période de crise, les consommateurs veulent de la qualité. Je suis persuadé que nous faisons partie de ceux qui apportent la réponse qu’attendent ces consommateurs. Une des meilleures preuves est le fait que les clients viennent de loin pour visiter notre magasin de vente directe à Clion, alors qu’il y a de belles boutiques aux alentours. Nous allons donc continuer notre progression, mais toujours de manière qualitative ».

 

 

Notre maître artisan déborde d’enthousiasme et veut partager les fruits de cette progression avec le circuit spécialisé : « Le magasin bio doit prendre du temps pour les marques de qualité comme la nôtre, car le succès est toujours au rendez-vous. Il faut savoir être curieux, encore une fois comme avec le bon vin ou aussi avec le parfum. L’élégance est une des clés du succès. Il faut faire regarder, sentir et goûter les huiles ». Et d’inviter les détaillants à venir à Clion découvrir la production de près : « C’est sur le terrain que ça se passe. Souvent, quand on visite une entreprise, on ne voit qu’une partie de l’usine. Vigean propose d’aller au fond des choses. Nous avons déjà beaucoup de visiteurs, mais je regrette qu’il y ait une majorité d’étrangers. Et nous sommes en permanence à l’écoute de nos clients, ce qui nous guide dans les choix forts que nous faisons, en les inscrivant dans la durée ».

Les huiles bio ? Donnez vous aussi envie et faites partager l’amour du goût et de la qualité, sous le sceau de l’excellence : le blason de l’huilerie Vigean.