NUMERO : Novembre-décembre 2015

Que recommander en cas de diarrhées ?

Les diarrhées aigues ou chroniques peuvent avoir plusieurs origines :

● Une gastroentérite, généralement de courte durée, soit virale dans la majorité des cas en hiver par rotavirus ou norovirus, soit bactérienne qui se transmet par des aliments contaminés (fruits de mer, fruits et légumes, bœuf, œuf).
● Une pathologie intestinale (syndrome du côlon irritable, colite ulcéreuse, maladie de Crohn, rectocolite hémorragique, maladie coeliaque…),
● Une intolérance au lactose ou à la caséine,
● Une infection à salmonelles, à colibacilles,
● ou encore une hyperthyroïdie si les diarrhées sont chroniques.

Lorsqu’une diarrhée revient fréquemment ou qu’elle persiste plus de quelques jours, il faut consulter un médecin pour en déterminer la cause exacte.
En plus des règles d’hygiène générale, avec entre autre celle qui consiste à se laver les mains régulièrement et après être allé aux toilettes, vous pouvez recommandez des aliments et des compléments pendant cette période pour retenir l’eau au niveau du tractus intestinal et éviter ainsi la déshydratation, et lutter contre les agents infectieux.

Quels aliments conseiller ?

Des mouvements intestinaux liquides accompagnés de fortes crampes, quand une diarrhée s’installe, il est essentiel de modifier en priorité le bol alimentaire.

De l’eau

Comme les diarrhées entraînent une déshydratation, il est impératif que vos clients boivent beaucoup, environ 1.5 à 2 litres par jour (soit plus de huit verres d’eau pure), mais toujours en très petites quantités si des vomissements sont également présents. Déconseillez-leur les boissons gazeuses, le café et bien sûr l’alcool.

Vous pouvez aussi faire ajouter à l’eau, un peu de sel et de sucre de canne complet ou de sirop d’agave afin de bien réhydrater l’organisme. Il est aussi parfois conseillé de boire l’eau de cuisson du riz.

Ils pourront aussi consommer des tisanes de menthe poivrée (Mentha piperita) qui possède un effet antispasmodique sur les muscles du tube digestif ou de thym pour ses propriétés antibactériennes.

Des légumes cuits

Les soupes épaisses sont encore les meilleures formules pour réhydrater et fournir à l’organisme des vitamines et des glucides. Ainsi, vous pouvez mettre dans les paniers de vos clients des carottes, des patates douces, des panais…

Des céréales sans gluten et des fibres solubles

Pour épaissir ces soupes, faites ajouter des céréales sans gluten : riz blanc basmati ou thaï, sarrasin, kasha, millet, amarante, maïs, quinoa jaune ou rouge.

Les flocons d’avoine (céréale contenant du gluten mais qui selon l’Afdiag pourrait être consommée) contiennent des fibres solubles qui se gorgent d’eau et régularisent ainsi les mouvements liquides.

 

La myrtille… en baie ou en jus

Les tanins présents dans cette baie ont une action anti diarrhéique reconnue et permettent également de soulager les douleurs et les spasmes intestinaux liés à la colite. De plus, elle possède une action antibactérienne au niveau intestinal, ce qui complète parfaitement son action en cas de gastro-entérite.

 

Des fruits cuits

Les fruits, et en particulier la banane ou le coing, seront à proposer sous forme de compotes, plus ou moins sucrées avec du miel. Faites préparer une compote riche en pectine avec des fruits frais et/ou surgelés : pommes, pêches et quelques tranches de coing, deux à trois fois par jour.

Les graines de Psyllium
Le psyllium encore appelé ispaghul, est surtout cultivé pour ses précieuses graines – et plus particulièrement leur enveloppe (le tégument) – très riches en fibres solubles (mucilages). Leur avantage notable par rapport aux fibres insolubles est qu’elles peuvent se conseiller en cas de diarrhées ou de selles molles afin de normaliser le transit.

Faites tremper la veille dans un grand verre d’eau 30 g de graines de psyllium et faites boire le lendemain matin à jeun. Vous pouvez aussi conseiller la poudre qui s’incorpore dans l’eau, la soupe ou la compote deux à trois fois par jour.

Les graines de lin

Elles devront être moulues et trempées dans un verre d’eau tiède afin de libérer leur mucilage désormais reconnu pour calmer l’inflammation des intestins. Les graines seront filtrées et seul le liquide pourra être bu.

Quels aliments déconseiller ?

