NUMERO : N°84 – Juillet/ Août 2019

PERL’AMANDE – NOISERAIE : La « Bio Plus »

Perl’Amande et Noiseraie déclinent les amandes, les noisettes et d’autres fruits secs en une large gamme de produits aux usages des plus variés.

     Une activité double et complémentaire

Perl’Amande, en Haute-Provence, et Noiseraie Productions, en Touraine, sont les deux facettes de l’activité de SOFALIP, acronyme de la Société de Fabrication Alimentaire Provençale.

Ces deux entités bénéficient d’une longue expérience et d’un savoir-faire certain. Pour Perl’Amande, l’histoire remonte à quasiment 100 ans : en 1920 Gustave Dejean ouvrit une pâtisserie à Oraison, dans les Alpes-de-Haute-Provence, région riche de ses amandiers, inventant un peu plus tard la première machine à casser les amandes, ce qui lui permit de fournir tous les dragistes et nougatiers de France. De cette activité naquit en 1964 la société Perl’Amande, dont la spécialité est le développement et la fabrication des produits transformés, pâte d’amandes et purées de fruits secs.

Pour Noiseraie, l’histoire, un peu plus récente, atteindra néanmoins bientôt le demi-siècle. Au départ, en 1976, c’était une ferme transmise de génération en génération, avec 15 hectares plantés de noisetiers. En 1996, Françoise et Olivier Neuvy reprirent l’exploitation familiale, s’engageant dans une activité de transformation en créant Noiseraie Productions pour élaborer, selon un procédé artisanal, des produits finis à base de noisettes, comme les pralinés cuits au poêlon. Vinrent ensuite des fourrages et des pâtes à tartiner, toujours d’après des recettes traditionnelles, qui firent rapidement la réputation de la marque.

Une éthique durable de A à Z

Chez Perl’Amande, objet essentiel de cette présentation, le Bio ne se limite pas au plaisir de manger des produits sans pesticides. Cette « valeur bio » correspond à une volonté beaucoup plus large : celle de concevoir des produits de qualité dans le respect de la planète, en s’engageant pour une agriculture durable, solidaire et préservant la biodiversité.

Noiseraie, une des deux marques de SOFALIP.

Fidèle à son engagement historique pour la naturalité, Perl’Amande déploie aujourd’hui ses valeurs autour de la notion de « Bio Plus ». Cela signifie que la marque veille au respect d’une éthique durable d’un bout à l’autre de la chaîne de production : depuis la composition de produits à fort intérêt nutritionnel et organoleptique, jusqu’à l’établissement de relations commerciales, de préférence locales, basées sur l’équilibre et la confiance, en passant par l’éco-conception des emballages, les process de fabrication et la gestion de la logistique.

Vue aérienne de SOFALIP montrant les panneaux photovoltaïques.

Ainsi, dès 2010, Perl’Amande a fait réaliser un audit par la société Eco-Emballage (aujourd’hui Citeo) afin de réduire et valoriser ses déchets. Un an plus tard, Perl’Amande faisait l’acquisition d’une machine de conditionnement économe en ressources ainsi que d’une presse à balle améliorant le taux de recyclage par le tri sélectif. Et lors de la rénovation du site en 2017, ce sont plus de 3 000 m² de panneaux photovoltaïques qui ont été installés sur le toit de l’usine.

Des investissements conséquents pour l’écologie et l’efficacité industrielle

Autre mesure, Perl’Amande a par exemple investi dans du matériel et des systèmes de production plus respectueux de l’environnement et à faible consommation d’énergie (machines, ampoules LED, générateurs…). Des indicateurs permettent un contrôle périodique de la consommation énergétique, couplés à des objectifs précis d’amélioration continue. Des protocoles ont ainsi été mis en place afin de mieux gérer l’électricité et le gaz : nouveaux gestes adéquats, meilleure gestion de l’éclairage des locaux, arrêt des machines après utilisation… Le personnel a été sensibilisé – par des affichages, des formations et différents types de communication – afin que tout le monde puisse participer à la réduction de la dépendance énergétique de la société.

Grâce à sa propre centrale photovoltaïque, Perl’Amande produit une partie de son énergie renouvelable. Les fuites thermiques ont été empêchées par l’amélioration de l’isolation des bâtiments, la rénovation de la toiture et l’installation du double vitrage. La consommation de l’eau est gérée en circuit fermé et un tri soigneux des déchets dans tous les espaces (usine aussi bien que bureaux) a été instauré, des bennes à cartons ont été installées ainsi que des bacs à compost.

