NUMERO :

MOULIN DES MOINES : Une entreprise qui veille au grain (bio) depuis 1970

Le Moulin Meckert-Diemer : la meunerie bio high-tech au cœur de la campagne alsacienne.

Un moulin en activité depuis… 800 ans

Le Moulin des Moines à Krautwiller ? Son nom est légitime. Vers le 13e siècle, des moines de l’abbaye cistercienne de Neubourg, au nord de Strasbourg, le firent construire, sur le cours de la Zorn, rivière qui coule des Vosges vers la plaine d’Alsace. Depuis, son activité ne s’est jamais arrêtée, des meuniers y travaillant de génération en génération, dont longtemps la famille Diemer. En 1970, Huguette Diemer épousa Edouard Meckert et le moulin fut à partir de là exploité sous le nom de Moulin Meckert-Diemer. Leurs deux fils, Pascal et Nicolas, aujourd’hui directeurs généraux, prendront un jour la suite. Au total cela fait neuf générations que le moulin est dans la famille.

La farine haut de gamme est produite
sur des meules de pierre adaptées
à une production moderne.

Après la reprise du moulin, Edouard Meckert, fils de vigneron, œnologue de formation, rencontre au Salon de l’Agriculture à Paris Raoul Lemaire – précurseur incontesté de la Bio, en particulier dans le domaine des céréales – et son fils Jean-François. Ils lui font découvrir les qualités des blés non hybridés et du pain au levain. Il fait alors ainsi le choix de convertir le moulin au bio, ce qui fait de lui un véritable pionnier dans le domaine. Il faut cependant tout construire, créer de nouvelles méthodes, imaginer de nouveaux produits et développer de nouveaux marchés.

A partir de 1986, le Moulin relance deux céréales oubliées, riches en vitamines, minéraux et oligo-éléments : l’épeautre (le « blé des gaulois ») et le petit épeautre (une des premières céréales domestiquées par l’homme). De l’épeautre loué en son temps par Hildegarde de Bingen, dont le Moulin met ainsi les préceptes en application. Et à force d’innovations, de persévérance et de réactivité, le succès est au-rendez vous.

Un assortiment de 1 500 références

Aujourd’hui, le métier du Moulin Meckert-Diemer n’est plus seulement celui de meunier : la société est aussi devenue le créateur, le fabricant et le distributeur de ses propres marques bio, auxquelles s’ajoutent des marques de négoce. Au total plus de 1 500 références de produits bio alimentaires (épicerie sèche, boissons) mais aussi, pour 10 % de l’activité, des cosmétiques et des produits d’entretien. Ces produits alimentaires sont non seulement certifiés bio par Ecocert, mais nombreux sont ceux qui sont aussi certifiés sans gluten, AFDIAG, vegan, Nature et Progrès, Demeter, Kamut, Fair Trade, Max Havelaar pour les chocolats, Cosmébio pour les cosmétiques, etc.

Les emballages sont simplifiés au maximum pour limiter l’impact des déchets.

La règle de base : penser les fabrications propres (2/3 de l’assortiment) selon des recettes simples favorisant une alimentation équilibrée et économique, à la fois plus riche en goût et conservant toutes ses propriétés nutritionnelles bénéfiques pour notre bien-être. Pour les matières premières, céréales et légumineuses, la volonté est de privilégier les filières locales et françaises, avec une priorité aux approvisionnements directs chez les producteurs bio. Le tout avec des fabrications favorisant l’emploi local et régional, pour pérenniser des entreprises à taille humaine en campagne.

Une inspiration venue du terroir alsacien

La production du Moulin comprend une multitude de formes de produits, principalement à base d’épeautre et de petit-épeautre bien sûr : farines, céréales, pâtes, galettes, biscuits salés et sucrés… et aussi du chocolat. Une bonne partie de l’assortiment est inspirée directement de recettes traditionnelles du terroir alsacien, notamment en pâtes et en biscuiterie, qui en garantissent l’authenticité : spaetzle, bretzels, pain d’épices, anisbredele, etc.

Les matières premières utilisées par le Moulin des Moines sont sélectionnées en fonction de leur origine et de leur proximité avec ses espaces de stockage, l’entreprise militant pour une origine France en priorité.