Certains aliments doivent être absolument limités, voire supprimés pendant toute la période où les symptômes sont présents :

● Les laits animaux et tous leurs produits dérivés en raison du lactose,
● Les fruits crus, les fruits séchés et les jus de fruits (notamment jus de pommes, de raisin, de poires…),
● Les légumes crus et les légumes secs qui provoquent des flatulences,
● Les céréales et produits céréaliers complets et en particulier le blé complet qui apportent trop de fibres insolubles irritantes pour les intestins,
● Les épices fortes (type piments),
● Les aliments trop gras (beurre, crème fraîche, fromages etc.)

Des précautions sont aussi à prendre en matière de respect de la chaîne du froid et en particulier pour les aliments surgelés qui ne doivent en aucun cas être recongelés après avoir été décongelés.
 

Quels compléments recommander ?

Le curcuma

Cette épice possède de puissantes vertus antimicrobiennes et aussi anti-inflammatoires. Elle permettra non seulement de diminuer la prolifération des bactéries mais également de soulager les douleurs abdominales.
Dans ce cas préférez toujours, en plus des quelques grammes ajoutés dans la soupe, des extraits standardisés apportant au minimum 500 mg de curcumine.

L’extrait de pépins de pamplemousse

L’EPP est une des clés que vous devez recommander à vos clients à raison de :

● Adultes : 15 à 30 gouttes diluées dans un peu d’eau, à renouveler deux à trois fois par jour.
● Enfants : 5 gouttes par tranche de 10 kilos à chaque prise, et ceci trois fois par jour maximum.

L’huile essentielle d’origan

Incorporée dans une base d’huile d’olive, l’huile essentielle d’origan est aussi un des premiers choix, avec l’EPP, pour lutter contre les diarrhées infectieuses. Une à trois gélules par jour sur toute la période diarrhéique peut être envisagé.

Les probiotiques

Ils peuvent être conseillés en même temps que les symptômes, en les diluant dans un peu d’eau ou de compote.

La levure Saccharomyces boulardii est l’une des souches ayant montré le plus d’efficacité en cas de diarrhées car elle permet d’en réduire les fréquences. Elle favorise en effet le réensemencement et la croissance des germes saprophytes utiles et elle diminue celle des germes pathogènes.

En magasin vous disposez de souches probiotiques type Lactobacillus acidophilus, rhamnosus ou bifidobactéries qui améliorent l’état de la flore intestinale et soulagent ainsi la diarrhée. Ils sont à conseiller avant chaque repas, à raison de une à trois gélules par prise.

Le charbon végétal actif

Le charbon végétal activé (Carbo vegetabilis) est extrait de la combustion à haute température des coques de noix de coco. Cette substance poreuse composée majoritairement de carbone possède une forte capacité d’adsorption. Il est ainsi capable de fixer à sa surface, des gaz et des toxines et c’est cette remarquable porosité qui est à l’origine de ses formidables propriétés, dont celle d’absorber jusqu’à 100 fois son volume en gaz.

En cas de diarrhées ou de gastro-entérites ponctuelles, ou encore en cas de selles malodorantes, il est possible de prendre jusqu’à dix gélules par jour jusqu’à disparation complète des troubles intestinaux.

Les gélules de konjac

Ses glucomanannes, des fibres solubles visqueuses, sont capables d’absorber jusqu’à 100 fois leur volume d’eau. La prise de 3 à 4 gélules par jour, réparties tout au long de la journée, permet de régulariser efficacement le transit. De plus, le konjac est reconnu pour son effet prébiotique, c’est à dire qu’il « nourrit » les bonnes bactéries intestinales.

L’argile

L’argile, même si elle n’agit pas directement sur la « guérison », permet de limiter les gaz et ballonnements intestinaux. Elle est à conseiller le matin ou tout au long de la journée dans de l’eau.
 

Quand l’intestin et le cerveau se répondent…

Parfois, les diarrhées sont intimement reliées à l’état émotionnel et au stress. Dans ce cas, recommandez une goutte d’huile essentielle de marjolaine sous la langue ou son application sur le plexus

 

 

Les compléments à surveiller

Certaines substances accélèrent le transit intestinal et ce n’est parfois pas tant les minéraux qui sont en cause mais plutôt leurs sels : le sulfate de magnésium, le sulfate ferreux sont reconnus pour leurs effets secondaires. Préférez des formes plus douces : Bisglycinates par exemple.

La consommation de fortes doses de vitamine C peut aussi entraîner une accélération du transit intestinal allant jusqu’à la diarrhée. Il s’agit du seuil de tolérance intestinale. Dans ce cas, diminuez les doses jusqu’au retour de selles normales.

 

Angélique Houlbert
Nutritionniste