Du côté des produits finis, le verre est privilégié, avec utilisation de capsules métal recyclables (80 % des emballages de la marque), les étuis étant en carton recyclé. Toutes les étiquettes sont en papier certifié PEFC, de même que les supports de communication, pour lesquels du papier recyclé est également employé. Et la société ne travaille qu’avec des imprimeurs Imprim’vert. Des mesures complétées par l’affichage de consignes de tri sur tous les emballages.

Ces efforts bénéficient aussi à tout ce qui peut améliorer les coûts et donc, au final, la maîtrise des prix des produits finis : en cinq ans, ce sont environ 250 000 € par an qui ont été investis en matériels divers destinés à améliorer la productivité, dans un souci constant d’optimisation des coûts de production tout en améliorant le confort de travail et la sécurité des collaborateurs.

Sur le plan commercial, un partenariat a été noué avec deux autres sociétés bio pour mutualiser la force de vente et améliorer le conseil dans les magasins spécialisés, structure baptisée Lunibio. Là aussi, cela participe à la maîtrise des coûts tout en offrant un service commercial optimal.

Les amandiers « signent » l’identité de l’entreprise jusque devant son entrée.

Attentifs autant à la qualité des produits qu’à celle du cadre de travail

Cette modernité industrielle vient sublimer des produits que l’on peut réellement qualifier « d’authentiques », car fruits d’un savoir-faire perpétué depuis 1920, conjuguant procédés de fabrication traditionnels et modernes.

Par exemple, les recettes de pâtes à tartiner Noiseraie sont élaborées par un artisan chocolatier, les purées crues sont travaillées avec une nutritionniste diététicienne et la composition des produits « énergie » a été mise au point en collaboration avec le triathlète professionnel Anthony Pujades, ambassadeur de la marque. Perl’Amande peut compter par ailleurs sur son ingénieur agroalimentaire à l’activité entièrement consacrée à l’innovation, avec en moyenne une dizaine d’innovations par an. S’y ajoutent deux personnes dédiées au contrôle qualité, des matières premières aux produits finis en passant par la ligne de production.

Du côté des matières premières, les fruits secs sont bien sûr 100 % bio, soigneusement choisis par un comité d’experts pour leur goût et leurs qualités nutritionnelles (indispensable pour les purées de fruits secs crues). Des cahiers des charges très précis ont été mis en place pour ces fruits secs, Perl’Amande s’appuyant sur une filière sécurisée en Sicile, la marque travaillant actuellement à la construction de sa propre production d’amandes bio en France.

Une charte d’achat responsable a été signée avec l’ensemble des fournisseurs, ce qui implique des audits réguliers. Pour le cacao et le sucre, Perl’Amande utilise des matières premières labellisées Fair For Life.

Responsable, Perl’Amande l’est aussi envers ses collaborateurs. La direction s’est engagée sur une « Charte diversité » et, en collaboration avec l’organisme de formation OPCALIM, un programme annuel de formation a été mis en place, afin que chacun puisse valoriser ses compétences et en acquérir de nouvelles. Soucieux d’œuvrer pour un cadre de travail sain et agréable, la société a également agrandi de 1 000 m2 et remis à neuf l’ensemble de ses locaux en 2017 (investissement de 2,5 Mio €).

En 2012, Perl’Amande a obtenu le très estimé label « Entreprise du Patrimoine Vivant ».

Labels et certifications

Membre de Synabio, le syndicat national des transformateurs de produits naturels et de culture bio, Perl’Amande est certifiée Bioentreprisedurable®, la démarche RSE de Synabio, ainsi que For Life (l’attestation de responsabilité sociétale des entreprises). La société a été récompensée par le Trophée RSE PACA 04 en 2016. On retrouve ces engagements sur les produits, qui affichent les logos Afdiag, Vegan, Fair For Life, made in France… Et 2016, la pâte à tartiner Chokolinette a reçu la distinction « Meilleur produit Bio ».

Les fruits secs, au cœur des gammes, font l’objet d’une attention toute particulière.

Enfin, last but not least, comme disent les anglophones, Perl’Amande a obtenu en 2012 le label « Entreprise du Patrimoine Vivant », décerné par le ministère du Commerce aux « fabricants attachés à la haute performance de leur métier et de leurs produits » et qui détiennent « un patrimoine économique, composé en particulier d’un savoir-faire rare, renommé ou ancestral, reposant sur la maîtrise de techniques traditionnelles ou de haute technicité et circonscrit à un territoire ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here