NUMERO : Janvier Février 2018

SONETT : laver et nettoyer en respectant l’eau porteuse de vie

En Allemagne où elle est, en magasin bio, un des leaders du secteur des lessives et produits d’entretien écologiques, la marque Sonett est aujourd’hui une des rares à remplir les critères extrêmement stricts imposés à ses adhérents par le BNN, le syndicat des grossistes et détaillants de produits naturels. Cette situation particulière, elle le doit à des choix techniques et éthiques tout à fait originaux et différenciants.

Engagés depuis 40 ans

l y a quelques temps, le BNN, dont font entre autres partie les plus importantes chaînes de magasins bio allemands, a relevé ses critères d’acceptabilité pour les produits de lavage et de nettoyage. Absence de dérivés pétroliers et d’ingrédients issus d’OGM, matières premières issues de l’agriculture biologique et biodégradabilité à 100 % en font partie.

« Pour nous, ces critères, qui dépassent ce que pratiquent nombre de fabricants de détergents ‘‘écologiques’’, sont le cœur même de notre activité, explique Gerhard Heid, co-gérant de Sonett avec Beate Oberdorfer. Nous sommes donc parfaitement conformes aux exigences du BNN, au plus haut niveau ».

Cette très haute qualité écologique est due au fait que Sonett – née à l’époque où la bio se développait  en Europe et où apparaissaient les premiers magasins bio – est un réel pionnier de ce secteur, comme le raconte M. Heid : « Sonett a été fondée en 1977 et lancée dans le circuit bio par Werner Geibel, suite aux résultats d’une étude réalisée par un institut anthroposophique de recherche sur l’eau. A cette époque déjà, il avait été constaté que la nappe phréatique était polluée par des tensio-actifs provenant des lessives et autres détergents. Johannes Schnorr, un chercheur de cet institut, avait alors déclaré : ‘‘Nous devons laver autrement, car les lessives conventionnelles sont un véritable poison pour l’eau’’. C’est ce constat qui motiva Werner Geibel à créer Sonett ».

D’originales lessives « modulaires »

Afin de minimiser l’impact environnemental, l’idée de base fut de proposer un système de « lavage modulaire » : au lieu de mélanger directement les 3 composants de base d’une lessive (tensioactifs, agents blanchissants, anti-calcaire) comme cela se fait avec les produits conventionnels, Sonett proposa – et propose encore – aux consommateurs ces 3 composants de façon séparée. En fonction du type de lessive à faire, ainsi que de la dureté de l’eau, l’utilisateur dose individuellement chaque composant, sans gaspillage ni surdosage inutile, ce qui est à la fois plus économique et plus écologique.

Les préoccupations écologiques de la marque ne s’arrêtent pas là. Tous les composants sont ainsi entièrement biodégradables : « Pas à 98 ou à 99 % mais à 100 %. Car tout ce qui n’est pas biodégradable nous revient tôt ou tard via la chaîne alimentaire, avec un risque de maladies », précise Gerhard Heid.

Evidence qui pourtant n’en est toujours pas une avec les détergents « écologiques » : les formules Sonett contiennent exclusivement des composants d’origine végétale et minérale, sans la moindre pétrochimie. Et la plus grande partie est issue de l’agriculture biologique strictement contrôlée : « Nous ne pouvons pas avoir des exigences élevées en matière d’écologie  et en même temps ne pas nous préoccuper de savoir si les matières premières proviennent de monocultures industrielles ou non », souligne Gerhard Heid.

C’est notamment le cas des huiles (tournesol, olive, colza, ou encore graisse de coco) servant à la fabrication des savons, c’est-à-dire des détergents. Fait rare, même les huiles essentielles parfumant les produits (et participant au bien-être lors de l’utilisation des lessives et nettoyants) sont 100 % bio. La plupart de ces huiles végétales et essentielles viennent d’Europe, mais si nécessaire de plus loin, comme l’huile de coco ou le lemongrass, acheté dans le cadre d’un partenariat socio-équitable.

Ni OGM ni enzymes

La qualité des produits Sonett est affichée par leur certification Ecogarantie, signe d’une qualité écologique élevée. Mais cette certification « cache » une autre exigence, essentielle pour Sonett, elle aussi a priori évidente mais qui en fait ne l’est pas : l’absence d’enzymes ainsi que d’ingrédients issus d’OGM. Nombre de lessives « écologiques », même dans le circuit bio, contiennent en effet des enzymes, provenant souvent de facto d’OGM, c’est-à-dire de champignons ou de levures génétiquement modifiés pour produire de grandes quantités d’enzymes. Des enzymes qui, rappelons-le, sont normalement utilisées dans les lessives pour dissoudre les saletés à base entre autres de protéines et de graisses.

« Pour nous, les OGM sont déjà une agression de la nature, explique M. Heid. De plus, après la production d’enzymes, les restes de ces champignons servent d’engrais, ce qui est un risque pour l’environnement, car ils contiennent encore – malgré un chauffage pour les neutraliser – des enzymes relativement actives. Et dans les lessives elles-mêmes, les enzymes sont source d’allergies, car notre peau aussi contient elle aussi, bien sûr, des protéines et des graisses. Conclusion : ni OGM ni enzymes chez Sonett ! ».

