NUMERO : Novembre-décembre 2015

La vitamine D3… végétale


Voici une bonne nouvelle pour vos clients végétariens et surtout végétaliens qui ne pouvaient jusqu’à présent se supplémenter en vitamine D3 en raison de son origine animale, soit issue de l’huile de foie de morue soit de la lanoline des moutons.

 

Comme la vitamine D3 est la forme synthétisée par les vertébrés, elle est souvent appelée « vitamine D animale », contrairement à la vitamine D2 (ergocalciférol) « végétale » qui semble avoir une activité biologique inférieure. Et longtemps la science et les nutritionnistes n’ont cessé de relayer cette idée fausse avant que la vitamine D3 n’ait été retrouvée dans le thalle d’un lichen.

Même si les fonctions de la vitamine D restent floues au sein du règne végétal, il a ainsi été suggéré que sa synthèse chez ce type de plante était similaire à la réaction qui se produit dans la peau des vertébrés, via les rayons UV. Chez l’Homme par exemple, la provitamine D (7-déhydrocholestérol) se transforme en prévitamine D sous l’effet des rayons UVB du soleil qui elle-même se convertie en vitamine D3 (cholécalciférol).

Que savons-nous de ce végétal spécifique ?

Les lichens du genre Cladina, appartenant à la famille des cladoniaceae qui ne représente pas loin d’une quarantaine d’espèces, sont des organismes symbiotiques composés de champignons et d’algues (et/ou de cyanobactéries). Parmi ces lichens, certains constituent la nourriture d’hiver des rennes et des caribous et sont donc communément appelés les « lichens des rennes ».
De la vitamine D3 a donc été identifiée dans le thalle d’une de ces espèces : Cladina arbuscula 1. C’est la seule source connue à ce jour et celle retrouvée dans les compléments alimentaires, sous forme de comprimés à avaler ou à croquer.

Pourquoi conseiller de la vitamine D3 végétale ?

Quasiment toute la population française est carencée en vitamine D3. En effet, comme elle est essentiellement synthétisée aux beaux jours sous l’effet des UVB mais que bien souvent l’ensoleillement n’est pas optimal en France et que la plupart des personnes ne s’exposent pas suffisamment ou alors systématiquement avec de la crème solaire, la synthèse n’est pas suffisante. Il en résulte des taux sanguins dramatiquement bas en hiver.

Et il ne faut pas compter sur l’alimentation qui, selon l’étude SUVIMAX, n’en fournirait que 136 UI (3,4 µg) par jour alors que l’organisme en utilise environ 5 000 UI par jour. D’où la nécessité d’un apport quotidien d’octobre à mars qui reproduit ce qui se passe quand on s’expose tous les jours et évite la surcharge hépatique à l’inverse des fortes doses (100000 UI – 2,5 mg) données en une seule prise via certaines ampoules prescrites.

 

Quels sont les risques d’un manque de vitamine D ?

Il est conseillé de faire doser dès l’automne son taux de vitamine D3 circulant.

En cas de faible taux, on s’exposerait à une augmentation du risque de :

● Faible immunité (car la D3 active les peptides antimicrobiens)
● Fractures – Ostéoporose,
● Certains cancers – seins, côlon, prostate, ovaires, poumons – car elle s’opposerait au développement des tumeurs et freinerait la prolifération des cellules cancéreuses
● Diabète de type 2
●Maladies auto-immunes (sclérose en plaques, DID, polyarthrite rhumatoïde)

 

A qui conseiller de la D3 végétale ?

C’est une des vitamines de base, tout comme la vitamine C, essentielle à l’organisme dès le plus jeune âge.

Elle peut donc se conseiller :

● Dès la naissance (allaitement ou biberon)
● Aux enfants et adolescents en pleine croissance
● Aux végétariens et végétaliens
● À tous ceux qui vivent dans une ville polluée car le dioxyde de soufre (SO2) absorbe les rayonnements UVB
● À ceux qui portent des vêtements couvrants ou qui ont une peau pigmentée (bronzage, peau sombre ou noire)
● À ceux qui ne mangent pas (ou peu) de poissons gras (moins d’une fois par semaine)
● Chez les personnes ayant des infections à répétitions
● À tous vos clients ayant plus de 70 ans car la synthèse est quatre fois moindre puisque la peau est plus fine
● Aux personnes en surpoids car elle est stockée dans les graisses
● À ceux qui font peu d’activité physique en extérieur
● Et à ceux atteints de pathologies plus importantes (insuffisances rénale et hépatique, hyperthyroïdie, Crohn, maladie cœliaque).

Angélique Houlbert
Nutritionniste

1)   Wang T, Bengtsson G, Kärnefelt I, Björn LO. Provitamins and vitamins D₂ and D₃ in Cladina spp. over a latitudinal gradient : possible correlation with UV levels. J Photochem Photobiol B. 2001 Sep 1;62(1-2):118-22.