Quand l’artisanal se fait high-tech et durable

Le Moulin possède son propre laboratoire de contrôle des céréales et de la qualité de panification des farines, et une traçabilité documentaire des plus fines participe à la qualité des produits, avec des visites et des audits réguliers des fournisseurs. Des travaux sur le développement de pâtes enrichies en protéines ont même été réalisés, en partenariat avec l’université de Bordeaux.

Lors de la mouture, un système de tri optique électronique permet d’éliminer les impuretés, et les graines de mauvaise qualité.

Du côté du conditionnement, la simplicité est de mise, avec des emballages réduits à des sachets ou du flow pack avec étiquette pour limiter l’impact des déchets. Pour les farines, un emballage spécifique est utilisé, constitué à 50 % de source minérale permettant le recyclage du complexe utilisé. L’élaboration de chaque produit s’accompagne d’une réflexion sur son mode de consommation, en vue d’éviter les emballages inutiles et de ne pas user d’artifices pour créer gratuitement la nouveauté. Le magasin d’usine installé au Moulin, en plus du fait d’être une vitrine, permet d’être en prise directe avec les consommateurs et de mieux comprendre leurs attentes.

Si la fabrication des farines a recours pour le haut de gamme à des meules de pierre, qui respectent leurs qualités organoleptiques, le Moulin utilise aussi du matériel ultramoderne doté de moulins à cylindres suisses très performants pour les farines destinées aux produits transformés. Un système de tri optique électronique permet de détecter les impuretés, les graines atteintes de maladies ou de moisissures. Les installations sont automatisées, avec un fonctionnement à la pointe de la technique, piloté par ordinateur, garantissant précision, hygiène et sécurité. 70 tonnes par jour de farine peuvent être produites.

Les installations sont automatisées, avec un fonctionnement à la pointe de la technique, piloté par ordinateur.

1 000 m² de panneaux photovoltaïques alimentent le moulin en électricité verte.

Une partie des déchets céréaliers est broyée et sert à l’alimentation animale, pour l’exploitation agricole située juste à côté du moulin. Une autre partie est transformée en granulés de chauffage, grâce à un procédé issu d’un partenariat avec la société H Energie de la commune voisine de Woellenheim, conceptrice d’un granulateur mobile (lauréat du Concours Lépine en 2015 à Paris). Ces granulés alimentent une chaudière qui sert non seulement au chauffage des locaux mais aussi au séchage des pâtes.
Le Moulin produit depuis toujours sa propre énergie grâce aux eaux de la rivière La Zorn. S’y ajoutent aujourd’hui 1 000 m2 de panneaux photovoltaïques qui fournissent environ 200KW/h. Au total, l’entreprise produit deux fois plus d’électricité qu’elle n’en consomme.

Le sauvetage d’entreprises locales

Si le Moulin des Moines ce sont aujourd’hui 50 collaborateurs pour un CA total de 25 Mio € en 2016, Edouard Meckert a aussi construit un véritable réseau autour de sa société, représentant au total 200 personnes et un CA de 50 Mio €.

Depuis 1999, la société a en effet fait l’acquisition dans sa région de 5 entreprises agroalimentaires dans les domaines de la biscuiterie et de la chocolaterie. Outre le fait de bâtir et d’optimiser des synergies (fourniture de farines et de chocolat entre les différentes structures, achats groupés de matières premières…), cela a aussi permis de développer l’assortiment des produits Moulin des Moines en biscuiterie sucrée-salée, chocolaterie, biscotterie et en eau minérale naturelle.

Un rôle pionnier reconnu par la profession.

Mais ces entreprises ont surtout été sauvées, car elles étaient en dépôt de bilan ou sans repreneur annoncé. Le principe a été de redéployer leur activité principalement dans le bio dans le cadre de projets d’entreprise pertinents. Cette stratégie a été une réussite car elle a permis de maintenir des activités et des emplois, voire d’en créer, dans des vallées et des petites localités qui connaissent des difficultés économiques.

Signe du dynamisme et du succès du Moulin des Moines, la société et ses dirigeants affichent une belle série de distinctions : Prix de la Gestion Artisanale en 1980, Grand Prix de l’Exportation Artisanale en 1987, Prix du Business Vert en 2010 prix Green Energy Award 2008, Entrepreneur de l’année 2008 et en 2010, Trophée des Pionniers de la bio en 2010, Harvard Business School Victoires des Autodidactes 2013. Et pour les produits les biscuits Vitaline Moulin des Moines- Sablé amande citron au son d’avoine ont été élus aux Meilleurs Produits Bio 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here