Des produits pensés pour régénérer la nature

Pour M. Heid, « La nature se porte mieux non pas quand elle est exploitée, mais quand on la fait fructifier et quand on travaille avec elle, en soutenant et stimulant ses forces naturelles. Sinon, comme c’est le cas avec l’agriculture conventionnelle, on appauvrit les sols et on obtient des récoltes sans réelle valeur nutritive. D’où notre responsabilité en matière d’agriculture et notre décision d’utiliser des ingrédients d’origine bio chaque fois que cela est possible ».

Mais les origines de Sonett liées à la pensée anthroposophique se retrouvent dans un autre aspect original, qui ne laisse pas indifférent un nombre croissant de personnes : « En utilisant des détergents, même naturels, on dénature obligatoirement la nature, et surtout l’eau. Car pour pouvoir laver, il faut supprimer la tension de surface de l’eau, sinon elle ne pénètre pas dans les textiles et ne nettoie pas. L’eau étant porteuse de vie, notre objectif n’est donc pas seulement de moins abîmer la nature, mais aussi de lui redonner de l’énergie, pour l’aider à se revitaliser ».

Pour cela, Sonett emploie deux techniques sans équivalent chez une autre marque de ce secteur. Elles sont apparentées avec ce qui se fait d’une part en homéopathie et en spagyrie, et d’autre part en agriculture biodynamique, y ayant fait leurs preuves : « Dans le premier cas, l’ensemble de l’eau de production est dynamisée par tourbillonnement (vortex) ce qui lui redonne une énergie quasi équivalente à celle d’une eau de source. Quant à la seconde technique, il s’agit de l’ajout, dans tous les produits, d’une très petite quantité d’une préparation à base de minéraux et de végétaux, également rythmisée par tourbillonnement, dans un appareil appelé oloïde. Cette préparation est comparable à celles utilisées en agriculture biodynamique. L’action  régénérante de cette opération est visible dans les tests de cristallisation sensible. Au final, lorsque les effluents de lavage retournent dans la nature, nos formules ainsi dynamisées et revivifiées aident à leur meilleure réintégration dans le milieu naturel ».

25 % de travailleurs handicapés

Quand on se préoccupe autant de la nature, on n’oublie pas les hommes. Comme évoqué rapidement, Sonett est bien entendu investi dans de nombreux projets socio-équitables pour l’approvisionnement de certaines matières premières. Mais son engagement humain est aussi très fort localement.

« Aux 75 personnes qui travaillent aujourd’hui chez Sonett, il faut ajouter 25 personnes handicapées travaillant exclusivement pour nous dans un ESAT, le Camphill-Werkstätten Lehenhof, voisin direct de notre site, dont nous sommes ainsi un des principaux employeurs. Depuis plus de 20 ans, ils se chargent pour nous d’étiqueter certains produits, et font même depuis peu du conditionnement de quelques références en poudre. C’est une très belle collaboration, pleine de sens, et qui, loin d’être une contrainte, est au contraire un enrichissement pour nous ».

« L’entreprise Sonett est un bien commun »

En 1992, Sonett a été reprise par Gerhard Heid et Beate Oberdorfer. Depuis 1994, date d’introduction des formules liquides venues s’ajouter aux produits initiaux tous en poudre, la société connaît une croissance annuelle à 2 chiffres. Anticipant largement la tendance actuelle du rachat des sociétés bio par de grands groupes, ses deux co-gérants ont transformé Sonett en fondation dès 2005, comme l’explique M. Heid : « Sonett n’est pas une entreprise gérée dans le but de faire des bénéfices, mais avec une approche idéaliste. Il a toujours été clair pour nous qu’elle ne peut pas rester une entreprise privée. Beate et moi-même nous nous sommes d’ailleurs toujours considérés avant tout comme les simples gestionnaires du bien commun que Sonett représente, celui d’offrir aux consommateurs des produits de nettoyage sains, dans le cadre d’un comportement responsable envers la nature. Ses bénéfices ne nous appartiennent pas, mais à la collectivité toute entière. D’où notre décision de transformer l’entreprise en fondation, avec des statuts interdisant qu’elle soit vendue à des tiers ».

Aujourd’hui, cette fondation, à laquelle est versée régulièrement une partie des bénéfices de l’activité, soutient en particulier des recherches sur l’eau, l’agriculture bio-dynamique, des projets sociaux et bien d’autres choses.

Crédibilité et transparence

Pour Gerhard Heid, le mot de la fin c’est « crédibilité » : « Dans le domaine de la détergence, il n’y a jamais eu autant de green washing qu’aujourd’hui. On leurre le consommateur avec des discours écologiques qui ne sont souvent que des faux-semblants, la plupart des utilisateurs, qui ne sont pas chimistes, n’étant pas en mesure de faire la différence. C’est pourquoi, selon moi, c’est la crédibilité de l’entreprise et de la marque qui est la chose la plus importante dans ce domaine. Le magasin bio doit se concentrer sur des marques qu’il connaît, dont il sait qui sont les propriétaires, et dont la philosophie est claire et transparente ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here