NUMERO : Septembre – Octobre 2015

La L-carnitine

La L-carnitine est un coenzyme indispensable à la ß-oxydation, c’est à dire à la dégradation des acides gras au sein des mitochondries. Dans l’organisme,  elle a une double provenance :

● Les aliments (75 %) d’origine animale uniquement et plus particulièrement : la viande rouge, le poisson et les produits laitiers. 250 grammes de viande rouge apporte environ 250 mg de L-carnitine.

● De la synthèse endogène par le foie et les reins, à partir de L-lysine et de L-méthionine, grâce à l’action conjointe de la vitamine C. 1
 

Pourquoi la conseiller ?

Pour améliorer le métabolisme énergétique

La L-carnitine facilite le transport des acides gras à longues chaînes à travers les membranes des mitochondries, les centrales énergétiques de l’organisme, où ils sont oxydés pour former de l’ATP, la forme d’énergie indispensable à l’organisme. Sans elle, les graisses circulantes risqueraient de s’accumuler.
 

Comme elle optimise le fonctionnement des cellules et permet la synthèse d’énergie rapidement disponible, elle est particulièrement conseillée :

● En cas de fatigue physique,

● Pendant la convalescence,

● À partir de 85 ans, pour redonner un peu de force musculaire2 .
 

Pour le bon fonctionnement des muscles, squelettiques et cardiaque

La L-carnitine, en améliorant le transport des lipides dans les cellules cardiaques et leur transformation en énergie, assure ainsi un fonctionnement optimal du coeur.  Dans ce cadre, une supplémentation en L-carnitine pourra être souhaitable :

● à toutes les personnes présentant des facteurs de risques cardiovasculaires,

● Chez les personnes souffrant de pathologies cardiaques,

● En cas d’hypertriglycéridémie puisque des études montrent que de faibles taux de L-carnitine sont reliés à des taux importants de triglycérides sanguins.

 

Pour la gestion du poids

Une supplémentation en L-carnitine, facilite la réduction de la masse grasse tout en préservant la masse maigre musculaire. En effet, en améliorant la pénétration des graisses dans les mitochondries pour donner de l’énergie, les protéines ne sont plus utilisées comme combustible par les cellules. On dit souvent de la L-carnitine qu’elle a un effet d’épargne des protéines.
 

Afin d’améliorer les performances sportives

Compte tenu de son rôle essentiel dans le métabolisme énergétique, elle est largement utilisée en milieu sportif, afin :

● D’augmenter l’oxydation des acides gras au cours de l’exercice et obtenir ainsi une plus grande synthèse d’ATP durant les phases intenses d’entraînements et/ou de compétitions.

● Limiter l’utilisation du glycogène.

● Augmenter la résistance  musculaire à la fatigue.

● Accélérer la récupération musculaire après un entraînement ou une compétition comme le démontrent certaines études sur les marathoniens qui éliminent par les urines des quantités importantes de L-carnitine. Elle est donc parfaitement conseillée chez les sportifs et les personnes pratiquant régulièrement une activité physique d’endurance afin d’améliorer les performances.

Pour soutenir les diabétiques de type II

Selon certaines études, la L-carnitine pourrait diminuer la glycémie et l’hémoglobine glyquée (HbA1c) en améliorant le stockage du glucose et la sensibilité à l’insuline. D’ailleurs, on rencontre souvent des déficiences en L-carnitine chez les diabétiques de type II et une supplémentation régulière peut donc être souhaitable 3.
 

A qui la recommander ?

● Végétaliens et végétariens,

● Celles et ceux qui consomment peu de viande rouge,

● Les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires,

● Les sportifs,

● Celles et ceux qui souhaitent perdre du poids ou conserver un poids stable,

● Chez ceux présentant un syndrome de fatigue chronique ou des sensations d’épuisement physique,

● Chez les diabétiques de type II et ceux présentant une hypertriglycéridémie.

Combien en conseiller ?

250 mg à 750 mg par jour, de préférence le matin au réveil et/ou au déjeuner.

De façon ponctuelle, vous pouvez même préconiser 2 grammes puisque selon l’ANSES il n’existe pas de données scientifiques s’opposant à un tel apport4 . L’emploi de la L-carnitine, à ces dosages est donc sûr et sans effets secondaires.

1) Vaz, F. M. and Wanders, R. J. (2002) Carnitine biosynthesis in mammals, Biochem J, 361, 417-29.

2) Pistone G, Marino A, Leotta C, Dell’Arte S, Finocchiaro G, Malaguarnera M. Levocarnitine administration in elderly subjects with rapid muscle fatigue : effect on body composition, lipid profile and fatigue. Drugs Aging. 2003;20(10):761-7.

3) Migrone G. Carnitine in type 2 diabetes. Ann NY Acad Sci. 2004 Nov ; 1033 :99-107

4) Avis de l’Afssa du 8 septembre 2008, sur un projet d’arrêté relatif à l’emploi de substances à but nutritionnel ou physiologique et de plantes et préparations de plantes dans la fabrication de compléments alimentaires